Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
III.  – Constructions et habitats fortifiés
III 1.  – Opérations de terrain

Saint-Héand (Loire). 6, rue des Terreaux

Responsable d’opération : David Jouneau
p. 282-283

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1Située sur la frontière entre le comté de Forez et le Lyonnais, la ville de Saint-Héand est une ancienne châtellenie comtale, dont le château est mentionné pour la première fois en 1265. Dans le cadre de la réhabilitation de l’ancienne aula par Saint-Étienne Métropole, une étude archéologique de l’édifice a été réalisée. Le diagnostic archéologique avait mis en évidence un bâtiment rectangulaire à un étage sur plancher, conservé sur 11 m de hauteur. L’étude archéologique des maçonneries a permis de bien cerner non seulement ce bâtiment mais aussi une grande partie de l’édifice. L’ensemble médiéval était constitué d’une enceinte et d’au moins trois bâtiments : un bâtiment orienté E-O, un bâtiment en retour d’équerre orienté N-S et une tour circulaire identifiée comme étant le donjon. Ces constructions s’organisaient autour d’une cour.

2Le corps de bâtiment nord est le seul de l’ensemble à être intégralement conservé. Il s’agit d’un bâtiment simple en profondeur, doté d’un seul étage sur plancher, dont les accès se faisaient par la façade sud. Il mesure 18 m de long pour une largeur de 8 m hors-œuvre. Du bâtiment ouest, perpendiculaire au précédent, il ne reste que le mur occidental et le mur pignon sud, partiellement intégré dans les constructions contemporaines. Ce bâtiment mesurait 9,8 m de longueur et 6,15 m de largeur hors-œuvre. La position topographique de la tour suggère qu’elle était construite à l’angle SE de ce bâtiment. L’homogénéité des constructions étudiées illustrent un programme architectural cohérent et rapidement exécuté. Bien qu’intégré dans un ensemble fortifié (le bourg et probablement le castrum), le bâtiment en « L » mis en évidence ne présente pas les caractéristiques d’une maison forte ou d’un logis castral mais plutôt d’une maison manoriale. La mention « d’Hôtel de Madame », qui lui est probablement associé, correspond parfaitement à ce type d’édifice. Le rez-de-chaussée du corps de bâtiment nord devait avoir une fonction domestique et concentrer les activités ancillaires. On y accédait par une large porte dont ne subsiste qu’une partie d’un arc en tas-de-charge, et une seule baie en meurtrière éclairait l’espace. L’étage présentait une bipartition inégale de l’espace : le tiers occidental était occupé par la chambre du châtelain. La pièce était amplement éclairée par une baie géminée à l’ouest et une fente de jour au nord. Elle était décorée d’enduits peints, dont les scènes éventuelles ne sont pas identifiables, et chauffée par une petite cheminée adossée au mur sud. L’accès à cette chambre devait se faire par une porte aménagée à l’extrémité nord de la cloison séparant la camera de l’aula. Cette dernière occupait les deux tiers orientaux de l’étage. Éclairée au nord par deux baies en meurtrière similaires à celle de la camera, une porte ouvrait sur une galerie externe qui distribuait également l’étage du bâtiment ouest. Les deux pièces ne présentent aucune trace de plafond ou de faux plafond. Les volumes étaient donc importants, l’étage devait avoir une hauteur sous la panne faitière de 6,5 m minimum.

3Si le château de Saint-Héand est bien mentionné au xiiie s., l’ensemble architectural étudié n’apparaît pas dans les sources manuscrites avant le xve s. Bien que la forme barlongue de l’aula et son organisation bipartite se rencontrent dans les manoirs dès le xiiie s., les galeries externes foréziennes sont datées au plus tôt du xive s. (manoir de Teillières) mais surtout du xve s. (manoir prioral de Pouilly-les-Nonnains et galerie de 1442-1443 du prieuré de Montverdun). L’élément le plus caractéristique est la porte sud de la salle du premier étage, avec ses coussinets en doucine et son soffite surélevé, porte qui ne peut être antérieure au xive s. L’ensemble étudié est très probablement construit à cette période.

Saint-Héand, restitution axonométrique de l’aula médiévale.

4[Image non convertie]

DAO D. Jouneau

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Jouneau, « Saint-Héand (Loire). 6, rue des Terreaux »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 282-283.

Référence électronique

David Jouneau, « Saint-Héand (Loire). 6, rue des Terreaux » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9343

Haut de page

Auteur

David Jouneau

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

David Jouneau

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals