Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
III.  – Constructions et habitats fortifiés
III 1.  – Opérations de terrain

Yerres (Essonne). Château Guillaume de Budé

Responsable d’opération : Simon Bryant
p. 290-291

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1Le château dit de Guillaume Budé est situé sur la rive gauche de la rivière Yerres, au centre du bourg historique. Les seigneurs de Yerres étaient issus de la famille des Chevaliers du Donjon, châtelains qui tenaient la tour de Corbeil. Le premier seigneur de Yerres, ainsi nommé dans les textes, est Guillaume du Donjon, mentionné en 1100. Dès cette époque et durant les xiie et xiiie s., les seigneurs de Yerres maintiennent des liens forts avec l’entourage royal. La seigneurie passe en 1328 dans les mains de la famille de Courtenay dont la lignée s’éteint en 1428. Le destin du château pendant la période trouble de la fin de la guerre de Cent Ans reste inconnu, mais la seigneurie est vendue à Dreux Budé en 1452. L’anoblissement de Dreux par Charles VI va marquer une période de grande fortune pour la famille Budé dont les membres occupaient les charges les plus hautes. En revanche, la réputation du petit-fils Guillaume Budé, le célèbre humaniste, a quelque peu débordé car celui-ci n’a jamais possédé le château. Le xvie s. est marqué par des cycles de partage du domaine à la mort des membres de la famille Budé, suivis par des tentatives de réunion des composants du domaine par les successeurs. À partir de la première moitié du xviie s., par une série de ventes, le château change de mains, laissant le domaine et le château en ruines à la fin du siècle. Ce n’est qu’en 1782 qu’un des propriétaires va engager d’importants travaux de remise en état. En 1857, le site passe enfin dans la famille Hamelin qui l’habite jusqu’à la mort de la dernière propriétaire en 2000.

2Aujourd’hui, le site consiste en un ensemble bâti composé d’un châtelet dont la construction a été attribuée à Dreux Budé, et d’un logis derrière la tour orientale. Les deux tours flanquent une porte centrale munie d’un pont-levis et un niveau de consoles montre l’existence, à l’origine, de hourds au sommet des tours et au-dessus du corps de garde. Derrière la porte, les parois en pan de bois plus récentes cachent les maçonneries mais le passage de l’entrée débouche dans la cour par une grande porte en pierre de taille à arc brisé avec une arrière-voussure à profil surbaissé. Ce mur arrière représente sans doute une partie du château médiéval. Le logis est composé d’un corps de bâtiment principal avec une tour d’escalier carrée sur le gouttereau oriental. Dans le gouttereau ouest, on observe les vestiges d’une porte « gothique » dont le chapiteau subsistant peut être attribué à la deuxième moitié du xiie s. La moitié sud du bâtiment a été ajoutée ou reconstruite entre 1782 et 1787 et présente un léger décalage par rapport au bâtiment primitif. L’ensemble bâti est dans la partie orientale d’un enclos ovale, délimité au sud et à l’ouest par une muraille qui marque une rupture nette dans la pente entre la plateforme de l’enclos et le reste du parc en contrebas. À l’est, le tracé de la muraille et des fossés a été fossilisé par des limites parcellaires. Le jardin et le parc conservent des vestiges d’un jardin à la Française, visibles sous la forme d’une grotte, d’un bassin et d’un microrelief.

3Un diagnostic archéologique a été prescrit sur l’emprise de la partie ouest du parc et sur les bâtiments dont une partie a été inscrite sur la liste supplémentaire des Monuments historiques en 1970. Les sondages dans le parc, en contrebas, ont permis d’observer la construction du mur d’enceinte et de retrouver une partie de son fossé. Un des sondages a permis de retrouver le tracé de la partie sud de l’enclos, visible sous la forme d’une tranchée de récupération de la maçonnerie. L’étude de la coupe révèle un aménagement de la pente afin d’accentuer le dénivelé entre la plateforme à l’intérieur et l’espace extérieur (peut-être l’ancienne basse cour transformée en parc et jardin). En revanche, le mobilier ne permet pas de dater la construction de l’enceinte mais seulement le remblayage ou le nivellement du site vers la fin du xviiie s. Quelques tessons de céramique indiquent une présence médiévale antérieure (xie-xiiie s.) qui reste à identifier. Deux canalisations maçonnées, dont un tuyau d’adduction en terre cuite, ont été découvertes. Elles appartiennent vraisemblablement aux aménagements de la fin du xviiie s.

4Le diagnostic a pu confirmer l’ajout du châtelet avec ses deux tours à un ensemble existant. À l’intérieur, des canonnières bien conservées, étaient destinées à des armes de faible calibre, semi-portatives ou portatives. La morphologie de leurs bouches de feu suggère une réalisation à partir du milieu du xve s. Le mur arrière du châtelet avec son portail intérieur est en pierre de taille de calcaire, contrairement aux maçonneries des tours, essentiellement en grès de Fontainebleau. Il est donc tentant d’attribuer cette partie de la construction au xiie-xiiie s., simultanément à la partie la plus ancienne du logis. La construction de la muraille reste à dater. En l’état actuel des connaissances, il semblerait que le mur d’enceinte soit une construction du xve s. Faute d’une étude approfondie des élévations, on ne peut pas exclure une reconstruction voire une réutilisation, même partielle, d’une muraille antérieure.

5Dans son état actuel, le logis médiéval consiste en un bâtiment rectangulaire de deux étages de 34 m de long. Les façades et les parements intérieurs sont masqués par des plâtres anciens et récents mais plusieurs sondages ont été effectués à l’intérieur. Il a été possible de mettre en évidence l’existence d’une première construction de la deuxième moitié du xiie s., composée d’au moins une travée de 6,20 m de large N-S sur 13 m de long E-O. La partie inférieure de la façade ouest est en pierre de taille, percée par la porte « gothique » et délimitée au nord par un contrefort en pierre de taille. Celui-ci s’élève sur les trois niveaux, indiquant ainsi que l’édifice d’origine possédait au moins deux étages, sans compter les combles.

6À l’intérieur, au rez-de-chaussée, les sondages dans les murs ont mis en évidence une grande baie dans la partie ouest du mur nord de cette travée, contemporaine de la porte gothique. Elle est couverte par un linteau de presque 2 m de portée avec un arc clavé en plein cintre en arrière-voussure. Le même type d’ouverture a été observé dans la partie est du même mur au niveau du premier étage mais également dans le gouttereau oriental et la tour d’escalier. Datable du xiie- xiiie s., la disposition de ces ouvertures suggère que le logis primitif s’étendait au sud et au nord, sans que nous puissions établir sa forme d’origine. Ces baies coexistent avec des ouvertures plus récentes dont la modénature et les bases prismatiques indiquent une fourchette chronologique comprise entre le xive et le xve s. On remarque notamment les grandes fenêtres de la façade ouest qui donnent sur l’ancienne cour : bien que leurs ouvertures extérieures soient récentes, les ébrasures en pierre de taille sont médiévales, suggérant que les étages étaient éclairés par de grandes fenêtres à meneaux. Il s’agit sans doute d’une modification plus tardive du logis du xiie s. L’observation des maçonneries à l’intérieur montre que les poutres transversales des planchers sont encore en place. Ces bois présentent donc un potentiel pour une datation par dendrochronologie de la deuxième phase d’aménagement du logis.

7Il est possible d’établir l’organisation générale des espaces et des axes de circulation mais l’évolution de cet ensemble exceptionnel reste à préciser par une étude archéologique plus poussée des élévations. De même, les éléments de confort et d’hygiène sont absents, à l’exception d’un évier en pierre dans l’angle NE du premier étage.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Bryant, « Yerres (Essonne). Château Guillaume de Budé », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 290-291.

Référence électronique

Simon Bryant, « Yerres (Essonne). Château Guillaume de Budé » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9360

Haut de page

Auteur

Simon Bryant

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Simon Bryant

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals