Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.  – Opérations de terrain

Saint-Rogatien (Charente-Maritime). Église, rue du centre

Responsable d’opération : Jean-Paul Nibodeau
p. 243

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1Les sondages archéologiques réalisés au nord de l’église Saint-Rogatien, dans le cadre d’un projet de parking, apportent de nouveaux éléments sur l’évolution de cet édifice mal documenté.

2Dépendance de l’abbaye berrichonne de Déols, l’église romane est agrandie vers l’est au xiiie s. Elle est située au centre d’un habitat à la trame vaguement orthogonale qui confère au bourg sa forme quadrangulaire, possible signe d’une création récente.

3Le terrain révèle une stratigraphie d’environ 1,80 m d’épaisseur sur le substrat calcaire, ce qui explique en partie l’aspect ramassé de l’édifice religieux. L’élévation du chœur repose en effet sur un soubassement en pierres de taille dont la partie supérieure, chanfreinée, affleure à peine au-dessus du sol actuel. L’église, qui a beaucoup souffert lors des guerres de Religion, montre sur sa façade sud, les stigmates de constructions disparues : bras de transept, chapelle. Au nord, une grande ouverture bouchée est signalée par les restes de deux bases de colonnes qui laissent supposer l’existence d’un second bras de transept. Or les tranchées de sondage n’ont livré aucune trace de fondation ni d’arrachement sur le soubassement du chœur, mettant en doute sa réalisation (fig.).

4La période médiévale est très peu documentée. L’occupation la plus ancienne ne semble pas remonter en effet au-delà du xiiie s. Des niveaux d’occupation parfois très charbonneux, sont directement installés sur le substrat calcaire, mais sans liaison directe avec l’église. Des sépultures, caractérisées par des fosses en partie creusées dans le calcaire, appartiennent à cette période mais elles n’ont pas livré de mobilier.

5C’est essentiellement l’époque moderne qui fournit le plus de renseignements. Après la reconstruction partielle de l’église dans le courant du xviie s., un bâtiment est élevé contre sa face nord, il est identifié comme le presbytère par un plan du xixe s. Cette construction entraîne de profonds remaniements du terrain, des excavations sont réalisées à son emplacement (extraction de matériaux ?), avant d’être comblées et recouvertes par des sols de terre battue. À l’extérieur, les niveaux d’occupation sont surélevés par des apports de remblais et de nouvelles sépultures s’installent avec une concentration particulière à l’est. Une répartition spatiale des individus selon l’âge semble se dessiner, toutefois l’échantillon étant limité, il convient de rester réservé sur cette observation. Au nord, l’espace sépulcral semble rapidement abandonné au profit de niveaux d’occupation, des fosses y sont aménagées. Un petit bâtiment isolé au NO est transformé en dépotoir ou « décharge » comme l’indique le plan du xixe s. Il fournit la majorité du mobilier archéologique recueilli sur le site, attribuable au xviiie s. et au début du xixe s.

6La vente du presbytère et des terrains attenants, dans le courant du xixe s., est suivie par la destruction des bâtiments et la récupération des matériaux qui ne laisse parfois que des tranchées. L’espace ainsi libéré est converti en jardin après remblaiement et apport de terre végétale.

Saint-Rogatien, tranchée 2. Vue, prise du NE, de la fondation débordante du mur du chevet surmontée par le soubassement à ressaut ; à droite, une des bases de colonne encadrant l’ouverture nord bouchée.

Saint-Rogatien, tranchée 2. Vue, prise du NE, de la fondation débordante du mur du chevet surmontée par le soubassement à ressaut ; à droite, une des bases de colonne encadrant l’ouverture nord bouchée.

Cliché : J.-P. Nibodeau

Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Rogatien, tranchée 2. Vue, prise du NE, de la fondation débordante du mur du chevet surmontée par le soubassement à ressaut ; à droite, une des bases de colonne encadrant l’ouverture nord bouchée.
Crédits Cliché : J.-P. Nibodeau
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9247/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Nibodeau, « Saint-Rogatien (Charente-Maritime). Église, rue du centre »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 243.

Référence électronique

Jean-Paul Nibodeau, « Saint-Rogatien (Charente-Maritime). Église, rue du centre » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 02 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9247

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Nibodeau

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Paul Nibodeau

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals