Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
III.  – Constructions et habitats fortifiés
III 1.  – Opérations de terrain

Saint-Omer (Pas-de-Calais). Place Sithieu

Responsable d’opération : Jean-Michel Willot
p. 283

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1La motte de Saint-Omer, propriété de la ville depuis 2012, forme un promontoire de 6 000 m² qui domine la cité de 15 m. Un bâtiment carcéral du xviiie s., toujours en élévation, en occupe actuellement le centre. La motte a été le siège de la châtellenie de Saint-Omer depuis le xie s. À la fin du bas Moyen Âge, le fief de la châtellenie relève du bailli avant qu’en 1386, les deux charges soient regroupées. Bien que limitées, les observations archéologiques ont mis en lumière quelques aspects méconnus de l’histoire du site. Les sondages ont notamment révélé la présence d’une butte naturelle de sable agrandie pour créer une grande plateforme grâce à l’apport de remblai parfois sur plus de 1 m. Des maçonneries (un angle et deux tronçons de murs larges de 2,50 m) ont été dégagées sur près de 12 m de long au NE de la prison moderne. Leur construction a été soignée, avec l’emploi en parement extérieur de blocs de calcaire taillés. Il s’agit certainement de l’angle NE de l’édifice castral figuré sur des vues cavalières et un plan du xviie s. L’environnement du bâtiment a pu être en partie appréhendé. Devant lui, au nord et à l’est, des fossés, présents dès la construction sont restés en usage jusqu’au xviie s. avant d’être remblayés. À l’est, à une vingtaine de mètres de l’édifice et de son fossé, les vestiges d’un bâtiment en pan de bois, datés des xive-xve s., ont été repérés (sols en terre battue, en craie damée et trace d’une sablière ou d’un solin). Après sa destruction, une tombe a été creusée dans les remblais entre le xve et le xvie s. La courtine, dont seule une dalle de fondation subsiste, n’a été observée que du côté sud de la motte. Elle a certainement été détruite lorsque le site a été intégré dans le système défensif du Bastion de la Sainte-Croix dans le courant du xviie s. Le mur défensif a été écrêté afin de constituer une dalle sur laquelle ont été assises des plateformes de tir d’artillerie rectangulaires (une de ces plateformes a été mise au jour). Au moment de la construction de la prison, l’édifice castral était déjà détruit, formant un tertre visible sur le plan en relief de 1758. La prison est construite en partie sur les vestiges du bâtiment castral en réemployant peut-être partiellement ses fondations. Ailleurs, le terrain est aplani et nivelé avec des apports importants de remblai de démolition puis de terre végétale qui font disparaître l’ancienne plateforme de tir. Un prélèvement de charbon de bois, en cours d’analyse, a été réalisé dans la maçonnerie de l’édifice castral afin de dater sa construction et d’en confirmer la nature. L’opération archéologique de faible ampleur, a eu le mérite de proposer une localisation précise de l’édifice castral en s’appuyant sur l’iconographie ancienne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Willot, « Saint-Omer (Pas-de-Calais). Place Sithieu »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 283.

Référence électronique

Jean-Michel Willot, « Saint-Omer (Pas-de-Calais). Place Sithieu » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 30 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9344

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Willot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Michel Willot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals