Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
III.  – Constructions et habitats fortifiés
III 1.  – Opérations de terrain

Cambrai (Nord). Rue de l’Escaut

Responsable d’opération : Christine Cercy
p. 259-260

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1Le terrain bordé par l’Escaut sur lequel a porté le diagnostic de l’Inrap, représente une superficie de près de 2 ha, dans la partie NO de Cambrai. Le secteur correspond à l’emplacement de l’ancien front fortifié ouest de la ville (dit front de Bèvres), attesté vers 1400 et démantelé à partir de 1893. La surface importante d’investigation a permis de dégager trois des tours de flanquement, la courtine, dont on peut désormais restituer le tracé sur plus de 200 m, la levée de terre ainsi que le fossé d’enceinte, alimenté par l’Escaut.

2Au xive s., cette zone est recouverte par une formation alluviale qui en fait une zone humide ou marécageuse. C’est dans ce niveau que sont implantés le rempart et les tours d’artillerie du front de Bèvres.

3Le diagnostic a permis de dégager deux ensembles : un front homogène vraisemblablement construit au cours d’une même campagne, situé entre la tour dite du Redan, au nord, et la tour la plus méridionale, et une fortification d’aspect, voire de conception différente, à l’extrémité sud du terrain. Organisé en angles saillants et rentrants, le front de Bèvres est flanqué de quatre tours circulaires, dont trois ont été dégagées ; la quatrième, dont on ignore le plan exact, est détruite entre 1865 et 1867. La salle basse des tours, seule subsistante après le démantèlement, est pourvue de 3 à 5 ouvertures de tir. Celles qui ont été dégagées comportent des fentes de visée cruciformes ; par comparaison avec des éléments de l’enceinte encore conservés, on suppose qu’elles se terminent en bêche. Les ouvertures de tir de la tour du Redan, remaniées à une période indéterminée, auraient été conçues dès l’origine pour être polyvalentes, permettant l’usage d’armes de trait comme d’armes à feu de petit calibre. La courtine, peu épaisse (1,46 m max. obs.), fonctionne dans un premier temps avec une levée de terre peu élevée mais profonde (au minimum 15,4 m), avant d’être remparée au xvie s. À l’époque moderne, la terrée est dotée de murs permettant l’accès aux plateformes de tir. À l’est de l’emprise, le terrain semble accuser une légère dépression dans laquelle se situent les jardins de l’Hospice et, selon la documentation, les terrains d’entraînement des compagnies urbaines.

4À partir de la période française (1677) ou peu avant, des pans entiers du rempart sont reconstruits, se substituant aux murailles médiévales. Ces nouvelles constructions ont pour caractéristique d’associer un parement externe en brique – doté d’un fruit et probablement d’un soubassement en grès – à un blocage en craie. La partie arrière de ces remparts conçus pour résister à une canonnade est rythmée par des contreforts rectangulaires ou trapézoïdaux. Toutes ces constructions prennent appui sur les tours originelles, qui conservent tout ou partie de leur fonction de flanquement. À l’est, dans les jardins, les premiers casernements sont édifiés, dont le quartier de cavalerie Saint-Pierre, détruit en 2008. Pour compenser le dénivelé du terrain, les matériaux provenant de la démolition des casernes voisines en 1786 (quartier de l’Arbalète) sont soigneusement épandus à l’est de la caserne Saint-Pierre, par lits successifs de gravats. La plateforme ainsi créée devient une cour pour les manœuvres de la cavalerie.

5Le démantèlement des fortifications cambrésiennes est décidé en 1893, le secteur demeurant une réserve militaire jusqu’à une date très récente.

Cambrai, plan de masse du diagnostic : phasage des fortifications.

Cambrai, plan de masse du diagnostic : phasage des fortifications.

Lever topographique et mise en forme Y. Créteur, C. Cercy, Inrap

Haut de page

Table des illustrations

Titre Cambrai, plan de masse du diagnostic : phasage des fortifications.
Crédits Lever topographique et mise en forme Y. Créteur, C. Cercy, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9284/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Cercy, « Cambrai (Nord). Rue de l’Escaut »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 259-260.

Référence électronique

Christine Cercy, « Cambrai (Nord). Rue de l’Escaut » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9284

Haut de page

Responsable d’opération

Christine Cercy

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals