Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
III.  – Constructions et habitats fortifiés
III 1.  – Opérations de terrain

Surgères (Charente-Maritime). Château, porte nord

Responsable d’opération : Fabrice Mandon
p. 286-288

Entrées d’index

Année de l'opération:

2012, 2013
Haut de page

Texte intégral

1La Ville de Surgères réalise depuis quelques années des travaux de réhabilitation et de restauration de l’enceinte et du parc du château. La première mission (2012-2013) concernait la porte nord, seule entrée entièrement conservée du site.

2Située sur le front nord, du côté de la ville, cette tour présente un passage voûté, avec porte-cochère et porte-piétonne, dotées d’un système de pont-levis. Un diagnostic réalisé en 2003-2004 sur le parking avait révélé la présence d’un pont dormant permettant de franchir le double fossé, associé à un ouvrage avancé comportant deux tourelles. L’étude archéologique de la tour-porte nord du château de Surgères a mis en relief toute sa complexité.

3Le premier état de l’édifice s’est avéré surprenant (phase 1). Il s’agit d’un bâtiment quadrangulaire dont la façade nord a disparu (et n’a pas été retrouvée en fouille). Il consistait en un passage voûté, encadré par deux arcades. Dès l’origine, l’arcade extérieure, du côté nord, était dédoublée pour permettre la mise en place d’un assommoir. Les arcs retombaient sur une imposte, bûchée postérieurement. Au nord, une gaine traversait toute l’épaisseur du mur, permettant le passage d’une barre assurant la fermeture des vantaux donnant vers l’extérieur du château. Des vantaux de porte pouvaient également isoler entièrement l’espace, de l’intérieur du château. Plus surprenante, une importante cheminée était aménagée dans l’épaisseur du mur oriental. Située au fond d’une niche couverte d’un arc surbaissé, elle ouvrait directement dans le passage. Cette disposition assez inédite est logique si l’on admet que le bâtiment n’avait pas qu’une fonction de porte, mais également peut-être de salle des gardes ou de zone d’accueil lorsque la porte était fermée. Il apparaît que la porte de Surgères a vraisemblablement été construite avant l’enceinte castrale (1re moitié du xiiie s. ?). Le château est mentionné dès la fin du xe s. et plusieurs structures paraissent anciennes : la motte située à l’ouest de la porte mais aussi un grand bâtiment, interprétable comme étant l’aula du château, datable du xiie s., dont la mairie abrite les restes. Il est possible qu’une première enceinte, peut-être non maçonnée, a d’abord délimité l’emprise du château, tout en étant associée à des constructions plus monumentales. Quoi qu’il en soit, cette première porte nord diffère nettement des autres portes du château qui relèvent d’une autre typologie puisqu’il s’agit de portes à deux tours flanquantes, dotées d’archères.

4Aux abords de la porte nord, seule la courtine à l’ouest est ancienne (phase 2). Elle prend appui sur le bâtiment et intègre deux archères à niches, typologiquement proches des fortifications Plantagenêt (1re moitié du xiiie s.), ou de certaines fortifications capétiennes plus tardives (archères à niche, avec coussièges). L’une des archères était percée dans un petit ouvrage en saillie. L’élévation extérieure a été entièrement reprise. Il est possible que l’on ait affaire, avec ces archères, aux vestiges d’un ouvrage bien plus complexe, posant le problème de la partition du château, entre l’espace seigneurial contenant la grosse tour, l’aula, et la basse cour contenant, entre autres, le prieuré Notre-Dame. Il est encore difficile de dire si ces archères sont contemporaines du reste de l’enceinte castrale. Cette dernière devait être associée à des fossés mais on ne peut dire s’ils existaient avant cette phase. La porte nord semble avoir été concernée par des travaux : réfection de la façade, avec suppression ou surélévation de l’assommoir ?

5La présence d’une portion de maçonnerie (phase 3a), intégrant une niche et située au-delà de l’ancien assommoir, du côté extérieur du château, pose le problème de la première façade nord de la porte : le bâtiment a peut-être été agrandi, avec l’adjonction d’un nouveau sas. Ce 2e sas, s’il existe, était-il présent dès la phase 1 ? Cette reprise demeure mal calée chronologiquement mais les résultats de la fouille semblent indiquer qu’elle peut être antérieure à la restauration de la phase 3b.

6La porte a été partiellement détruite, nécessitant une importante restauration du passage (phase 3b). Un espace est alors aménagé dans le mur ouest. Il était vraisemblablement destiné à contenir un escalier d’accès à l’étage. La paroi ouest du passage a été entièrement remontée, en intégrant la porte d’accès à cet éventuel escalier, et une fente de jour/fente de tir (canonnière ?). La voûte a été reconstruite par la même occasion, de même que l’arcade sud, associée à une poutre maintenant les tourillons des vantaux sud. La cheminée, quant à elle, est toujours présente mais on ne peut dire si le conduit a été obturé à cette époque ou ultérieurement ; l’étage a également été reconstruit. La façade nord de la porte a été reconstruite, à l’emplacement de l’actuelle. La restauration de la porte, datable du xve s., semble être consécutive au démantèlement ordonné par Louis XI en 1472, suivi d’une campagne de reconstruction vers 1483. Certaines analogies permettent de rapprocher ces travaux de ceux de l’ouvrage avancé et de la dernière pile recevant le pont-levis.

7Le château a fait l’objet d’une importante restauration réalisée vers 1576 par Charles de Fonsèque, après les destructions dues aux guerres de Religion (phase 4). Ces travaux ne sont perceptibles que sur la porte nord, dont la façade a été à nouveau reconstruite, et équipée d’un pont-levis à flèches. Un logis a été installé à l’étage, avec des baies assez travaillées. Cette nouvelle façade (xviie s.) correspond à une fonction résidentielle plutôt que militaire. Il est possible que la reconstruction de la courtine attenante à l’est et la restauration de la courtine à l’ouest (remontage du parement extérieur) datent également de cette époque. Par la suite, de petites modifications ont été réalisées sur la tour-porte.

Surgères, plan de la porte nord du château de Surgères, phase 1.

Surgères, plan de la porte nord du château de Surgères, phase 1.

Topographie et DAO : F. Mandon

Haut de page

Table des illustrations

Titre Surgères, plan de la porte nord du château de Surgères, phase 1.
Crédits Topographie et DAO : F. Mandon
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9351/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 199k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Mandon, « Surgères (Charente-Maritime). Château, porte nord »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 286-288.

Référence électronique

Fabrice Mandon, « Surgères (Charente-Maritime). Château, porte nord » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 15 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9351

Haut de page

Auteur

Fabrice Mandon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabrice Mandon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals