Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.  – Opérations de terrain

Trizay (Charente-Maritime). Monthérault

Responsable d’opération : Fabrice Mandon
p. 246-247

Entrées d’index

Année de l'opération:

2012, 2013
Haut de page

Texte intégral

1L’église de Monthérault en ruines depuis le xixe s., avait fait l’objet d’une première étude réalisée par le Service archéologique départemental de Charente-Maritime en 2009. Elle a été poursuivie en 2012, dans le cadre d’une fouille préventive (sondages dans l’église), permettant ainsi de répondre à certaines questions restées sans réponses.

2Les sondages réalisés dans la nef ont mis au jour plusieurs trous de poteau antérieurs à la première église maçonnée, dessinant un édifice large de 4,6/4,8 m. La vocation religieuse de ce premier édifice n’est pas avérée, bien que probable. Sa datation reste imprécise (ixe-début xie s.). Les poteaux étaient encore en place lors de la construction de l’actuelle nef. Cette nouvelle donnée oblige à revoir la datation de certaines sépultures en pleine terre repérées au sud de l’église en 2009 : elles peuvent être antérieures au xie s.

3Le plan de la première église maçonnée est désormais connu : nef charpentée, légèrement trapézoïdale à vaisseau unique (11 m de longueur par 5,25/5,6 m de largeur dans œuvre), prolongée par un petit chevet se composant d’une travée carrée (3,8 m de côté) et d’une abside (3,5 m d’ouverture, 2,15 m de profondeur). Les deux parties étaient reliées par un arc triomphal étroit (1,67 m) qui perdura jusqu’à l’époque moderne. L’ensemble de l’église était construit en moellons de petit calibre, avec des pierres de taille pour les chaînes d’angle et les ouvertures, sans aucune articulation. L’ensemble de l’abside et une partie de la travée carrée étaient occupés par une plateforme maçonnée matérialisant le sanctuaire. Cette structure et une banquette aménagée contre le mur ouest de la travée ont été construites dans un second temps, tout comme le clocher-mur surmontant l’arc triomphal. Les datations 14C des charbons contenus dans le mortier ont permis de préciser l’époque de construction de l’église : la fourchette chronologique reste large (incluant le xiie s.). Compte tenu des caractéristiques de l’édifice et des pics des courbes issues des analyses, il doit remonter au 2e, voire 3e tiers du xie s.

4Le chevet a été entièrement reconstruit en pierres de taille dans la 2e moitié du xiie s. autour de l’ancien chevet maintenu en élévation pendant le début des travaux. Les sondages ont permis de préciser un moment particulier de l’histoire de l’église. Des travaux ont été réalisés dans le chevet au xive s. (1re moitié)  : comblement d’une importante fosse présente au centre du chevet (correspondant à une importante structure enfouie ?), sols de terre battue (associés au négatif d’un élément mobilier, de type chancel). Dans la nef, une structure maçonnée a été construite (xive s.), postérieurement à une sépulture en sarcophage. Elle se situe en avant de l’arc triomphal et peut être associée à des aménagements réalisés dans les murs : l’ensemble pourrait correspondre à une tribune.

5Il s’ensuit une phase d’abandon datable de la 2e moitié du xive s., marquée par la démolition du sol du sanctuaire, la présence d’une grande quantité de vitraux et de quelques objets (calice en verre ?). Cette phase est à mettre en parallèle avec ce qui avait été observé au sud de l’église : construction de bâtiments aux xiiie-xive s., brutalement abandonnés dans le courant du xive s. L’effondrement de la voûte du chevet pourrait être lié à cet abandon, en relation avec les troubles de la guerre de Cent Ans, notamment ceux du milieu du xive s.

6Le dallage actuel situé dans la moitié est du chevet était à l’origine surélevé par rapport au reste de l’édifice. Il correspond au sanctuaire, perpétuant une division existant depuis le début. Il peut difficilement être daté mais semble correspondre au début de la restauration de l’église, peut-être contemporain de la reconstruction de la façade à la fin du xve s.-1re moitié du xvie s. Les travaux postérieurs avaient déjà pu être cernés en 2009 : reprise des parties hautes du chevet, rejointoiement général, percement d’une porte à l’est, en relation avec la construction d’une sacristie (?), rehaussement du sol de la nef et mise en œuvre du dallage régulier dans la 1re moitié du xviie s., réfection de l’arc triomphal par les La Rochefoucauld (xviie-xviiie s.).

7Les nouveaux sondages ne permettaient pas de cerner les pratiques funéraires au sein de l’église, ce qui aurait nécessité une fouille exhaustive. Seules des inhumations en cercueil de l’époque moderne ont été fouillées. Certaines des sépultures repérées (supposées ou avérées) peuvent remonter aux origines de l’édifice, dans la nef. D’autres sont avérées pour le Moyen Âge : sarcophage, peut-être en remploi, dans la nef (xie-xive s.), sépultures dans le chevet roman, en avant du sanctuaire (xive s.). Il apparaît surtout que la topographie des tombes a été conservée jusqu’à la fin de l’époque moderne. Le cas est manifeste pour les tombes du chevet ou pour le sarcophage, mis en place anciennement mais qui a pu servir de multiples fois jusqu’aux xviie-xviiie s., époque de la mise en place d’une grande pierre tombale à son aplomb. Le site de Monthérault présente donc encore un potentiel très important et peu perturbé pour l’étude des pratiques funéraires.

Trizay, plan de l’église de Monthérault, phase 0 (haut Moyen Âge) et phase 1 (2e–3e tiers du xie s.).

Trizay, plan de l’église de Monthérault, phase 0 (haut Moyen Âge) et phase 1 (2e–3e tiers du xie s.).

DAO : F. Mandon

Haut de page

Table des illustrations

Titre Trizay, plan de l’église de Monthérault, phase 0 (haut Moyen Âge) et phase 1 (2e–3e tiers du xie s.).
Crédits DAO : F. Mandon
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 551k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Mandon, « Trizay (Charente-Maritime). Monthérault »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 246-247.

Référence électronique

Fabrice Mandon, « Trizay (Charente-Maritime). Monthérault » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 09 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9252

Haut de page

Auteur

Fabrice Mandon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabrice Mandon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals