Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
III.  – Constructions et habitats fortifiés
III 1.  – Opérations de terrain

Châteaubriant (Loire-Atlantique). Donjon du château

Responsable d’opération : Caroline Chauveau
p. 262-263

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1Une restauration devant être entreprise sur le donjon, le grand logis et le châtelet d’entrée, sur le front SE de l’enceinte dite du Vieux Château à Châteaubriant, le projet nécessite un accompagnement archéologique avec une étude du bâti de chaque édifice visant à déterminer leur phasage chronologique depuis leur construction jusqu’à nos jours. La première tranche a porté sur le donjon.

2L’étude a révélé cinq phases d’occupation principales depuis la construction du donjon jusqu’à son abandon. Construit en moellons et blocs de schiste, le donjon possède des espaces intérieurs de 110 m² et des murs épais de 2,80 m. Sa position à l’angle entre les fronts nord et est de l’enceinte castrale en fait un marqueur architectural majeur au sein du château. Trois chemins de ronde ont été repérés : le premier, construit avec des créneaux/merlons, est nettement visible sur son élévation extérieure nord et marque le sommet du donjon initial à 81,66 m NGF. Cette première construction est de plan quadrangulaire mais elle a été modifiée en profondeur par la suite.

3Dans un second temps, le donjon est rehaussé et un nouveau chemin de ronde, qui couvre les fronts nord, est et sud, est construit sur trois consoles en moellons de schiste. Trois niveaux sont ajoutés en élévation, le chemin de ronde est rehaussé de 5 m et des latrines se vidant du côté de l’escarpement nord sont installées à l’angle NE. À l’intérieur du donjon, des baies à coussièges ont été découvertes au 2e étage et la communication avec la petite vis est attestée à cette époque.

4La construction du troisième chemin de ronde est motivée par l’édification de la grande vis de l’escalier situé à l’angle SO du donjon (fig.) : ce chemin est composé de consoles de moindres dimensions qui rattrapent le niveau du 2e chemin de ronde. La grande vis dessert tous les étages du donjon et permet une circulation avec le grand logis. Cette modification est datée du dernier tiers du xivs. et du premier tiers du xve s. Les maçonneries de l’élévation sud sont reprises en profondeur, donnant à ce mur un plan à pan coupé. Le sommet actuel de la grande vis garde des traces d’une salle polygonale avec baies et cheminée qui permettait de surveiller l’entrée du château et la ville. L’emploi du grès roussard est une caractéristique architecturale prédominante depuis le premier rehaussement du donjon : la grande vis est éclairée par de nombreuses baies où cette pierre est employée dans un but décoratif et probablement symbolique.

5La quatrième phase d’occupation est révélée par l’ouverture de grandes baies à meneaux dans les murs nord et sud et de fenêtres à traverses. Les cheminées du rez-de-chaussée et des trois étages sont reconstruites, notamment à l’ouest et à l’angle est, tout comme les élévations des 2e et 3e étages sur les côtés est et sud, la charpente débutant à 96 m NGF.

6La cinquième phase d’occupation a été reconnue lors de la fouille du rez-de-chaussée. Le dernier niveau de sol est composé de carreaux de terre cuite sur l’ensemble des 110 m² et communique avec la galerie orientale installée contre le donjon. Les fonctions du rez-de-chaussée ont évolué depuis la construction du donjon (salle haute) jusqu’à abriter les cuisines à l’époque moderne : une cheminée côtoie des aménagements domestiques installés dans les ébrasements des fenêtres à meneaux nord et sud (garde-manger et table pour la découpe du gibier).

7Avant l’opération, seuls trois niveaux étaient connus, les documents iconographiques évoquant la charpente au niveau des arases sommitales actuelles. Les découvertes réalisées permettent de revoir cette hypothèse et apportent un phasage inédit des élévations du donjon. Ces résultats seront mis en perspective avec l’étude du grand logis et celle du châtelet prévues en 2014.

Châteaubriant, donjon du château.

Châteaubriant, donjon du château.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Châteaubriant, donjon du château.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9290/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 984k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Chauveau, « Châteaubriant (Loire-Atlantique). Donjon du château »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 262-263.

Référence électronique

Caroline Chauveau, « Châteaubriant (Loire-Atlantique). Donjon du château » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 05 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9290

Haut de page

Auteur

Caroline Chauveau

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Caroline Chauveau

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals