Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Chronique des fouilles médiévales...II. - Constructions et habitats e...II 1.  – Opérations de terrainVienne (Isère). Abbaye de Saint-A...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 1.  – Opérations de terrain

Vienne (Isère). Abbaye de Saint-André-le-Haut

Responsable d’opération : Anne Baud-Chemain
p. 250

Texte intégral

1Les recherches archéologiques menées dans l’abbaye Saint-André-le-Haut à Vienne sont particulièrement fructueuses. Elles portent essentiellement sur l’église abbatiale où plusieurs campagnes de fouilles sont menées depuis une dizaine d’années avec les étudiants de l’université Lyon 2.

2L’abbaye appartient au premier patrimoine monastique de Vienne. Elle fut fondée au début du vie s. à flanc de colline, à proximité du théâtre antique sur le lieu-dit « de Mars ». Le monastère, destiné à une communauté de femmes, adopte la règle de saint Léonien alors retiré dans un ermitage à proximité de la ville. Son développement est peu connu jusqu’au xe s., période à laquelle le monastère est réformé par les bénédictines de Saint-Césaire d’Arles. Plus tard, au xvie s., l’abbatiale accueille la paroisse. À la Révolution, les bâtiments sont réhabilités en immeuble d’habitation jusqu’en 1990.

3L’étude archéologique de l’église a permis de restituer plusieurs phases d’occupation depuis l’Antiquité, de mettre au jour une crypte et de mener à bien l’étude des élévations. Il semblerait que d’importants travaux de remblaiement précèdent l’implantation du monastère dont il ne subsiste actuellement aucune trace tangible excepté un petit édifice sur lequel nous concentrons actuellement nos recherches. Les campagnes de 2012 et 2013 ont en effet permis de dégager une abside de petites dimensions, implantée directement sur un des deux aqueducs, retrouvé en fouille. Un tambour d’une colonne antique constitue un socle soit pour un autel, soit pour un reliquaire. Daté du vie s. environ, il est abandonné au cours des siècles suivants ; à la fin du xe s., alors qu’il est partiellement ruiné, il constitue un lieu d’inhumations. Nous ignorons quelle est sa fonction primitive : mausolée ? Église primitive ? Il est suffisamment important pour que le sanctuaire de l’église du xie s. construite par les moniales d’Arles, s’inscrive parfaitement dans son prolongement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Baud-Chemain, « Vienne (Isère). Abbaye de Saint-André-le-Haut »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 250.

Référence électronique

Anne Baud-Chemain, « Vienne (Isère). Abbaye de Saint-André-le-Haut » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 03 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9261 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.9261

Haut de page

Responsable d’opération

Anne Baud-Chemain

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International - CC BY-NC 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc/4.0/

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search