Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
III.  – Constructions et habitats fortifiés
III 1.  – Opérations de terrain

Saintes (Charente-Maritime). Place du 11 Novembre

Responsable d’opération : Jean-Paul Nibodeau
p. 281

Entrées d’index

Année de l'opération:

2012, 2013
Haut de page

Texte intégral

1La place du 11 Novembre à Saintes, située à l’ouest de l’enceinte urbaine du Bas-Empire réaménagée à l’époque médiévale, est un aménagement lié au percement du cours Reverseaux à partir de 1785. Les travaux, commencés au xviiie s. avec la destruction des fortifications, se sont prolongés jusqu’au milieu du xixe s. avec la construction d’habitations ; ils ont profondément modifié la topographie de ce quartier.

2Le projet de réorganisation de la place s’intègre dans un programme plus vaste qui comprend également l’ancien hôpital Saint-Louis. Ce secteur de la ville est particulièrement sensible comme l’ont montré les découvertes faites dans l’enceinte de l’hôpital ou dans le couvent de la Providence qui attestent une occupation antique dense avec probablement des monuments de prestige. Par la suite, le château comtal puis la citadelle royale occupent l’angle NO de l’enceinte urbaine, leurs défenses avancées se développent vers l’ouest, principalement à l’époque moderne.

3Le diagnostic archéologique, a été divisé en deux opérations distinctes, secteur nord et secteur sud, pour des raisons de gestion de l’espace public. La partie nord a été diagnostiquée en octobre 2012, l’étude de la partie sud n’a pu être réalisée qu’en juin 2013. Les sondages menés sur l’ensemble de la place ont mis en évidence l’importance de l’arasement dû aux travaux de la fin du xviiie s. qui se traduit par un décaissement probablement supérieur à 3 m par endroits, souvent jusqu’au substrat calcaire et argileux. En conséquence il ne subsiste de l’occupation antique, dans le secteur le plus élevé de la place, qu’un fossé augustéen précoce ainsi que de rares traces d’occupation de la fin de l’âge du bronze ou du premier âge du fer.

4Vers la fin du iiie s. ou au début du ive s., la construction de l’enceinte urbaine a dû entrainer un arasement complet des constructions en avant de celle-ci, non seulement pour en récupérer les matériaux mais également pour créer un glacis. À moins de 20 m de cette enceinte, une excavation d’apparence linéaire présente un comblement similaire à celui d’un fossé dans lequel est installée une sépulture. La tombe, constituée de deux tegulae disposées en bâtière, abritait un enfant âgé de moins d’un an. Il portait un collier fait de trois perles de verre qui contribuent à dater la sépulture dans une fourchette allant du ive s. au viie s. (fig.). Durant le Moyen Âge (ou peut-être dès le haut Moyen Âge) un fossé large d’environ 17,50 m est aménagé quelques mètres plus à l’ouest, reprenant la direction amorcée par l’excavation de la phase précédente. Il est identifié comme le fossé défensif de l’enceinte urbaine profondément remaniée au Moyen Âge. Une berme d’environ 20 m de largeur sépare le fossé du pied de la courtine. D’après les plans du début du xviiie s., cette berme était doublée d’un talus qui assurait une protection avancée. Le fossé est déjà partiellement comblé au xiiie-xive s. comme le montrent d’importants dépotoirs sur sa bordure ouest.

5Vers la fin du Moyen Âge, des carrières de pierre de taille viennent recouper le fossé au sud. L’exploitation du calcaire semble se faire de manière ponctuelle, au gré de besoins qui restent à préciser mais que l’on soupçonne d’être en rapport avec l’entretien ou la réfection de l’enceinte.

6Les progrès de l’artillerie avaient rendu obsolètes les défenses de la ville, les troubles des guerres de Religion montrèrent la nécessité de les renforcer. Un premier bastion, dit de la Porte de Secours, est élevé dans les remblais du fossé médiéval. Les parements de ses faces talutées sont bien conservés sous les niveaux de la place. À partir de 1609, le roi Henri IV ordonne de moderniser les fortifications et principalement celles de la citadelle. De nouveaux bastions et une demi-lune sont construits, de nouveaux fossés sont creusés. La face méridionale de la demi-lune de la Porte de Secours a été reconnue dans la moitié sud de la place. Son état de conservation est médiocre, les maçonneries ont entièrement été récupérées, ne laissant sur place que des gravats de mortier qui comblent la moitié d’un profond fossé. Seules les parties aménagées dans le rocher (base talutée et escarpe du fossé) subsistent lorsqu’elles ne sont pas recoupées par des carrières. Dans les fossés sont installés des chemins empierrés qui mettaient en relation avec l’extérieur les portes percées dans les flancs des bastions.

7Compte tenu des perturbations, et surtout du creusement des fossés, il ne pouvait guère subsister de vestiges antiques, hormis sous certaines parties des bastions, lorsque débutèrent les travaux de terrassement à la fin du xviiie s. Néanmoins, les structures mises au jour apportent de précieux renseignements sur les abords des fortifications depuis le Bas-Empire jusqu’à l’époque moderne.

Saintes, tranchée 1, sépulture F4, trois perles en verres provenant du collier de l’enfant inhumé.

Saintes, tranchée 1, sépulture F4, trois perles en verres provenant du collier de l’enfant inhumé.

Cliché J.-P. Nibodeau

Haut de page

Table des illustrations

Titre Saintes, tranchée 1, sépulture F4, trois perles en verres provenant du collier de l’enfant inhumé.
Crédits Cliché J.-P. Nibodeau
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9345/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 965k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Nibodeau, « Saintes (Charente-Maritime). Place du 11 Novembre »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 281.

Référence électronique

Jean-Paul Nibodeau, « Saintes (Charente-Maritime). Place du 11 Novembre » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 27 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9345

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Nibodeau

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Paul Nibodeau

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals