Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
IV.  – Sépultures et nécropoles
IV 1.  – Opérations de terrain

Fos-sur-mer (Bouches-du-Rhône). Chapelle Notre-Dame de la Mer

Responsable d’opération : Catherine Rigeade et Nathalie Gonzalez
p. 300-302

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1La chapelle Notre-Dame de la Mer a été construite sur un petit éperon rocheux, proche du golfe de Fos, à environ 600 m à l’extérieur du castrum médiéval. La première mention de l’édifice remonte à 1153. À cette date, la chapelle est déjà construite et appartient à l’archevêque d’Arles, en revanche le cimetière qui lui est rattaché n’est attesté dans le cadastre qu’au xvie s.

2L’opération de fouille préventive qui s’est déroulée en 2013 a été motivée par le projet de restauration de la chapelle impliquant la nécessité de mettre ses fondations en sous-œuvre. Elle a fait suite à une opération de diagnostic menée par l’Inrap en 2004 qui avait révélée la présence de la nécropole attenante à la chapelle. Cette intervention a consisté en la fouille du pourtour de la chapelle sur une surface de 461 m2 (fig.).

3Au haut Moyen Âge, une vingtaine de sépultures matérialisent la présence d’une aire funéraire sur la parcelle dès la fin du viie s. Il s’agit de tombes rupestres renfermant des dépôts primaires individuels. Toutes sont creusées directement dans le substrat suivant une orientation O-E, à l’exception de cinq qui suivent une orientation N-S. Les fosses présentent une forme oblongue, à l’exception d’une sépulture d’immature anthropomorphe. Trois seulement étaient pourvues d’un système de couverture et la moitié d’entre elles présentent un aménagement. Il s’agit dans certains cas de coffrage de moellons, de réemploi de tegulae, ou de blocs de calcaire coquillé taillés et posés de chant. Dans un cas, la tombe est pourvue d’un aménagement spécifique au niveau de la tête du défunt avec des tegulae posées de chant.

4Au Moyen Âge central (xiie-xiiie s.), on retrouve systématiquement des dépôts primaires individuels au sein de tombes à coffrages en pierres orientées sans exception O-E, associés à des dépôts secondaires. Dès cette période la majorité des réceptacles accueillent successivement plusieurs inhumations individuelles. Cette pratique se poursuit au bas Moyen Âge (xive-xve s.) et engendre la mise en place de nombreuses réductions et ossuaires. Elle implique donc un lieu d’inhumation pérenne et visible permettant l’inhumation successive de plusieurs membres d’une même famille. Cette période se caractérise aussi par la rareté du mobilier : un seul pégau retrouvé sur les 196 sépultures issues de cette phase. Plusieurs structures annexes à la chapelle, à vocation funéraire, prennent également place : un caveau à l’angle NE du chevet, ainsi que deux ensembles de murs qui attestent la présence de bâtiments annexes ou préexistants à l’édifice, contre lesquels des sépultures viennent s’appuyer.

5L’aire funéraire moderne regroupe 296 sépultures. Il s’agit majoritairement d’inhumations en pleine terre, même si on dénombre quelques cercueils ainsi que la réutilisation de tombes à coffrage au nord et au chevet de la chapelle. Comme pour la phase médiévale, ce sont des dépôts primaires individuels associés à des dépôts secondaires, à l’exception du dépôt multiple d’une dizaine d’individus retrouvé au sein d’une tombe maçonnée au NO du cimetière. Contrairement aux périodes antérieures, ces sépultures recèlent fréquemment des attributs religieux (chapelets, médailles) ainsi que des éléments de parure et d’habillement. Enfin, l’opération de fouille a été l’occasion de procéder à l’enlèvement de la dalle de béton qui recouvrait le sol intérieur de la chapelle. Un caveau moderne dans la première travée ainsi que plusieurs dalles utilisées en réemploi ont ainsi pu être repérés.

6L’ensemble de la nécropole ceinturant l’édifice a été fouillé jusqu’au substrat, avec un total de 516 sépultures exhumées. L’étude anthropobiologique a été menée sur la totalité des restes osseux, soit 480 individus (271 adultes et 209 immatures) retrouvés en position primaire, 661 individus retrouvés en position secondaire (511 adultes et 150 immatures) et cinq ossuaires. Quelques lésions traumatiques et infectieuses ont été repérées, mais ce sont majoritairement les affections carentielles qui sont dominantes.

7Cette intervention était couplée à une étude du bâti en vue d’analyser les différentes étapes de construction et/ou de reconstruction de la chapelle. En effet l’édifice actuel, de plan roman, a probablement subi une reconstruction en plusieurs phases aux xiiie-xive s. utilisant un plan de bâtiment à nef unique, voûté en berceau sur doubleau, avec l’ajout d’une sacristie plus tardive, probablement à l’époque moderne. La chapelle repose sur un réseau de fondations complexe : une juxtaposition de murs qui ne semblent pas avoir été construits dans ce but premier (désaxement par rapport à la chapelle actuelle, vide de fondation, réemploi de blocs antiques, utilisation de coffrages de sépultures).

8La présence de certaines sépultures recoupées par ces murs de fondations atteste l’existence d’un édifice moins important, antérieur à cette phase de reconstruction. Les analyses 14C permettront d’affiner la datation des sépultures afin d’appréhender l’évolution des pratiques funéraires, les modifications de l’espace sépulcral ainsi que la chronologie de la chapelle.

Fos-sur-Mer, plan de l’ensemble des vestiges retrouvés et de la chapelle.

Fos-sur-Mer, plan de l’ensemble des vestiges retrouvés et de la chapelle.

Relevé et DAO : N. Gonzalez / Ouest Provence

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fos-sur-Mer, plan de l’ensemble des vestiges retrouvés et de la chapelle.
Crédits Relevé et DAO : N. Gonzalez / Ouest Provence
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9392/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Rigeade et Nathalie Gonzalez, « Fos-sur-mer (Bouches-du-Rhône). Chapelle Notre-Dame de la Mer », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 300-302.

Référence électronique

Catherine Rigeade, Nathalie Gonzalez, « Fos-sur-mer (Bouches-du-Rhône). Chapelle Notre-Dame de la Mer » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 23 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9392

Haut de page

Auteurs

Catherine Rigeade

Articles du même auteur

Nathalie Gonzalez

Haut de page

Responsables d'opération

Catherine Rigeade

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Nathalie Gonzalez

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals