Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
III.  – Constructions et habitats fortifiés
III 1.  – Opérations de terrain

Angers (Maine-et-Loire). Logis royal du château

Responsable d’opération : Emmanuel Litoux
p. 253-254

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1L’incendie du logis royal du château d’Angers survenu le 10 janvier 2009 a occasionné d’importantes destructions, notamment des parties sommitales du monument, rendant nécessaire une lourde campagne de restauration. L’édifice a bénéficié d’une étude archéologique menée en amont et en accompagnement des travaux de gros-œuvre. Ces recherches ont permis de préciser le parti architectural originel et d’en identifier les principales transformations. Elles ont également donné lieu au réexamen des sources comptables du xve s. qui autorisent à restituer une partie du programme fonctionnel de l’édifice et des constructions attenantes.

2L’organisation générale du complexe résidentiel tardo-médiéval, implanté sur un substrat antique encore prégnant, découle des éléments liés au palais roman des comtes d’Anjou et des aménagements réalisés sous les règnes des ducs Louis Ier (1356-1384) et Louis II (1384-1417). Plusieurs maçonneries anciennes ont été mises en évidence à la base du logis royal, notamment un mur en petit appareil du ixe-xe s. et une élévation partiellement traitée en pierre de taille (tuffeau) datable de la fin du xiie ou du début du siècle suivant.

3Le grand corps de bâtiment occupant l’espace compris entre l’ancienne salle comtale (n° 1 sur la figure) et le logis royal, a connu une ruine progressive entre la fin du xviie et le xixe s. Les éléments retrouvés en sondage suggèrent une reconstruction au xive s., remployant les maçonneries d’un noyau plus ancien. Il est tentant de situer dans ce corps de bâtiment la « grande chambre de devers la rivière » mentionnée à trois reprises à l’occasion de travaux effectués en 1368.

4L’analyse des élévations du logis royal amène à revoir la chronologie habituellement proposée, dont les élévations intérieures se trouvaient masquées derrière des enduits. Le logis royal était jusqu’à présent attribué à Louis II – dans les années 1410 –, la galerie et l’escalier en vis passant pour un ajout commandité peu après 1450 par René, duc d’Anjou entre 1434 et 1480. Le piquetage des enduits et la dépose de la charpente réalisés dans le cadre des travaux de restauration ont révélé un édifice plus homogène que ce qui était attendu. La partie centrale du logis (n° 4 et 6 sur la figure), les deux bâtiments en retour vers le sud (n° 7, détruit, et n° 9), les deux premiers niveaux de la galerie (n° 6) et l’escalier en vis appartiennent de façon très nette à la même campagne de travaux. L’analyse dendrochronologique pratiquée sur les quelques pièces provenant de la charpente ancienne indique un abattage des bois réalisé très vraisemblablement entre 1435 et 1440, faisant du logis royal une des premières réalisations du règne de René.

5Plusieurs mentions explicites dans la comptabilité, confirmées par des observations archéologiques au deuxième étage du logis royal, permettent d’affirmer que la galerie ne comportait à l’origine que deux niveaux voûtés, surmontés d’un toit terrasse en plomb. Dans des lettres datées de 1463, 1464 et 1474, le duc d’Anjou évoque des fuites sur la « galerie de plomb près nostre chambre » entraînant des dégradations dans « la galerie de dessoubz ». La persistance de ces problèmes d’étanchéité explique sans doute le choix de remplacer le toit terrasse par un troisième niveau de galerie que couvrait une charpente. Ce rehaussement caractérisé côté nord par la juxtaposition de quatre fenêtres à croisées surmontées de quatre frontons, date du dernier quart du xve s., ou du tout début du siècle suivant.

6L’inventaire détaillé du château dressé en 1471 livre des indications précieuses pour tenter de restituer le programme fonctionnel. La salle où le duc d’Anjou prenait ses repas occupait vraisemblablement la partie sud de l’aile disparue (n° 2). La logique distributive incite à localiser à sa suite la chambre de parement (n° 3). Les plans dressés par le Génie au xviiie s. permettent d’approcher les surfaces de ces deux pièces qui mesuraient respectivement environ 200 et 110 m². Les logis superposés du duc et de la duchesse, constitués de pièces privatives, occupaient probablement le premier et le deuxième étage du logis royal.

7De façon tout à fait significative, le logis royal dont le roi René commanda l’édification vint s’insérer dans un espace finalement relativement étroit, coincé entre l’aile située en front de Maine et la chapelle Saint-Jean-Baptiste. Le positionnement de la galerie côté nord (n° 6) contraignit le maître d’œuvre à loger les petites pièces secondaires dans une aile et une tourelle disposées en retour vers le sud (n° 7 et 9), avec pour conséquence de considérablement restreindre les possibilités pour ouvrir les fenêtres à croisées destinées à éclairer les pièces des deux niveaux inférieurs. Le besoin d’un apport supplémentaire de lumière naturelle explique la présence, au rez-de-chaussée et à l’étage, de fenêtres carrées en second jour disposées entre le logis (n° 4 et 5) et la galerie (n° 6). Placées en hauteur et équipées d’huisseries, elles interdisaient aux personnes se tenant dans la galerie toute vue directe à l’intérieur des pièces sud.

8Le logis royal était bordé au sud non pas directement par la cour, mais par un jardin d’agrément (n° 10) se développant vers l’est jusqu’au châtelet et à l’oratoire de la chapelle Saint-Jean-Baptiste (n° 13). Le vivier mentionné à plusieurs reprises correspond très vraisemblablement à celui mis au jour dans le cadre d’une opération archéologique réalisée en 2002 par l’Inrap dans l’angle formé par la tourelle SE du logis royal et le mur sud de la chapelle (n° 11). En 1465 fut passé un marché relatif à la construction d’une galerie portée par un portique, longue d’environ 18 m, que nous proposons de localiser contre le mur gouttereau de l’aile disparue (n° 8).

9Les affectations successives de l’édifice pour loger des officiers puis, à partir de la fin du xviiie s., pour recevoir des prisonniers, entraînèrent progressivement la destruction des parties inadaptées aux nouvelles fonctions, le rescindement des espaces intérieurs et la transformation de presque toutes les ouvertures médiévales.

Château d’Angers, plan du logis royal (premier étage) et de la chapelle Saint-Jean-Baptiste.

Château d’Angers, plan du logis royal (premier étage) et de la chapelle Saint-Jean-Baptiste.

La restitution des dispositions tardo-médiévales est figurée en rose. Hypothèse de localisation des pièces mentionnées dans les sources comptables du xve s. et dans l’inventaire du château de 1471. 1 : grande salle comtale restructurée par Louis Ier ; 2 : salle « où [René] disgne de présent » (1465) ; 3 : « grant chambre de parement » (1453), désignée dans l’inventaire de 1471 comme « salle de parement » ; 4 : « chambre du roy » ; 5 : « chambre du haut retrait du roy » ; 6 : Galerie (non mentionnée dans l’inventaire de 1471) ; 7 : « chambre du petit retrait du roy » et « petite chapelle », surmontés d’une « estude du roy » ; 8 « galerie neufve sur le petit jardin, contre l’oratoire du roy » ; 9 : « petite chambre du haut retrait » et latrines surmontées de « l’estude du roy » ; 10 : « petit jardin » ; 11 ; « vivier » et « logis du vivier » ; 12 : « chapelle » ; 13 : « oratoire » ; 14 : « portal » ; 15 : « cuisines ». Les principaux numéros sont reportés sur un extrait d’un plan du château conservé au Service historique de la Défense (Archives du Génie, art. 8, section 1, Angers, n° 3, Plan pour servir au projet de 1750).

Emmanuel Litoux, Service archéologique départemental de Maine-et-Loire

Haut de page

Table des illustrations

Titre Château d’Angers, plan du logis royal (premier étage) et de la chapelle Saint-Jean-Baptiste.
Légende La restitution des dispositions tardo-médiévales est figurée en rose. Hypothèse de localisation des pièces mentionnées dans les sources comptables du xve s. et dans l’inventaire du château de 1471. 1 : grande salle comtale restructurée par Louis Ier ; 2 : salle « où [René] disgne de présent » (1465) ; 3 : « grant chambre de parement » (1453), désignée dans l’inventaire de 1471 comme « salle de parement » ; 4 : « chambre du roy » ; 5 : « chambre du haut retrait du roy » ; 6 : Galerie (non mentionnée dans l’inventaire de 1471) ; 7 : « chambre du petit retrait du roy » et « petite chapelle », surmontés d’une « estude du roy » ; 8 « galerie neufve sur le petit jardin, contre l’oratoire du roy » ; 9 : « petite chambre du haut retrait » et latrines surmontées de « l’estude du roy » ; 10 : « petit jardin » ; 11 ; « vivier » et « logis du vivier » ; 12 : « chapelle » ; 13 : « oratoire » ; 14 : « portal » ; 15 : « cuisines ». Les principaux numéros sont reportés sur un extrait d’un plan du château conservé au Service historique de la Défense (Archives du Génie, art. 8, section 1, Angers, n° 3, Plan pour servir au projet de 1750).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9273/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 887k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Litoux, « Angers (Maine-et-Loire). Logis royal du château », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 253-254.

Référence électronique

Emmanuel Litoux, « Angers (Maine-et-Loire). Logis royal du château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 16 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9273

Haut de page

Auteur

Emmanuel Litoux

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Litoux

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals