Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
III.  – Constructions et habitats fortifiés
III 1.  – Opérations de terrain

Metz (Moselle). Ancienne manufacture des tabacs

Responsable d’opération : Christian Dreier et Marianne Escoffier
p. 275

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1La fouille de 2013, portant sur l’emprise d’un futur parking souterrain, a permis d’étudier un tronçon du système défensif au NO de la ville, et son développement entre le xive et le xixe s. Le site est localisé à l’extrémité SO de l’Île de Chambière, en périphérie de l’ancien faubourg d’Outre Moselle, dans un secteur compris entre le mur d’enceinte médiéval, entourant ce faubourg dès la première moitié du xiiie s., et le cours principal de la Moselle.

2Un mur d’escarpe maintenant les remblais sablo-limoneux d’une fausse braie, ainsi qu’un fossé à fond plat, mesurant environ 25 m de large et 3,5 m de profondeur, sont les fortifications les plus anciennes dégagées sur le site. Ce sont des éléments défensifs placés en avant du rempart urbain qui se situe, quant à lui, hors de l’emprise fouillée. Le mur d’escarpe de la fausse braie, a été observé depuis le fond du fossé et sur près de 4,9 m d’élévation. Il s’agit d’une maçonnerie fourrée à deux parements, présentant un empattement en partie basse (1,15 m d’épaisseur en partie inférieure pour 0,75 m en partie supérieure) ainsi qu’un dévers notable vers l’est. Le parement oriental de la construction, côté fausse-braie, est monté en petit appareil irrégulier, grossièrement assisé, de moellons ébauchés. De ce côté, la poussée de la construction est contrebutée par des contreforts maçonnés disposés tous les 11 m environ. Le parement ouest, du côté du fossé, est constitué en partie basse, sur au moins quatre assises, d’un grand appareil de pierre de taille de calcaire jaune, ensuite, l’élévation est revêtue d’un petit appareil grossièrement assisé de moellons calcaires qui était probablement enduit. Le tracé rectiligne de ce mur est coupé par une petite tour semi-circulaire ouverte à la gorge.

3Le mur semble avoir été implanté dans les alluvions de la Moselle à l’aide de coffrages de bois dont deux planches ont pu être prélevées en vue d’une datation dendrochronologique. Les résultats de cette datation permettent de placer la construction du mur dans la première moitié du xive s., avec un terminus post quem en 1302, qui correspond à la première date d’abattage possible. Il est très vraisemblable que l’établissement de la fausse braie eut lieu en même temps, ou peu après l’installation du fossé, attestée par les sources en 1325, suite au siège de Metz pendant la guerre des quatre seigneurs.

4Par la suite le renforcement majeur des fortifications se manifeste par la construction en 1672-1674 d’un bastion détaché en demi-lune aux dimensions conséquentes, formé de deux segments rectilignes dessinant un angle obtus, et placé en avant du fossé médiéval. La maçonnerie fourrée, parementée sur ces deux faces, présente un net empattement en partie basse (2,75 m de large au niveau des fondations pour 1,75 m au niveau d’arase). Le parement intérieur, de moellons de calcaire ébauchés construit à petit appareil assisé, présente à la fois un dispositif d’ancrage au talus et un système de contrefortage puissant (13 contreforts espacés de 5 m ont été trouvés). Le parement extérieur, côté fossé, est formé d’un grand appareil de pierre de taille en calcaire jaune sur cinq assises surmonté d’un moyen appareil à assises régulières du même calcaire, que surmonte une élévation de petit appareil assisé enduite. Le bastion en demi-lune était entouré d’un fossé de 20 m de large, dont le fond n’a pu être fouillé.

5Sous le bastion, un ouvrage de même type, de forme triangulaire à angle aigu construit en terre et bois, a été découvert. Il a été refait au moins deux fois ; il semble figurer sur un « plan de Metz, comme on le voulait fortifier en 1630 », ce qui permettrait une datation dans la fourchette comprise entre 1630 et 1672/74.

6Entre 1737 et 1738 de profonds changements sont à nouveau apportés aux fortifications avec la création d’un front bastionné homogène, comportant la démolition du mur d’enceinte médiéval et la construction, à l’emplacement de la fausse braie, d’un rempart terrassé. Le bastion en demi-lune est alors raccordé au corps de la place Saint-Vincent, formant désormais le bastion dit Saint-Vincent. Le nouveau dispositif rend inutile une partie du mur d’escarpe de la fausse braie et du fossé médiéval car ils sont situés à l’intérieur du nouveau bastion. Un important remblaiement a donc été nécessaire, accompagné au préalable d’une récupération profonde du tronçon concerné du mur. Ce système a perduré jusqu’au milieu du xixe s. où un nouveau front défensif plus proche de la Moselle, composé d’une enfilade de casemates voûtées, a été érigé. Le démantèlement du bastion Saint-Vincent et le remblaiement de son fossé ont permis la construction d’une manufacture des tabacs dont les portes n’ont fermé qu’en 2010.

Metz, ancienne manufacture des tabacs 2013.

Metz, ancienne manufacture des tabacs 2013.

Vue de profil du mur d’escarpe de la fausse braie tardo-médiévale. Le tracé rectiligne est entrecoupé par une petite tour semi-circulaire. Le mur du xviiie s. à gauche a été construit pour rattacher le bastion en demi-lune à la fausse braie. Les murs, au premier plan, datent de l’époque contemporaine.

Cliché L. Pruneyrolles

Haut de page

Table des illustrations

Titre Metz, ancienne manufacture des tabacs 2013.
Légende Vue de profil du mur d’escarpe de la fausse braie tardo-médiévale. Le tracé rectiligne est entrecoupé par une petite tour semi-circulaire. Le mur du xviiie s. à gauche a été construit pour rattacher le bastion en demi-lune à la fausse braie. Les murs, au premier plan, datent de l’époque contemporaine.
Crédits Cliché L. Pruneyrolles
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9325/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 901k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Dreier et Marianne Escoffier, « Metz (Moselle). Ancienne manufacture des tabacs »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 275.

Référence électronique

Christian Dreier, Marianne Escoffier, « Metz (Moselle). Ancienne manufacture des tabacs » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9325

Haut de page

Auteurs

Christian Dreier

Articles du même auteur

Marianne Escoffier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Christian Dreier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Marianne Escoffier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals