Navigation – Sitemap

HauptseiteNuméros44Chronique des fouilles médiévales...III.  – Constructions et habitats...III 1.  – Opérations de terrainViarmes (Val-d’Oise). Le château

Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
III.  – Constructions et habitats fortifiés
III 1.  – Opérations de terrain

Viarmes (Val-d’Oise). Le château

Grabungsleiter: François Gentili
p. 289-290

Index-Einträge

Jahr der Geländearbeit:

2013
Seitenanfang

Volltext

1Les fouilles de l’esplanade ont livré des vestiges d’une occupation ancienne, remontant à la période gauloise avec quelques indices remontant à la préhistoire mais les découvertes essentielles sont médiévales. Un four mérovingien (vers 600 apr. J.-C.) témoigne d’une installation artisanale peut-être liée au fumage de la viande. Plus tard un fossé au tracé courbe découvert en bordure de la fouille pourrait correspondre à l’enceinte d’un habitat fortifié implanté autour de l’an Mil qui donnera ensuite naissance au château médiéval. Des sépultures découvertes sur la fouille témoignent de l’existence dès cette période d’un cimetière mais nous ne savons pas s’il était déjà accompagné d’un lieu de culte. L’édifice du xiie s., à l’époque où Viarmes était possession des familles de Pierrefonds puis des Garlande est une robuste construction formée de larges murs en moellons adossés à de puissants contreforts. Il semble qu’un dispositif de franchissement ou d’accès oblitérant le fossé du xie s. soit présent face à deux contreforts. À la fin du xiie s. et durant le xiiie s., un bâtiment s’appuie contre l’édifice seigneurial en bordure du fossé, il est pourvu d’une cheminée/foyer semi-circulaire. Il sera détruit par les aménagements postérieurs à la fin du xiiie s. et coupé par une cave moderne.

2Au xiiie s., les seigneurs de Chambly, qui évoluent dans l’entourage du comte de Beaumont, voient leur influence s’accroître et deviennent chambellans du roi de France sous Saint Louis et ses successeurs. Ils acquièrent Viarmes à la fin du xiiie s.

3À la fin du xiiie s. et au début du xive s. d’importantes campagnes de construction remanient totalement l’édifice formant un vaste ensemble architectural construit en pierre de taille avec corps de logis pourvu de grandes fenêtres à meneaux. Deux tours du xiiie s. méconnues sont encore presque entièrement conservées dans l’îlot faisant face à l’église. Leur toiture carrée saillante permet de les discerner. Une salle médiévale voûtée est encore visible dans le café Les Tilleuls. L’autre tour présente trois niveaux médiévaux conservés. Une vaste cave médiévale (xiiie-xivs.) appuyée sur un mur plus ancien est également conservée à 5 m au sud de l’emprise de fouille : son étude apporte des renseignements supplémentaires sur le corps de logis fouillé en limite d’emprise, coupé par la rue adjacente.

4Un vaste bâtiment seigneurial est construit à l’extérieur du fossé du château en bordure de l’actuel hôtel de ville. Il s’agit d’un bel ensemble architectural pourvu de salles pavées de carreaux jaunes et verts et bicolores jaune rouge, d’une grande cheminée, de latrines et de vitraux. Au rez-de-chaussée le décor de deux pièces pavées, formé de carrés jaunes et verts, agrémenté de carreaux historiés a pu être en partie restitué. L’étage effondré a livré des compositions complexes avec des découpes et des carreaux historiés de formes diverses. Cet étage était accessible par un escalier droit partiellement conservé. On y trouvait une salle d’une vingtaine de mètres de long, riche en décors historiés où aigle, sagittaire, castillan, scène de chasse, léopard, danseurs, fleurs de lys apparaissent. Nous y découvrons aussi des éléments plus élaborés : écus ornés de coquilles Saint-Jacques (il s’agit des armoiries de Pierre de Chambly, seigneur de Viarmes), trilobe représentant l’agneau Pascal ou encore le roi sur son cheval. Ces éléments proviennent de la tuilerie de Commelles (Orry-la-Ville), dont le four, en pierre, existe encore et dont les fouilles de 1903 ont livré des éléments identiques.

5Les troubles du milieu du xive s. vont s’avérer catastrophiques pour Viarmes. Un incendie violent détruit le grand bâtiment seigneurial, non protégé par un fossé contrairement aux fortifications adjacentes.

6Les fossés sont ensuite recreusés pour être mis en eau. Sous Charles VI, Charles de Chambly, chambellan du roi rachète Viarmes à son cousin (1388). Il semble qu’on lui doive la reconstruction de la tour d’angle, renforcée d’un remarquable glacis de pierre et pourvu de contreforts surmontés d’échauguettes. Après sa mort, en 1413, s’ouvre une période trouble : la guerre civile, l’occupation anglaise. La fouille montre que le corps de logis du château est ravagé par un incendie au xve s. et les douves sont en partie comblées par les matériaux (partie SE du fossé).

7Une partie du château médiéval subsiste alors comme le montrent les deux tours médiévales et les caves présentes dans l’îlot qui fait face à l’église, mais il semble que l’essentiel soit reconstruit durant la période moderne.

8De cette période datent deux caves qui s’installent dans les anciennes douves. Ces dernières seront définitivement comblées au xviie s., avant que s’ouvre une nouvelle époque. Au xviiie s., le seigneur de Viarmes est à nouveau un homme puissant et influent. Intendant de Bretagne et prévôt des marchands de Paris, Jean-Baptiste Élie Camus de Pontcarré fait construire le château actuel en 1758, à l’emplacement du bâtiment seigneurial détruit 400 ans plus tôt.

Viarmes, le château, plan schématique des fouilles.

Viarmes, le château, plan schématique des fouilles.

F. Gentili, Inrap

Seitenanfang

Abbildungsverzeichnis

Titel Viarmes, le château, plan schématique des fouilles.
Abbildungsnachweis F. Gentili, Inrap
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9356/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 711k
Seitenanfang

Zitierempfehlung

Papierversionen:

François Gentili, „Viarmes (Val-d’Oise). Le château“Archéologie médiévale, 44 | 2014, 289-290.

Online-Version

François Gentili, „Viarmes (Val-d’Oise). Le château“ [archäologische Miszelle], Archéologie médiévale [Online], 44 | 2014, Online erschienen am: 15 April 2018, abgerufen am 27 Juli 2021. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/9356; DOI: https://doi.org/10.4000/archeomed.9356

Seitenanfang

Autor

François Gentili

Weitere Artikel des Autors

Seitenanfang

Grabungsleiter

François Gentili

Ausgrabung unter der Leitung von diesem Archäologen

Seitenanfang

Urheberrechte

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Seitenanfang
Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search