Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
III.  – Constructions et habitats fortifiés
III 1.  – Opérations de terrain

Faye-sur-Ardin (Deux-Sèvres). 17, route de Niort

Responsable d’opération : Emmanuel Barbier
p. 267

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1Suite au rachat récent par la commune de Faye-sur-Ardin de plusieurs parcelles de terrain au sein du bourg, couvrant une surface relativement importante (8 840 m²), un aménagement du lieu est désormais envisagé. Ce secteur non bâti est situé aux abords d’une anomalie topographique (tracé ovalaire), possible héritage de l’enceinte qui aurait délimité la résidence du seigneur de Faye, mentionnée très tardivement puisque celle-ci n’apparaît qu’en 1597 dans un aveu rendu par le seigneur de Faye et d’Allonnes à Jacques du Fouilloux, sieur de la Motte de Saint-Denis du Mairé, en raison d’un terroir sis près de l’église de Faye et dit des « quatre fiefs, tenant à la motte de Faye ». La motte, démantelée à la fin du xviiie s., n’apparaît plus dans le paysage à l’exception du maillage parcellaire. Le contexte chronologique lié à son développement demeure méconnu. Il semblerait toutefois que l’émergence de cette autorité ait motivé un déplacement du premier habitat (vie-xiie s.) récemment reconnu aux abords de l’église paroissiale Saint-Vivien.

2Dans ce cadre, la mairie de Faye-sur-Ardin a sollicité le Service régional de l’archéologie afin qu’un diagnostic anticipé soit réalisé dans l’emprise du futur projet. Onze tranchées ont été réalisées. La plupart des sondages n’ont pas révélé de vestige majeur à l’exception de fosses d’extraction de matériaux et de fossés parcellaires. Deux ensembles distincts ont toutefois été découverts. Le premier est un vaste bâtiment qui se développe au-delà des parcelles prescrites. Doté d’une partition interne, il se développe sur plus de 9 m pour une largeur qui atteint 5,20 m. Un foyer interne a pu être observé au contact du substrat préalablement débarrassé de sa couverture sédimentaire. La mise en œuvre des maçonneries montées à la terre est très soignée. Ce bâtiment était vraisemblablement couvert de tuiles étant donné la densité du dépôt qui précède l’abandon (courant xve s.) accompagné d’une récupération des matériaux (moellons). La nature de cette construction relativement isolée et dépourvue à priori d’aménagement défensif (fossé) ne peut pas être précisée en l’état des connaissances. Son développement vers la parcelle, censée accueillir la motte castrale de Faye implique toutefois une possible association avec la résidence seigneuriale. Ce bâtiment a été perturbé par le creusement d’un imposant fossé dont le profil semble davantage relever d’un aménagement défensif. Ce dernier délimiterait un espace situé en dehors de l’emprise du diagnostic, localisé à l’emplacement supposé de la motte. Il pourrait être associé au fossé situé plus à l’ouest qui lui est perpendiculaire renforçant l’hypothèse de la délimitation d’un ensemble clos et fossoyé. Toutefois, la relation entre ces deux structures n’a pas pu être assurée (hors emprise).

3Par ailleurs, un second fossé relativement large et profond a été mis en évidence dans deux tranchées sur la partie occidentale de l’emprise. Sa lecture très partielle et l’absence d’artefact limitent l’interprétation.

4En dépit des limites dues au cadre même de l’exercice, ce diagnostic a révélé un ensemble de vestiges qui semblent confirmer le développement tardif du village sur cette partie du bourg. L’occupation qui fait suite à l’abandon du premier village n’a pas été observée. Seul un vaste bâtiment bien construit a été partiellement dégagé. Abandonné au cours du xve s., il semble relever d’un ensemble plus complexe qui se développerait au sud, c’est-à-dire à l’emplacement supposé de la motte de Faye.

Faye-sur-Ardin, vestiges du mur est du bâtiment partiellement dégagé.

Faye-sur-Ardin, vestiges du mur est du bâtiment partiellement dégagé.

Cliché E. Barbier, Inrap

Haut de page

Table des illustrations

Titre Faye-sur-Ardin, vestiges du mur est du bâtiment partiellement dégagé.
Crédits Cliché E. Barbier, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9305/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 860k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barbier, « Faye-sur-Ardin (Deux-Sèvres). 17, route de Niort »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 267.

Référence électronique

Emmanuel Barbier, « Faye-sur-Ardin (Deux-Sèvres). 17, route de Niort » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9305

Haut de page

Auteur

Emmanuel Barbier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Barbier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals