Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Chronique des fouilles médiévales...III.  – Constructions et habitats...III 1.  – Opérations de terrainBiron (Dordogne). Château

Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
III.  – Constructions et habitats fortifiés
III 1.  – Opérations de terrain

Biron (Dordogne). Château

Responsable d’opération : Laure Leroux
p. 257-258

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1Aux confins du Périgord, de l’Agenais et du Quercy, s’élève le château de Biron, célèbre tant pour ses dimensions imposantes que par le foisonnement architectural résultant d’une longue occupation. Après l’étude de bâti amorcée en 2012, une campagne de sondages a été entreprise au printemps 2013 afin de préciser la datation et le fonctionnement de deux édifices constituant l’enceinte et le soutènement de la cour basse du château. Il s’agissait également d’évaluer la pertinence d’une démarche alliant analyse des élévations et sondages ponctuels dans les soubassements intérieurs de ces bâtiments.

2Les deux édifices concernés déterminent l’angle SE de la cour basse du château (fig. 1), et leurs élévations soutiennent le premier palier de l’éminence sur laquelle se développe le site castral. Cette configuration donne lieu à des espaces semi-enterrés, situés sous le niveau de sol de la cour, tandis que leurs façades méridionales constituent l’escarpe de la plateforme inférieure.

3Le premier bâtiment, dit « de la Recette » ou bâtiment A, est composé d’un corps de logis de plan rectangulaire, d’environ 12 m × 7 m pour 26 m d’élévation maximum, orienté SO-NE, subdivisé à l’heure actuelle en cinq niveaux, dont deux semi-souterrains desservis par un escalier droit parcourant toute la longueur de l’édifice. Une tour d’escalier en vis de plan grossièrement semi-circulaire, adossée au pignon nord, dessert les étages. Les deux niveaux inférieurs comprennent, outre l’escalier droit, un volume unique s’achevant en berceau légèrement brisé, conforté par un arc-doubleau médian retombant sur des pilastres en pierre taillée. Les ouvertures associées sont surmontées d’un arc plein cintre et layées. Sur la façade méridionale du bâtiment, se décèlent l’arrachement de contreforts plats qui soutenaient autrefois l’élévation, ainsi que les stigmates d’un violent incendie. Associée à cette élévation, une vaste porte (surélevée de 3 m au-dessus du niveau de sol) prolongeait l’escalier droit et assurait la liaison entre l’extérieur du château et la cour basse. Les sondages ouverts dans la plus basse pièce de cet ensemble, au même niveau que la porte, ont révélé les fondations des élévations et une fosse rectangulaire. De nombreux creusements ­circulaires, disséminés sur les parois et le fond de cette fosse, évoquaient le négatif d’une structure en bois qui pourrait correspondre, à un dispositif de levage, probablement associé à un niveau de plancher intermédiaire servant au stockage. Les sondages ont confirmé l’homogénéité de la construction associant à ce volume principal l’escalier droit, probablement utilisé comme rampe de construction étant donné la topographie du site. La découverte, dans une tranchée de construction, d’un denier d’argent émis du temps de Guillaume X, duc d’Aquitaine (1127-1137), offre le premier argument de datation, autre que stylistique, de cet édifice et situe sa réalisation dans la deuxième moitié du xiie s. au plus tard, étant donné la courte période de circulation de ce type de monnaie. La pauvreté de la stratigraphie, la rareté du mobilier recueilli et la configuration générale de la pièce suggèrent une vaste cave, surmontée d’un niveau voûté sur plancher, également desservi par l’escalier droit. Dans cette pièce, trois placards indiquent un espace habitable, voire une possible chapelle seigneuriale étant donné son couvrement et son orientation. L’édifice primitif comprenait également un étage, probablement résidentiel, dont ne subsiste qu’une porte en plein cintre surélevée par rapport à la cour basse. Les niveaux supérieurs de cette tour-logis ont fait l’objet d’une reconstruction presque intégrale qui a donné lieu à la création, au premier étage, de deux chambres disposant de cheminées et de latrines – fastueusement ornées de peintures aux motifs de centaure et de dauphins – et à l’édification d’une première tour d’escalier en vis. Les colonnettes à base prismatique enserrant la porte d’entrée de cette tour font écho aux modénatures des cheminées, tandis que l’écu « à l’italienne » qui la surmonte est également un des motifs du décor peint. Ce programme à l’esthétique en vogue à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne semble attribuable aux transformations du château engagées par Pons de Gontaud entre 1495 et 1524.

4De nouvelles modifications des étages et de la tour d’escalier en vis laissent présumer une ultime campagne de travaux, se caractérisant essentiellement par l’introduction de nombreuses canonnières « à la française » orientées vers la seule entrée carrossable de la cour basse. Elles suggèrent une mise en défense de l’édifice qui pourrait être liée au contexte tumultueux des guerres de Religion, dans la seconde moitié du xvie s.

5Situé perpendiculairement à la tour-logis A, le second bâtiment découvert – B, dit des « Écuries » – est de plan rectangulaire (19 m × 6,5 m) ; 20 m d’élévation maximum sont conservés. La façade méridionale, donnant sur l’extérieur du château, révèle une stratigraphie des maçonneries complexe, au sein de laquelle se distingue cependant un appareil primitif homogène, rubéfié et associé à un contrefort plat et à d’étroits jours en plein cintre. Au centre de cette façade, le départ de l’arcature d’une porte suggère une entrée surélevée, marquant peut-être la limite entre deux édifices accolés aux architectures similaires. L’ensemble du bâti primitif serait rattachable au Moyen Âge. Le volume parallélépipédique du bâtiment est divisé en deux niveaux, dont un, semi-souterrain, a été l’objet de la campagne de fouille du printemps 2013. Des vestiges de mur se signalaient par un appareillage similaire aux élévations médiévales de l’édifice voisin. Leurs surfaces entièrement rubéfiées suggèrent l’existence d’un premier bâtiment détruit par un violent incendie. Les sondages ont exhumé l’arase d’un mur d’1,45 m d’épaisseur dont le tracé épouse l’orientation de la tour-logis voisine. Cette juxtaposition de bâtiments pourrait traduire un habitat groupé mais non collectif, à l’instar des milites du castrum d’Excideuil, que ses caractéristiques incitent à placer dans la seconde moitié du xiie s. Les sondages ne sont pas parvenus jusqu’aux niveaux de destruction. Le niveau inférieur est alors voûté afin de renforcer les anciens murs fragilisés, le niveau supérieur est transformé en écuries, de plain-pied avec la cour basse. Les rares tessons découverts livrent une datation résolument moderne. La typologie des ouvertures de cette écurie favorise une datation dans la seconde moitié du xvis. L’accès au niveau souterrain est installé à l’extérieur lors d’un ultime aménagement, en 1753.

Château de Biron, plan et localisation des bâtiments concernés.

Château de Biron, plan et localisation des bâtiments concernés.

Plan Monument historiques

Haut de page

Table des illustrations

Titre Château de Biron, plan et localisation des bâtiments concernés.
Crédits Plan Monument historiques
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9278/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Leroux, « Biron (Dordogne). Château »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 257-258.

Référence électronique

Laure Leroux, « Biron (Dordogne). Château » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 02 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9278 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.9278

Haut de page

Auteur

Laure Leroux

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Laure Leroux

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search