Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
III.  – Constructions et habitats fortifiés
III 1.  – Opérations de terrain

Sainte-Suzanne (Mayenne). La Motte

Responsable d’opération : Pierre-Yves Laffont
p. 281-282

Entrées d’index

Année de l'opération :

2010, 2011, 2012, 2013
Haut de page

Texte intégral

1Le site de la Motte est établi à environ 800 m au nord du bourg et du château de Sainte-Suzanne. Il s’agit de deux vastes enceintes subquadrangulaires accolées, grossièrement orientées E-O et constituées de terre et de pierraille mêlées, entourées sur trois côtés par de larges fossés. Le site mesure environ 225 m de longueur sur environ 95 m de largeur moyenne à l’ouest et 120 m de largeur moyenne à l’est, pour une superficie totale de plus de 2,5 ha.

2Depuis le xixe s., tous les auteurs s’accordent autour d’une hypothèse centrale : le site de la Motte (appelé aussi Camp de Beugy, Camp des Anglais ou Camp de Guillaume depuis le xixe s.) serait une fortification construite par Guillaume le Conquérant lors du siège du château de Sainte-Suzanne au début des années 1080 et mentionnée à plusieurs reprises par Orderic Vital dans son Historia ecclesiastica.

3Depuis 2010, un groupe de travail s’est constitué à l’université Rennes 2 autour de Pierre-Yves Laffont et Lucie Jeanneret afin de valider ou d’invalider cette hypothèse. Les campagnes 2010 et 2011-2012 ont permis de lever un plan topographique, dresser un bilan archivistique, historiographique et archéologique et réaliser une prospection électrique. La campagne 2013 a été consacrée à des sondages afin d’essayer d’obtenir des éléments de chronologie absolue, de déterminer l’état de conservation des vestiges et la puissance de la stratigraphie. Quatre sondages (sur la plateforme ouest, sur le fossé central, et sur la plateforme est [2 sondages]) ont été ouverts selon un axe globalement E-O pour une surface d’environ 291 m2. Les sondages ont largement répondu aux questions qui sous-tendaient ceux-ci.

4En premier lieu, ils ont permis d’appréhender de façon plus précise la géologie du site. À l’ouest dans la petite enceinte, le substrat rocheux (grès) est recouvert d’un limon d’origine altéritique ; à l’est, dans la grande enceinte, ce limon n’est plus présent que sous forme de taches ponctuelles laissant le rocher affleurer directement sous la terre végétale. Partout le substrat – limon ou directement grès – affleure sous la terre végétale : de ce fait, la stratigraphie archéologique est, sauf exception, quasi nulle et les structures aperçues dans les sondages sont partout très arasées.

5Les sondages ont montré que dès l’origine les deux enceintes étaient ouvertes vers l’est. L’élément principal de la fortification semble donc avoir été originellement la grande enceinte, occupant l’extrémité du relief rocheux dominant la vallée de l’Erve, complétée vers l’ouest d’une seconde enceinte plus petite.

6Les sondages ont également permis de mieux appréhender la structuration des talus d’enceinte, en montrant que les matériaux constitutifs proviennent essentiellement du creusement des fossés ; ils ont aussi permis d’obtenir le profil du fossé central et de comprendre son mode de comblement ; les données archéologiques et bioarchéologiques indiquent que le fossé était partiellement en eau durant son utilisation médiévale.

7La période d’occupation la plus clairement mise en évidence par la céramique et par les datations 14C correspond au xiie-xiiie s. et plus précisément à une période allant des années 1160 aux années 1260. Bien que beaucoup plus diffus, un état antérieur peut être envisagé : deux dates 14C et un petit lot de mobilier provenant du fossé central pourraient renvoyer à la période xe-xiie s. et peut-être plus précisément au tournant xe-xie s. Même si les données restent trop lacunaires, rien ne permet d’attribuer la construction et l’utilisation du site aux années 1080. L’hypothèse de départ associant le site de la Motte à la fortification mentionnée par Orderic Vital apparaît donc ébranlée… Passé le xiiie s., le site semble abandonné.

8Les structures mises au jour sont, pour l’essentiel, des structures en creux (fosses, fossés, trous de poteau ou de piquet) ou des foyers. Elles apparaissent peu denses et sont souvent très arasées (particulièrement dans la grande enceinte), seul le fond des structures en creux nous est parvenu. La faible superficie des sondages ouverts et l’absence de stratigraphie permettent difficilement d’associer les structures entre elles et d’avoir des éléments d’organisation en plan.

9Le mobilier archéologique associé est très modeste : un petit lot de céramique, quelques objets métalliques liés surtout à la pratique de l’équitation, ainsi que de possibles balles de fronde en pierre. Les sondages 2013 ont aussi livré des écofacts : faune (en quantité insignifiante), charbons de bois, macrorestes végétaux (graines), pollens, algues et microfossiles non polliniques. Ces derniers ont notamment permis de montrer la présence d’eau stagnante au Moyen Âge dans le fossé central ; ils ont aussi livré la plus ancienne mention connue à ce jour de culture du sarrasin en Mayenne et indiqué une activité de pâturage tout au long de l’occupation du site.

10À ce stade de l’étude, le site d’un type original, n’apparaît pas relié à un lignage aristocratique et n’est pas connu comme chef-lieu de fief. L’occupation de type aristocratique correspond à la seconde moitié du xiie s. et à la première moitié du siècle suivant. Une fouille sur la plateforme ouest est envisagée pour 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre-Yves Laffont, « Sainte-Suzanne (Mayenne). La Motte », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 281-282.

Référence électronique

Pierre-Yves Laffont, « Sainte-Suzanne (Mayenne). La Motte » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 16 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9346

Haut de page

Auteur

Pierre-Yves Laffont

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Pierre-Yves Laffont

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals