Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
III.  – Constructions et habitats fortifiés
III 2. – Prospections

Chaux-des-Crotenay (Jura). Château Champ-des-Mottes, Vescles (Jura). Château d’Oliferne

Responsable d’opération : Stéphane Guyot
p. 293

Entrées d’index

Année de l'opération:

2012, 2013
Haut de page

Texte intégral

1Les interventions archéologiques menées au château Champ-des-Mottes situé sur la commune de Chaux-des-Crotenay (Jura) et d’Oliferne sur la commune de Vescles (Jura) se sont déroulées sur un seul secteur, la moitié orientale du fossé primitif pour le premier et sur la courtine NO de la basse cour pour le second.

2Les investigations 2013 font suite à celles de 2012. Elles ont porté sur les circulations dans le château, en particulier sur le pont qui enjambait le fossé sec de l’édifice primitif pour Chaux-des-Crotenay. Aucune structure se rapportant à ce thème n’a été observé à Oliferne. Seule l’enceinte de la basse cour masquée par la végétation très dense s’est révélée assez bien conservée contrairement à ce que laissaient présager les prospections.

3À Chaux-des-Crotenay, trois piles du pont dormant ont été découvertes sur la moitié occidentale. La fouille de 2013 qui a révélé deux piles du pont infirme l’hypothèse de trois structures porteuses formulée en 2011. La maçonnerie de la probable porterie s’est révélée en saillie ou flanquée contre l’enceinte du château. Ainsi, le pont surplombant le fossé primitif est constitué de cinq piles fondées sur le rocher. L’existence d’un pont-levis n’est actuellement confirmée par aucune structure architecturale, mais le volume des comblements et les blocs de très grande taille ont contraint à ne pas achever le programme dans le temps impartis. L’étude du bâti montre des différences dans les appareils des piles. Des reconstructions sont probables ce qui expliquerait en partie le tracé courbe du pont. Cette hypothèse reste cependant à confirmer.

4À Vescles, la maçonnerie de la courtine apparaît isolée des éventuelles autres constructions, notamment de celles du bourg circonscrit, imperceptible dans l’entité. L’examen de la construction ne laisse percevoir aucune reprise ni réaménagement des parements. Elle révèle donc une seule phase constructive, par ailleurs synchrone à la tourelle étudiée en 2012. Malheureusement, l’indigence des données concernant la chronologie ne permet pas de dater ces éléments structuraux. Au plus tard, ils appartiendraient au xvie s. puisque l’ordre de démantèlement d’Henri IV, en 1592, scelle la destinée du monument. Les données textuelles précisent toutefois que la forteresse est en ruine en 1455. Il est donc fort possible, selon l’état de conservation, que ces maçonneries s’inscrivent entre ces deux dates.

5L’opération effectuée à Oliferne concerne également les travaux de consolidation. L’Adapemont s’attache donc encore une fois à la sauvegarde et à la valorisation de son patrimoine local et en conséquence au monument castral d’Oliferne, si atypique dans le paysage franc-comtois.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Guyot, « Chaux-des-Crotenay (Jura). Château Champ-des-Mottes, Vescles (Jura). Château d’Oliferne »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 293.

Référence électronique

Stéphane Guyot, « Chaux-des-Crotenay (Jura). Château Champ-des-Mottes, Vescles (Jura). Château d’Oliferne » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 02 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9364

Haut de page

Auteur

Stéphane Guyot

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Stéphane Guyot

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals