Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
III.  – Constructions et habitats fortifiés
III 1.  – Opérations de terrain

Saint-Dizier-Leyrenne (Creuse). Murat

Responsable d’opération : Philippe Racinet et Richard Jonvel
p. 280

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1Le plan topographique, réalisé en 2012, indiquait nettement les aménagements anthropiques qui ont motivé l’intervention sur ce petit éperon barré en 2013. Afin de ne pas miter le site, un seul sondage, d’une largeur de 1,50 m et dans l’axe du promontoire, a pris en compte la plateforme de la butte (sur 9,50 m de long), le talus de rebord, l’escarpe, le fond du fossé et le talus de contrescarpe.

2Le talus de rebord correspond à une muraille composée de pierres stabilisées par la technique de la vitrification : au moment de sa mise en œuvre, le rempart était constitué d’armatures en bois qui maintenaient les pierres. Le feu était mis à cette structure ce qui avait pour conséquence, du fait de l’élévation de température, d’entraîner la fusion des pierres avec les armatures et de donner lieu à la vitrification de l’ensemble. Cette technique consolide durablement la muraille mais il faut établir une surface plane et lisse à la base, ce qui nécessite un défrichement et un taillage de la roche.

3Sur la plateforme protégée par la muraille précédente, une couche de charbon de bois repose directement sur le rocher taillé ; on y trouve des traces de poutres calcinées, contenant des éléments métalliques. Sous cette couche, le rocher est percé de trois trous de poteau, principaux aménagements anthropiques retrouvés à ce stade de l’enquête.

4Un fossé creusé dans le rocher a été déterminé du côté de la pointe de l’éperon. La roche taillée devait apparaître directement lors de l’utilisation du fossé, si l’on en croit son aspect très délité. Ce fossé, d’une emprise de 10,70 m, est composé d’une partie haute en léger creux au pied de l’escarpe (emprise de 2,40 m), renforçant ainsi son caractère abrupt (hauteur totale entre le haut du talus et le fond du fossé : 6,20 m), et d’une partie basse en pente douce vers la contrescarpe (emprise de 3,45 m), où la roche est taillée verticalement sur 0,35 m. Le comblement est homogène.

5L’ensemble du sondage n’a fourni qu’un mobilier résiduel, peu datant, notamment neuf éléments métalliques dans la couche charbonneuse (essentiellement de gros clous). Il a donc été procédé à une datation par 14C de la couche de charbon de bois (intervalle calibré : 718-892 apr. J.-C.). La couche ainsi datée est interprétée comme une conséquence directe de la vitrification du rempart ; le résultat obtenu renvoie donc à l’époque de la mise en place de ce système défensif.

6Ainsi, Murat serait un site castral d’époque carolingienne, mentionné à plusieurs reprises dans les actes comtaux du xiiie s. comme prévôté, au même titre que Crozant ou que les autres châtellenies comtales. Rapidement déclassé et rattaché à la prévôté voisine du Dognon, pour des raisons de gestion administrative, il ferait partie de cette génération de castra d’origine mal établie dont les comtes de la Marche ont cherché et réussi à s’assurer le contrôle.

7En 2014, il convient de bien déterminer la technique de construction de la muraille et d’ouvrir un espace de fouille plus large sur la plateforme pour étudier ce secteur d’habitat, tout en effectuant un sondage d’évaluation au niveau du ressaut de l’hypothétique basse cour à la pointe de l’éperon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Racinet et Richard Jonvel, « Saint-Dizier-Leyrenne (Creuse). Murat »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 280.

Référence électronique

Philippe Racinet, Richard Jonvel, « Saint-Dizier-Leyrenne (Creuse). Murat » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 01 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9342

Haut de page

Auteurs

Philippe Racinet

Articles du même auteur

Richard Jonvel

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Philippe Racinet

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Richard Jonvel

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals