Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.  – Opérations de terrain

Vielmur-sur-Agout (Tarn). Tour des Lautrec

Responsable d’opération : Mélanie Chaillou
p. 249-250

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1Située dans la partie sud de l’actuel département du Tarn, la petite ville de Vielmur-sur-Agout conserve les vestiges d’un monastère médiéval, très fortement remanié à l’époque moderne et transformé en collège au xxe s. Établissement de bénédictines, l’abbaye Notre-Dame-de-la-Sagne a été fondée par les vicomtes de Lautrec dans le premier tiers du xie s. Plusieurs de ses abbesses des xiiie-xve s. étaient issues du clan familial ou de leurs affins, ce qui pourrait révéler l’intrusion des seigneurs dans les affaires de l’abbaye. Cette hypothèse est renforcée par la présence d’un bâtiment, flanqué à l’ouest de l’église, qui conserve au rez-de-chaussée une série d’enfeus et dans le comble perdu une frise armoriée peinte – découverte en 1992 – dont plusieurs écus renvoient à la famille vicomtale ou à leurs alliés (fig.).

2Entièrement cimentée à l’extérieur et fortement bouleversée et enduite à l’intérieur, cette « tour des Lautrec » manque de visibilité. Et malgré son classement au titre des monuments historiques en 1995, aucune étude archéologique d’ampleur, ni aucune restauration n’y ont été effectuées depuis son invention. Ce n’est qu’en octobre 2011 qu’un programme de conservation et de valorisation est décidé par la Drac Midi-Pyrénées, en concertation avec la mairie et l’association culturelle du Pays Vielmurois. En préalable aux travaux à venir, une étude archéologique est alors confiée à deux archéologues de la société Hadès.

3Répartie sur deux semaines, celle-ci a mis en évidence sept phases de construction. Un bâtiment mal identifié préexiste à la mise en place des enfeus qui le chemisent par l’intérieur. Au nombre de six ou sept, ceux-ci sont aménagés progressivement, par groupes de deux, dans la seconde moitié du xiiie s. Bâtis en pierre, ils se distinguent du mur sud et des maçonneries supérieures, exclusivement érigés en briques. Cette troisième phase de la construction s’achève par l’application de la frise héraldique, vers la fin du xiiie ou au tout début du xive s. (fig.). La « tour » n’est alors distribuée qu’en deux niveaux : un rez-de-chaussée plafonné à vocation funéraire et une salle haute richement ornée, équipée d’une cheminée monumentale (connue par son conduit) et couverte d’une charpente apparente (disparue). Devenues obsolètes, les peintures sont partiellement détruites par l’installation d’un plafond dont l’abattage des bois est daté par la dendrochronologie de l’extrême fin du xve s. Il est réparé ou transformé en « plafond à la française » dans la seconde moitié du xvie s., probablement après les destructions occasionnées par les guerres de Religion. La surélévation du mur nord et la mise en place de la charpente de toit actuelle sont peut-être réalisées dans la seconde moitié du xviie s. Elles précèdent une nouvelle transformation du plafond au xviie s. Celui-ci couvre alors une tribune ouverte sur l’église, qui sert à la fois de parloir et de chœur haut aux religieuses. La dernière phase individualisée correspond aux destructions et transformations des xixe-xxe s., pratiquées après la vente de l’abbaye comme bien national (en 1793).

4Dans sa forme initiale, l’indépendance probable de l’édifice par rapport à l’église paraît exclure une fonction de massif occidental et interroge sur la vocation d’une telle construction dans un contexte monastique. Sa situation au sein de l’abbaye familiale des vicomtes de Lautrec indique peut-être sa privatisation par les seigneurs. Ses deux niveaux semblent en effet participer d’un même discours : la célébration des vivants et des morts du lignage. La « tour » est par ailleurs construite au moment où le pouvoir vicomtal se délite. Cet espace pourrait donc dénoter une recherche de cohésion du clan familial qui sera malgré tout rapidement perdue puisque cette partie de la vicomté est vendue au roi de France dès 1306. Même si le module demeure utilisé à l’époque moderne, sa fonction première est sans doute oubliée dès le xvie s.

5Bien que fortement défiguré par les travaux des siècles derniers, cet édifice exceptionnel mérite une attention particulière et une intervention d’autant plus urgente que ses décors peints se dégradent de jour en jour.

Vielmur-sur-Agout, « tour des Lautrec ». Décor armorié peint surmonté d’un faux-appareil sur le mur-pignon ouest de la « tour » (fin xiiie –début xive s.).

Vielmur-sur-Agout, « tour des Lautrec ». Décor armorié peint surmonté d’un faux-appareil sur le mur-pignon ouest de la « tour » (fin xiiie –début xive s.).
Haut de page

Table des illustrations

Titre Vielmur-sur-Agout, « tour des Lautrec ». Décor armorié peint surmonté d’un faux-appareil sur le mur-pignon ouest de la « tour » (fin xiiie –début xive s.).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9260/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 665k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Chaillou, « Vielmur-sur-Agout (Tarn). Tour des Lautrec », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 249-250.

Référence électronique

Mélanie Chaillou, « Vielmur-sur-Agout (Tarn). Tour des Lautrec » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9260

Haut de page

Auteur

Mélanie Chaillou

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Mélanie Chaillou

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals