Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Chronique des fouilles médiévales...III.  – Constructions et habitats...III 3. – Projets collectifs de re...Franche-Comté. Les sites de haute...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
III.  – Constructions et habitats fortifiés
III 3. – Projets collectifs de recherche

Franche-Comté. Les sites de hauteur de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge en Franche-Comté (ive-ixe s.)

Responsables d'opération : David Billoin et Philippe Gandel
p. 295

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1En région Franche-Comté, les fortifications de hauteur sont connues depuis le milieu du xixe s. Les recherches ont permis de découvrir et d’attribuer à la période romaine plusieurs sites perchés comme le Camp de Coldres à Briod, le Mont Gaillardon à Menétru-le-Vignoble ou encore la Butte à Château-Chalon. Ces sites sont documentés par des découvertes fortuites, complétées parfois de quelques sondages. Le développement des recherches pré et protohistoriques a permis d’inventorier d’autres sites de hauteur tardo-antiques, notamment l’un des plus importants, le Camp du Château à Salins-les-Bains. Ces lieux fortifiés, associés alors à la présence de légions et considérés comme des « vigies » romaines, vont rapidement engendrer un schéma explicatif de refuge temporaire pour des populations rurales apeurées de la fin de l’Antiquité. L’insécurité générale et les troubles liés aux invasions barbares offraient en effet un cadre événementiel bien pratique, justifiant cette forme d’occupation sur les hauteurs (et accessoirement dans les grottes) caractérisée par un habitat construit dans la précipitation, parfois derrière un retranchement sommaire ou réutilisant opportunément des structures défensives protohistoriques. Considérées comme un épiphénomène, ces occupations perchées tardo-antiques n’ont plus été prises en considération dans les monographies ou les synthèses régionales après le début du xxe s. Les protohistoriens ont poursuivi de leur côté leurs recherches sur la plupart de ces sites de hauteur régionaux notamment, et les perçoivent comme des occupations à caractère édilitaire, en lien avec le contrôle des voies de communication et des ressources naturelles.

2Les recherches engagées à ce jour ont permis d’identifier dix sites de hauteur dans le Jura, dont deux ont fait l’objet de fouilles programmées, un troisième étant en cours d’étude (Camp du Château à Salins-les-Bains). Douze autres sites perchés ont été inventoriés en 2013 dans les trois autres départements de la région, sur une cinquantaine de sites potentiels révélés par des mentions bibliographiques.

3Les premières données recueillies à ce stade permettent de poser plusieurs problématiques.

4Les habitats de hauteur sont implantés sur la partie sommitale de collines défendues naturellement par des pentes escarpées difficilement praticables à pied en raison de forts dénivelés, voire inaccessibles en raison de falaises sur au moins trois côtés. Les habitats qui y prennent place sont pratiquement tous protégés par un dispositif d’enceinte renforçant le caractère défensif, à l’exception de la Motte à Écrille, où la terrasse sommitale est trop exigüe et naturellement protégée par le relief. L’habitat et les cheminements identifiés sur ce site, s’étagent sur plusieurs terrasses successives, formant autant de replats, l’ensemble étant ceinturé de pentes raides associées à des petites falaises. Une tour quadrangulaire maçonnée (8,50 × 7,35 m) est construite au point culminant.

5Pour les enceintes qui ont pu être étudiées, les infrastructures défensives se caractérisent par un degré de développement qui dépasse, à l’évidence, celui de simple refuge. L’établissement de Gaillardon à Ménétru-le-Vignoble est entouré d’un rempart maçonné au mortier d’une longueur de 450 m qui s’articule en tronçons rectilignes, avec un mur nord de 2,45 m de largeur. Celui du Camp de Coldres à Briod offre les mêmes caractéristiques mais dépasse les 750 m de périmètre. Des dimensions de cet ordre sont envisageables pour ceux du Château à Sainte-Anne et du Vieux Château à La Châtelaine. Seul le rempart maçonné du Camps du Château à Salins-les-Bains dispose d’une tour semi-circulaire et d’aménagements particuliers à ses extrémités. Ces enceintes de hauteur traduisent cependant un niveau d’investissement qui dépasse de loin les capacités d’une simple communauté locale et n’ont pu être construites qu’avec l’appui d’une autorité. En outre, la position dominante de ces systèmes défensifs contribue à les inscrire très visiblement dans le paysage environnant et procède vraisemblablement d’une volonté de mise en scène ostentatoire. La qualité des habitats employant largement la pierre, pratiquement sans aucun équivalent en plaine, et la présence d’églises funéraires au sein de certains de ces sites fortifiés (Camp du Château à Salins, Mont-Julien à Pont-de-Roide entre autres) apportent d’ores et déjà quelques éléments de réponse et permettent de nuancer la dominante militaire qui transparaît de prime abord.

6Ces premières observations révèlent toute la diversité des situations topographique des sites de hauteur et de leurs équipements. Elles montrent l’intérêt de documenter chaque site afin de constituer un corpus suffisamment étoffé pour permettre d’explorer ces problématiques. Les vérifications et prospections sur le terrain se poursuivent et ont permis d’étudier cinq habitats de hauteur en 2013, incluant des relevés topographiques et quelques collections muséographiques. Ces données constituent la base d’un atlas, dont la rédaction s’amorce.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

David Billoin et Philippe Gandel, « Franche-Comté. Les sites de hauteur de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge en Franche-Comté (ive-ixe s.) »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 295.

Référence électronique

David Billoin, Philippe Gandel, « Franche-Comté. Les sites de hauteur de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge en Franche-Comté (ive-ixe s.) » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 30 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9369 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.9369

Haut de page

Auteurs

David Billoin

Articles du même auteur

Philippe Gandel

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

David Billoin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Philippe Gandel

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search