Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
II. - Constructions et habitats ecclésiastiques
II 3.  – Projets collectifs de recherche

Saint-Gilles-du-Gard (Gard). Projet collectif de recherche « AEGIMAIOR. L’ancienne abbaye de Saint-Gilles-du-Gard. Archéologie et histoire monumentale d’un site monastique majeur du Midi de la France »

Responsable d’opération : Andreas Hartmann-Virnich
p. 251

Entrées d’index

Année de l'opération:

2012, 2013
Haut de page

Texte intégral

1Soutenus matériellement et institutionnellement par la Drac Languedoc-Roussillon et la Ville de Saint-Gilles-du-Gard, les travaux de la première année du PCR « AEGIMAIOR », répartis sur deux années consécutives (2012-2013) complètent ceux du programme de recherche franco-allemand ANR-DFG AEGIDIANA (2011-2013). Outre une prospection géoradar de l’ensemble de l’ancienne abbaye, malheureusement pauvre en renseignements sur la présence de structures bâties dans le sous-sol archéologique, une série d’analyses et d’études thématiques complémentaires ont permis de préciser la composition des liants de l’abbatiale, de confirmer la réfection complète de la charpente de la nef reconstruite au xviie s. en 1839, et d’approfondir l’étude anthropologique des sépultures issues de la fouille de l’ancien cloître monastique en 2010. La poursuite des recherches dans l’église haute a livré de nouvelles données pour la restitution 3D de la nef (fig.), réalisée dans le cadre de la publication d’un premier bilan des recherches (Hartmann-Virnich A., Hansen H. (dir.), « L’ancienne abbaye de Saint-Gilles-du-Gard. Nouvelles recherches archéologiques sur un monument majeur de l’art roman », Bulletin monumental, 4-2013, p. 291-406). L’étude, le relevé et le catalogage numérique de l’ensemble des fragments de sculpture provenant de la destruction de l’abbaye, dont ceux trouvés dans le remblai des tranchées d’épierrement modernes des galeries claustrales, ouvrent de nouvelles perspectives pour la restitution du complexe monumental roman. Une étude des inscriptions, signes lapidaires et graffiti dans leur rapport avec le bâti, réexamine entre autres la célèbre inscription relatant la fondation d’une église en 1116, qui fut remployée avec d’autres matériaux prélevés sur un prédécesseur de l’église actuelle. La découverte et l’étude d’une inscription russe mettent en lumière l’importance du pèlerinage au xiiie s.

2Le relevé pierre-à-pierre et l’étude archéologique des vestiges des bâtiments monastiques confirment l’antériorité des bâtiments monastiques et du cloître disparu sur l’abbatiale actuelle, dont la mise en chantier tardive, au dernier tiers du xiie s., avait été démontrée par les recherches dans le cadre du projet AEGIDIANA, invalidant l’attribution traditionnelle à la fondation de 1116. Construite dans un premier temps, l’aile de l’ancienne salle capitulaire à l’est, dont il ne subsiste que la partie basse du mur oriental, communiquait avec ses abords extérieurs par un passage aujourd’hui enfoui sous les remblais au sud du chœur roman tardif. D’après l’enquête en cours, l’aile ouest fut modifiée à plusieurs reprises, l’arcade murale du cloître étant postérieure à sa partie la plus ancienne. Si cet ajout eut lieu avant la construction de la grande abbatiale, celle-ci inspira par la suite la création d’un voûtement sur croisée d’ogives « lombardes » au rez-de-chaussée. L’aile sud, construite avec la galerie attenante, formait un corps autonome doté d’une salle monumentale à l’étage, sans doute le dortoir qui communiquait avec l’église supérieure de l’époque par un portail donnant sur l’étage du cloître. La construction de la grande abbatiale, qui amputa le cloître et l’aile orientale de leur tiers nord, rendit cette circulation obsolète, entraînant le bouchage précoce de la porte haute et, vers la fin du xiiie ou le xive s., la création d’une toiture en appentis pour abriter la galerie au rez-de-chaussée. Les modifications postérieures de l’ensemble reflètent la déchéance progressive du bâti après la sécularisation en 1538.

Saint-Gilles-du-Gard, restitution 3D de la septième étape de construction de l’abbatiale romane.

Saint-Gilles-du-Gard, restitution 3D de la septième étape de construction de l’abbatiale romane.

G. Echtenacher, H. Hansen, A. Hartmann-Virnich, LA3M UMR 7298, 2012-2013

Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Gilles-du-Gard, restitution 3D de la septième étape de construction de l’abbatiale romane.
Crédits G. Echtenacher, H. Hansen, A. Hartmann-Virnich, LA3M UMR 7298, 2012-2013
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9266/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Andreas Hartmann-Virnich, « Saint-Gilles-du-Gard (Gard). Projet collectif de recherche « AEGIMAIOR. L’ancienne abbaye de Saint-Gilles-du-Gard. Archéologie et histoire monumentale d’un site monastique majeur du Midi de la France » »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 251.

Référence électronique

Andreas Hartmann-Virnich, « Saint-Gilles-du-Gard (Gard). Projet collectif de recherche « AEGIMAIOR. L’ancienne abbaye de Saint-Gilles-du-Gard. Archéologie et histoire monumentale d’un site monastique majeur du Midi de la France » » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 04 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9266

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals