Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
III.  – Constructions et habitats fortifiés
III 1.  – Opérations de terrain

Caen (Calvados). Le château

Responsable d’opération : Bénédicte Guillot
p. 259

Entrées d’index

Année de l'opération:

2011, 2012, 2013, 2014
Haut de page

Texte intégral

1En 1998, la ville de Caen a lancé un programme de conservation et de mise en valeur de son château. En 2005, une opération d’archéologie préventive dans son enceinte, à l’emplacement des actuelles « salles du rempart », a mis en évidence un mur appartenant à un bâtiment situé hors emprise. Une fouille programmée a été lancée en 2011 afin d’étudier ce bâtiment. Elle s’est poursuivie en 2012 et 2013 et doit se terminer en 2014.

2À l’issue de cette troisième campagne de fouille, tous les niveaux postérieurs à la récupération des maçonneries de l’édifice ont été étudiés. Ces remblais, présents sur une épaisseur de 3,50 m, correspondent en partie inférieure au démantèlement d’une partie des maçonneries à la fin du xve-début du xvie s., puis à la mise en place du mur du Cavalier servant à supporter une terrasse d’artillerie dans l’angle NO du château au cours du xviie s. Les fondations de ce mur, en moellons de calcaire rectangulaires avec, à intervalle régulier, des harpes en grand appareil calcaire, reprennent le tracé du mur gouttereau nord de l’édifice.

3Concernant le grand édifice (d’une surface de près de 300 m²), les fouilles 2013 ont confirmé l’existence d’un bâtiment à deux niveaux avec la mise au jour d’une maçonnerie orientée N-S. Ceci permet la présence, dans le tiers ouest, d’un espace de 90 m² sur plus de 3 m de haut, accessible, à l’origine, par une porte située dans l’angle NO. Le niveau de circulation de cet espace est constitué de terre battue. Il repose sur un ressaut de fondation interne du pignon, dont les fondations existent sur plus d’1,50 m de haut.

4Des restes d’un enduit de chaux ont été mis en évidence sur le pignon ouest avec, tracées en creux, des lignes imitant un appareil de pierres. La datation de cet enduit n’a pu être déterminée : il pourrait s’agir d’un aménagement postérieur à la construction.

5L’accès au niveau supérieur, probablement d’un seul tenant, se fait par la porte principale de l’édifice, large de 2,20 m, située au centre du pignon oriental et ouvrant sur la cour du château. L’hypothèse d’un sol en plancher pour ce niveau reste posée puisqu’aucun niveau de circulation n’existe, dans la portion dégagée, entre le terrain naturel et les premiers remblais issus de la démolition. Deux plots maçonnés, situés dans l’axe de la porte centrale, pouvaient supporter ce plancher.

6La moitié orientale du bâtiment a été complètement fouillée jusqu’au substrat, constitué de plaquette calcaire. De nombreuses fosses et trous de poteaux sont creusés dans la roche, certains sont contemporains de la construction de l’édifice, telles les deux fosses, découvertes en 2012, ayant servi à éteindre la chaux vive avant son utilisation pour confectionner du mortier. Mais la plupart des structures fossoyées sont plus difficiles à identifier et certaines pourraient être antérieures à l’édifice, témoignant peut-être de l’utilisation du socle rocheux comme carrière à ciel ouvert.

7La stratigraphie dans la moitié ouest est beaucoup plus importante du fait du pendage du terrain naturel. Seuls des sondages, répartis le long du pignon ouest et dans la partie centrale, ont permis d’observer les niveaux jusqu’au ressaut de fondation des murs.

8Au cours du Moyen Âge, une seconde ouverture à l’étage bas est percée dans l’angle SO, permettant un accès direct vers le sud. Au débouché de la porte, deux murets délimitent un petit espace, de moins de 2 m², comprenant un dallage en galets calcaires et un accès vers le reste du bâtiment. La présence d’une auge en pierre dans cet espace renforce son identification comme un réduit pour un petit animal, comme un chenil par exemple.

9Enfin, il faut signaler la mise en évidence d’une structure de type fosse ou tranchée, creusée dans le terrain naturel et qui est comblée à la fin du xiie s., probablement lors de la construction de l’édifice. Observée sur une petite surface, elle semble avoir une orientation NE-SO et une largeur d’environ 2,20 m. Le dégagement total de cette structure en 2014 devrait permettre de définir sa fonction : utilisation, simple fosse d’extraction du sous-sol calcaire ou autre…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bénédicte Guillot, « Caen (Calvados). Le château »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 259.

Référence électronique

Bénédicte Guillot, « Caen (Calvados). Le château » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9283

Haut de page

Auteur

Bénédicte Guillot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Bénédicte Guillot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals