Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Chronique des fouilles médiévales...III.  – Constructions et habitats...III 1.  – Opérations de terrainNiort (Deux-Sèvres). Le Donjon

Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
III.  – Constructions et habitats fortifiés
III 1.  – Opérations de terrain

Niort (Deux-Sèvres). Le Donjon

Responsable d’opération : Caroline Chauveau
p. 278

Texte intégral

1La ville de Niort projette un aménagement des abords du donjon, notamment à l’ouest de l’édifice, avec un talus végétalisé partant du pied du donjon pour rejoindre le niveau de la chaussée, quai de la Préfecture. Dans ce cadre, une fouille archéologique de la parcelle ouest du donjon a été réalisée et a révélé des vestiges importants au regard de l’évolution castrale.

2La parcelle concernée est située à l’ouest entre le donjon, daté de la fin du xiie s., et la rive gauche de la Sèvre niortaise, où les plans anciens attestent l’existence d’une enceinte basse quadrangulaire qui ferme un espace au pied du donjon. Elle ouvrait sur la Sèvre par la porte de fer et communiquait avec la cour haute du château par un passage aménagé dans sa courtine nord. Un bâtiment accolé à la courtine sud est mentionné dans la cour au xviie s.

3Les vestiges les plus anciens sont des tronçons de murs, dont l’un, muni de contreforts plats, est associé à un niveau de sol et une fosse. Le mobilier céramique incite à les dater des xe-xiie s., période à laquelle le donjon avec ses deux tours n’est pas encore construit. Les sources mentionnent le castrum de Niort à la fin du xe s., il est incendié en 1104. Si la localisation de ce castrum reste inconnue, le mur révèle une construction, dont il est difficile d’apprécier la fonction, mais qui est contemporaine de la première fortification comtale. Ce mur est ensuite tronqué par la tranchée de construction de la courtine sud, élevée depuis l’angle SO du donjon jusqu’à la Sèvre. Elle a été découverte sur 19 m de longueur ; d’une épaisseur de 2,30 m, elle conserve 4 m d’élévation (fig.). La courtine est construite en pierre de taille calcaire liées à l’argile avec des joints lissés au mortier de chaux. Seule une fente de tir flanquant le front sud de l’enceinte basse a été repérée. Cette construction est postérieure au donjon et sa mise en place date des xiiie-xive s. Le mur de courtine nord a été localisé mais sans être dégagé sur la totalité de son emprise  : il est normalement percé d’un passage encadré de deux archères qui défendent le chemin d’accès de la cour haute du château à la cour basse du donjon. Les extrémités ouest de ces deux courtines ont été détruites à la fin du xixe s.

4Un bâtiment quadrangulaire appuyé le long de la courtine sud, est construit dans la cour basse. Il sert en premier lieu d’écurie et de sellerie, comme en témoignent son architecture et le mobilier archéologique. Composé de deux niveaux sur sa partie est, il est doté de deux pièces communicantes et ouvre sur la cour au nord par une grande porte : la partie ouest semble dédiée à l’étable. L’étage est doté d’une fenêtre à deux battants. La construction de ce bâtiment a nécessité la condamnation de la fente de tir de la courtine sud. Cette annexe, installée aux xive et xve s., est utilisée jusqu’à l’époque moderne. Par la suite, le bâtiment est réaménagé pour servir d’entrepôt pour la poudre et les mèches de mise à feu : le risque d’explosion conduit à construire des voûtes encaissées pour doubler les murs de l’ancienne écurie dans les deux salles du rez-de-chaussée. Le sol ancien, en blocs de grès, est récupéré et on lui préfère de la terre battue. Cet état est le dernier avant l’abandon du bâtiment et l’effondrement des voûtes, au xviiie-xixe s.

5Dans la partie nord de l’emprise, un bâtiment orienté NO-SE a été partiellement mis au jour. Il s’agit du magasin construit par la ville de Niort en 1817 dans lequel étaient entreposées les pompes à incendie et de son mur de clôture séparant sa cour du préau de la maison d’arrêt installée dans le donjon. À partir du milieu du xviiie s., les fossés du château, comblés, sont vendus aux riverains, les courtines et les tours sont démolies pour ouvrir des places et des axes de circulation. Le jardin-terrasse construit au pied du donjon est débarrassé du magasin aux pompes et d’une maison au début du xxe s.

Niort, le donjon.

Niort, le donjon.
Haut de page

Table des illustrations

Titre Niort, le donjon.
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9334/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 863k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Caroline Chauveau, « Niort (Deux-Sèvres). Le Donjon »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 278.

Référence électronique

Caroline Chauveau, « Niort (Deux-Sèvres). Le Donjon » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 13 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9334 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.9334

Haut de page

Auteur

Caroline Chauveau

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Caroline Chauveau

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search