Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
III.  – Constructions et habitats fortifiés
III 1.  – Opérations de terrain

Boves (Somme). Complexe castral et prioral du « Quartier Notre-Dame »

Responsable d’opération : Philippe Racinet et Lionel Droin
p. 258-259

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1Deux grandes zones ont été concernées par la campagne 2013 : le talus oriental surplombant le fossé de barrage d’éperon et la partie SO de la plateforme de la grande motte castrale.

2Sur le talus oriental, la fouille a mis au jour l’ensemble de la porte d’entrée du dernier château (fin xive-fin xvie s.). Il s’agit d’un système à la fois complexe et monumental. La porte proprement dite est flanquée par deux tourelles circulaires adossées, à l’est, à deux hauts murs d’enceinte ; elle ouvre sur un préau probablement découvert et peut-être accosté d’une fausse braie du côté sud. Ce préau, dominé par la tour maîtresse SE établie sur la plateforme, devait tourner presque à angle droit vers le nord pour gravir la pente de la motte. Vers l’extérieur, un chemin construit descendait par petits degrés en direction de la basse cour.

3Ce système d’entrée, de construction aussi soignée que la tour maîtresse SE, était en surplomb tant du côté du fossé (au sud), avec une pente abrupte sans parement, que du côté de la basse cour (au nord), avec un mur-terrasse pouvant atteindre 5 m de hauteur par endroits. Il témoigne d’une volonté de paraître certaine de la part des derniers possesseurs de cette imposante forteresse. Par ailleurs, il est possible qu’à cette époque, il n’y ait plus de courtine sur le talus oriental, ce qui indiquerait une autre conception de l’espace castral, ce dernier devenant plus centré sur le château proprement dit, en laissant de côté la basse cour.

4Sur la plateforme, ce sont les niveaux les plus anciens et le procédé de construction de la motte qui ont fait l’objet de la plupart des investigations de cette année.

5Dans l’angle SO, deux grands plans stratigraphiques ont permis de préciser le contact entre le corps de motte, avec ses couches en forte pente vers le centre, alternant argile et cailloutis de craie, et la couronne périphérique composée de remblais indurés horizontaux, sur laquelle s’est implanté ultérieurement le rempart de terre et de bois. Plusieurs poteaux, établis dans les remblais de motte en limite de la plateforme, peuvent correspondre à des éléments stabilisateurs placés à la jonction de la couronne périphérique et du corps de motte, notamment pour maintenir les blocs de cette couronne pendant la pose des radiers damés à l’intérieur de la motte et pour servir occasionnellement de supports pour des engins de levage en vue d’acheminer les matériaux nécessaires.

6Grande découverte de cette campagne, une occupation primitive est marquée par une couche noire unique reposant sur un niveau induré d’argile et de cailloux de craie. D’une grande extension, elle est en cuvette. Quelques éléments significatifs témoignent d’une occupation parfaitement organisée : sablières, trous de poteau et surtout une cheminée appareillée avec des pierres calcaires taillées formant un rectangle et entourant une sole rubéfiée. La couche noire, qui n’est pas micro-stratifiée, contient une assez grande quantité d’ossements animaux et quelques tessons de céramique, caractéristiques du xe s. Sans aucun contact direct avec les contextes d’occupation de la première phase (2A) repérée sur la plateforme et partout scellée par un remblai de nivellement quasiment vierge et d’une forte épaisseur (1 m), cette couche noire témoigne d’une occupation primitive. Un tassement de la partie nord, certainement progressif, explique certainement l’abandon de cette première installation, pour « vice de construction », et une interruption dans l’occupation, en liaison avec la restructuration de la plateforme par la mise en place d’un épais remblai de nivellement entrecoupé d’un niveau damé de craie. La datation provisoire fournie par la céramique, qui sera confirmée par des datations par radiocarbone, indique un laps de temps relativement court entre cette installation primitive (fin ixe ou tout début du xe s.) et les structures de la phase 2A (1re moitié du xe s.), jusque-là considérées comme les vestiges de la première occupation de la motte.

Boves, complexe castral et prioral du « Quartier Notre-Dames »

Boves, complexe castral et prioral du « Quartier Notre-Dames »
Haut de page

Table des illustrations

Titre Boves, complexe castral et prioral du « Quartier Notre-Dames »
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9282/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 894k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Racinet et Lionel Droin, « Boves (Somme). Complexe castral et prioral du « Quartier Notre-Dame » », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 258-259.

Référence électronique

Philippe Racinet, Lionel Droin, « Boves (Somme). Complexe castral et prioral du « Quartier Notre-Dame » » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 27 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9282

Haut de page

Auteurs

Philippe Racinet

Articles du même auteur

Lionel Droin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Philippe Racinet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Lionel Droin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals