Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
III.  – Constructions et habitats fortifiés
III 1.  – Opérations de terrain

Cambrai (Nord). Château de Selles

Responsable d’opération : Virginie Motte
p. 260-261

Entrées d’index

Année de l'opération :

2011, 2012, 2013, 2014
Haut de page

Texte intégral

1Le Château de Selles à Cambrai, édifié au xiiie s., constitue un des plus grands ensembles de graffiti, sculptures et gravures pariétales connus en France pour les périodes médiévale, moderne et contemporaine. On estime leur nombre à plus de 2000 inscriptions, représentations figurées et marques diverses, témoins d’une histoire riche et des traces des hommes qui ont occupé les lieux. Les plus anciennes sont attribuées à la première moitié du xive s. et les plus récentes ont été griffonnées de nos jours. Le résultat est un palimpseste de manifestations graphiques plus ou moins lisibles, qui constitue un patrimoine fragile, d’une grande valeur scientifique.

2Les gravures et graffiti du château de Selles sont conservés, pour certains depuis plus de sept siècles. Mais, depuis les années 1960, de nombreuses dégradations ont été observées. Hormis les dégradations volontaires et des vols, les altérations observées sont de natures diverses, liées à des épisodes de gel/dégel, à des variations hydro­graphiques ou encore à des restaurations récentes. Les murs sont par endroits fortement attendris et les pierres présentent des boursouflures et des desquamations. Parfois, la surface gravée montre une véritable décomposition.

3L’état général du bâtiment, la richesse iconographique des gravures et graffiti, de même que la menace de destruction à court terme qui pèsent sur ces vestiges, sont à la base de l’opération archéologique programmée initiée en 2011 et concernant l’inventaire, l’étude et l’état sanitaire des sculptures, gravures et graffiti du château. L’année 2011 a consisté à mettre en place un inventaire. Les deux années suivantes, 2012 et 2013 ont permis de mener un projet de recherche en trois volets : la numérisation 3D, l’observation de la conservation et des phénomènes de dégradation, les études iconographiques et la prospection de gravures inédites.

4En termes de numérisation 3D, la priorité a été donnée aux endroits les plus menacés par la dégradation. En 2011 (2 jours de scan) mais surtout en 2012 (5 jours de scan) et 2013 (10 jours de scan), 45 m² de murs portant des gravures ont pu être numérisés. Durant ces campagnes, il a été possible de numériser quasiment l’intégralité des murs de la tour 3, au niveau 2, menacés par les altérations les plus avancées et portant des gravures de qualité.

5Lors de l’année 2013 une partie des murs se trouvant dans un meilleur état de conservation ont également été relevés avec le scanner 3D et l’exploitation des données 3D a débuté. Leur analyse a permis de déchiffrer certains motifs plus objectivement et a livré des éléments d’interprétation d’ordre technologique par rapport aux modes techniques employés par les graveurs.

6En 2014, le classement, l’exploitation et le stockage des données seront une priorité. De plus, une modification du dispositif de scan sera envisagée afin de permettre l’accès aux endroits étriqués (comme le fond des archères par exemple) qui n’ont pas été atteints, pour le moment, par le scanner.

7Le travail sur le terrain en 2012 et 2013 a également permis d’approfondir les observations en termes de conservation. Il a été possible de proposer des axes de réflexion sur la complexité des phénomènes d’altération et leurs causes.

8Les études iconographiques menées sur les gravures depuis 2011 témoignent de la complexité mais surtout de la richesse et de l’originalité de ces vestiges, témoins du passage d’individus d’horizons très différents. Outre les motifs déjà connus, un nombre considérable de nouvelles figurations ont été découvertes. Le relevé sur photo et le travail sur les images 3D fournissent des supports adaptés pour un travail plus approfondi sur l’identification et l’interprétation des motifs.

9Des études iconographiques classiques, avec une méthode empruntée à l’histoire de l’art, s’ajoutent au travail de relevé. Ces études stylistiques et techniques sont souvent difficiles à mener car les comparaisons entre peintures et œuvres d’art du xiie au xvie s. et ces gravures, parfois spontanées, s’avèrent compliquées. Les motivations, les supports, la technique employée (peinture, gravure, sculpture) et l’état d’esprit des auteurs (artistes, prisonniers, soldats, citoyens sans formation artistique) semblent parfois très différents.

10Pour faire connaître le site et développer des partenariats scientifiques, l’équipe participe autant que possible aux colloques de glyptographes. Elle a également à cœur de restituer l’acquis du travail et de promouvoir les graffiti auprès du public local.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Motte, « Cambrai (Nord). Château de Selles », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 260-261.

Référence électronique

Virginie Motte, « Cambrai (Nord). Château de Selles » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9287

Haut de page

Auteur

Virginie Motte

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Virginie Motte

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals