Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
III.  – Constructions et habitats fortifiés
III 2. – Prospections

Bressuire (Deux-Sèvres). Château

Responsable d’opération : Fabrice Mandon
p. 292-293

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013, 2014
Haut de page

Texte intégral

1La municipalité de Bressuire a entrepris une importante campagne de restauration de l’enceinte du château, elle est programmée sur cinq années et s’accompagne d’une étude archéologique incluant des recherches d’ordre général (étude documentaire, prospection géophysique, relevé topographique, sondages) et d’une étude de bâti approfondie des structures restaurées.

2L’étude documentaire a permis de reprendre et approfondir l’analyse historique, depuis les premières mentions du castrum des seigneurs de Beaumont-Bressuire au milieu du xie s. jusqu’aux travaux de restauration du xxe s. Les sources anglaises publiées éclairent le contexte de la fortification de Bressuire au début du xiiis. À plusieurs reprises, et notamment en 1206 et en 1214, le château, qui relève des vicomtes de Thouars, a bénéficié de l’attention du roi Jean sans Terre pour sa mise en défense. Ce contexte correspond bien à la construction de la grande enceinte avec tours à archères. Mais les textes révèlent d’autres phases de fortification qu’il est plus difficile d’appréhender : dès la fin du xive s., et tout au long de la guerre de Cent Ans, mais également à la fin du xvie s., avec des mentions de boulevards et jusqu’à la fin du xviie s. Parallèlement, les logis connaissent différents aménagements, dont les plus importants sont dus au puissant Jacques de Beaumont dans les années 1440.

3La campagne de prospection géophysique réalisée par l’ULR Valor – Université de La Rochelle (UMR 7266 LIENSs) a principalement concerné les secteurs exploitables de la basse cour. La prospection électromagnétique a permis d’avoir un aperçu (qui mériterait d’être précisé) des secteurs moins exploitables (extérieur de l’enceinte, zone ouest du château) : topographie du substrat granitique, possibles structures liées aux défenses avancées. La prospection magnétique, très soumise aux nombreuses « pollutions » récentes, inévitables dans un site touristique, a néanmoins permis de localiser précisément la nef de l’église Saint-Nicolas. La prospection électrique a fourni les meilleurs résultats. Dans la partie sud de la basse cour, le fossé de la 1re enceinte apparaît clairement mais l’articulation entre l’entrée de cette enceinte, la poterne de la 2e enceinte et le fossé semble bien plus élaborée qu’actuellement. Des bâtiments accolés à la 2e enceinte apparaissent également. Au centre du secteur, une importante structure résistante est apparue : si on ne peut exclure la présence de tranchées empierrées récentes, le plan suggère plutôt une importante construction qui semble même recoupée par le premier fossé. Dans le secteur nord de la basse cour, le fossé intérieur et l’église Saint-Nicolas apparaissent clairement, ainsi que des constructions isolées. Plusieurs structures résistantes posent le problème de l’organisation de la basse cour, des relations entre les principaux éléments présents : fossé, église, 2e enceinte. Elles suggèrent même un tracé différent pour la 2e enceinte, peut-être agrandie vers le NO, et le possible prolongement de l’enceinte urbaine jusqu’à la 1re enceinte. L’environnement immédiat de l’église apparaît également prometteur, cette dernière pouvant avoir été associée à des bâtiments religieux.

4L’étude archéologique proprement dite a été seulement amorcée et se poursuit, en accompagnement des travaux de restauration fin 2013-2014. Elle concerne une section du front nord de la 2e enceinte, à proximité de la jonction entre les défenses du château et l’enceinte urbaine. Un premier examen de l’élévation intérieure de la courtine a permis de repérer au moins trois grandes phases. Il apparaît que le 1er état de la courtine a été entièrement reconstruit ou prolongé vers le NO. La tour centrale de la courtine a été ajoutée dans un 3e temps. Cette tour, en grande partie effondrée depuis peu, est pleine à la base et possédait une pièce équipée d’archères. Le secteur a été fortement décaissé à la fin du xxe s., parfois jusqu’au substrat. Une occupation des xiiie-xive s. (dépotoir recouvert par un sol empierré) est néanmoins conservée, encaissée dans le rocher à hauteur du 1er état de la courtine. La topographie du substrat, en forte pente vers le nord, laisse une stratigraphie très bien conservée dans l’angle saillant formé par l’enceinte, au nord. Un bâtiment accolé à l’enceinte a été repéré : son niveau inférieur est intégralement conservé et a été remblayé dans le courant du xve s. La présence de latrines est envisageable. Cette fonction paraît plus certaine pour la petite construction remplaçant ce premier bâtiment au xve-début xvie s. Le secteur semble être abandonné rapidement, dans le courant du xvie s.

5L’étude se poursuit : achèvement du relevé topographique, étude de bâti plus poussée du secteur restauré (fouille de ce qui subsiste de la pièce sommitale) et des courtines avoisinantes (analyse étendue à terme aux tours voisines).

Bressuire, plan d’ensemble du secteur 1.

Bressuire, plan d’ensemble du secteur 1.

Topographie : M. Bérard, F. Mandon — Atemporelle / DAO : F. Mandon — Atemporelle

Haut de page

Table des illustrations

Titre Bressuire, plan d’ensemble du secteur 1.
Crédits Topographie : M. Bérard, F. Mandon — Atemporelle / DAO : F. Mandon — Atemporelle
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9363/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 373k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Mandon, « Bressuire (Deux-Sèvres). Château »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 292-293.

Référence électronique

Fabrice Mandon, « Bressuire (Deux-Sèvres). Château » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9363

Haut de page

Auteur

Fabrice Mandon

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Fabrice Mandon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals