Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
III.  – Constructions et habitats fortifiés
III 1.  – Opérations de terrain

Harcourt (Eure). Le Château

Responsable d’opération : Gilles Deshayes
p. 268-269

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1La porte nord de la basse-cour du château d’Harcourt, dite Porte Piquet, était défendue par une barbacane et de puissants fossés, avec un pont dormant. Elle était composée d’un couloir axial, de deux tours de flanquement encadrées de deux courtines contre lesquelles étaient adossés de grands édifices.

2En amont d’un projet de restauration, le diagnostic a mis en évidence deux principaux états successifs, comportant pour chaque état un couloir à priori de même largeur, deux tours de flanquement, deux courtines d’un même tracé et probablement aussi deux mêmes bâtiments adjacents. Du premier au second état, la construction monumentale est passée d’un mortier jaune à un mortier orange, l’épaisseur de certains murs a varié, la largeur du couloir a été conservée et la taille des tours probablement augmentée (seuls les vestiges primitifs de la tour ouest ont été pour l’instant observés). Sous réserve, le premier état de ces constructions pourrait dater de la fin du xiie ou de la 1re moitié du xiiie s. ; le second état serait attribuable à la fin du xiiie s. ou au courant du xive s. Le mobilier datant fait défaut, notamment en raison d’une fouille limitée aux remblais postérieurs dans le cadre du diagnostic.

3Entre ces deux chantiers de construction, les bâtiments ont subi un incendie suivi d’une importante démolition. Une fois reconstruits, les bâtiments ont été dotés d’un pavage de silex (couloir), d’une cheminée (bâtiment est), d’enduits muraux en plâtre (bâtiment ouest) et d’un emmarchement sous une archère (tour est). Le passage entre les deux tours a été réduit par la mise en place d’un épais mur, puis a été définitivement condamné par des pierres en vrac liées de torchis. Tous ces bâtiments ont finalement été détruits au cours de l’époque moderne et leurs débris étalés et nivelés.

4Quelques observations ont permis de localiser et d’identifier dans le fossé de la haute cour les pans subsistants du glacis de la contrescarpe, les restes d’une hypothétique tour dans l’angle NE de la basse cour et les ruines d’un mur ou d’un glacis appuyé contre le talus séparant le fossé de la haute cour de celui de la basse cour.

Harcourt, le château, vue d’ensemble du sondage 1.

Harcourt, le château, vue d’ensemble du sondage 1.

Cliché G. Deshayes

Haut de page

Table des illustrations

Titre Harcourt, le château, vue d’ensemble du sondage 1.
Crédits Cliché G. Deshayes
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9309/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 905k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Deshayes, « Harcourt (Eure). Le Château »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 268-269.

Référence électronique

Gilles Deshayes, « Harcourt (Eure). Le Château » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9309

Haut de page

Auteur

Gilles Deshayes

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Gilles Deshayes

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals