Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
III.  – Constructions et habitats fortifiés
III 1.  – Opérations de terrain

Mazamet (Tarn). Saint-Sauveur d’Hautpoul

Responsable d’opération : Marie-Élise Gardel
p. 274-275

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1La deuxième campagne de prospection-inventaire organisée en juillet et novembre 2013 sur le site de Saint-Sauveur d’Hautpoul (Mazamet, Tarn) a permis de préciser l’organisation générale de cet éperon et d’en améliorer la datation. Un premier plan topographique a pu être établi ; les vestiges découverts y ont été reportés.

2L’intérêt de ce site réside non seulement dans la présence à son sommet d’une église mentionnée dès 1162, mais également dans les aménagements rocheux et les vestiges de fortifications qui ne sont pour la plupart perceptibles qu’après des débroussaillements raisonnés.

3Le village d’Hautpoul, qui fait face au site de Saint-Sauveur, est un ensemble castral exceptionnel, dominant l’Arnette, notamment célèbre grâce au récit du siège de 1212, raconté par Pierre des Vaux de Cernay. Le village d’Hautpoul, qui comporte toujours les vestiges de l’ensemble castral, est encore habité, les recherches archéologiques n’y seraient possibles qu’à la faveur de travaux. En revanche, le site de Saint-Sauveur, inhabité et en friche, se prête beaucoup mieux à ce type d’investigations.

4La prospection-inventaire a ainsi permis d’effectuer des recherches complémentaires en archives, permettant de mieux cerner l’histoire du site, de réaliser, en partenariat avec le Cerac (Castres) le relevé topographique du site permettant une meilleure lecture des vestiges et leur géo-référencement, de mener à bien un inventaire et une étude des vestiges bâtis (église, murs, fortifications) et creusés (bâtiments et structures excavés, chemins, fossés) existants sur l’éperon rocheux de Saint-Sauveur, et enfin, de recueillir et d’étudier un corpus mobilier de 1 359 objets, parmi lesquels 630 tessons de céramique dont 453 de céramique réductrice médiévale et alto-médiévale (plus de 70 % du total de la céramique) et 63 tessons de céramique protohistorique (10 % du total céramique) et de proposer ainsi une première approche chronologique de l’occupation du site.

5Une organisation castrale apparaît désormais sur le site de Saint-Sauveur, où l’on observe une crête rocheuse aménagée et fortifiée, protégée par un méandre de l’Arnette, contrôlant à l’est une importante voie de communication N-S multiséculaire, le « chemin du sel » attesté au Moyen Âge, et à l’ouest le confluent de l’Arnette et du Linoubre.

6En 2012, les premières prospections avaient permis l’étude de la partie orientale du site.

7En 2013, la connaissance du site a progressé. Des reconnaissances ont permis d’observer d’est en ouest :

  • un cirque naturellement protégé du vent et des intempéries sur le versant sud, qui a abrité un habitat, dont l’origine est peut être protohistorique (abri sous-roche de la zone 20) ;
  • l’église, placée à 408,33 m NGF, sur un des deux sommets du site (plateformes). Elle a fait l’objet de nombreuses réfections et reste à étudier en détail ;
  • une plateforme et une arête rocheuse en position inférieure qui pourraient avoir joué plusieurs rôles : basse cour, axe de communication, abri pour un habitat au nord et au sud (?) (zones 25 et 31) ;
  • la roca castri ou caput castri, desservie au sud par une probable voie d’accès.

8À l’ouest de cet ensemble saillant, un fossé a servi de carrière. Les murs qui le bordent au nord et au sud sont en pierre sèche. Les vestiges de murs qui le rehaussent à l’est et à l’ouest sont difficilement observables. Une organisation de défense très nette apparaît au sud.

9Tout ce secteur mérite une étude complémentaire. Des débroussaillages plus larges permettront sans doute de mieux interpréter ces éléments qui semblent médiévaux voire alto-médiévaux. En effet, Saint-Sauveur est un vocable carolingien. L’hypothèse d’un premier établissement fortifié, ou d’une cella pourrait être avancée (viiie et ixe s.).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Élise Gardel, « Mazamet (Tarn). Saint-Sauveur d’Hautpoul »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 274-275.

Référence électronique

Marie-Élise Gardel, « Mazamet (Tarn). Saint-Sauveur d’Hautpoul » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 05 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9324

Haut de page

Auteur

Marie-Élise Gardel

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Marie-Élise Gardel

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals