Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
IV.  – Sépultures et nécropoles
IV 1.  – Opérations de terrain

Lalinde (Dordogne). Église Saint-Pierre

Responsable d’opération : Arnaud Barbeyron
p. 302-303

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1Située en rive droite, sur les berges de la Dordogne, la fouille préventive s’inscrit en amont d’un projet d’aménagement de carrefour situé au débouché du pont de Lalinde, ouvrage ayant entrainé à la fin du xixe s. la reconstruction de l’église à une dizaine de mètres plus à l’est. Ce projet, incluant le réaménagement paysager de l’ensemble du giratoire, s’étend sur 1 500 m² aux limites est de la bastide et contourne l’entrée du nouvel édifice. Le diagnostic prescrit portait principalement sur les étapes de construction de la bastide, sur son lien avec l’église primitive Saint-Pierre de la Linde, aujourd’hui disparue, et sur l’exploration d’un secteur jusqu’ici inconnu de l’archéologie.

2Deux sondages, représentant 3,8 % de l’emprise (57 m²), ont été réalisés à proximité du flanc nord de l’édifice ; ils se sont tous deux révélés positifs. Le premier, grâce à la découverte d’une première sépulture, boulevard de Stalingrad, confirme l’étendue de l’espace cimetérial au nord sur un rayon potentiel de 35 m autour de l’église, sans pouvoir préciser, faute d’élément mobilier, si nous nous situons à la fin du Moyen Âge ou à l’époque moderne. Le deuxième, avec la mise au jour de 15 sépultures, toutes orientées, et quatre structures, a permis d’obtenir un premier aperçu de l’espace funéraire lié à l’église de Saint-Pierre et de confirmer le plein fonctionnement du cimetière entre le xiiie et le xve s., en lien étroit avec la création de la bastide en 1267.

3L’étude du mobilier recueilli dans les tombes et un décapage progressif par palier ont permis d’identifier deux niveaux d’inhumations distincts : un premier niveau compris entre - 0,90 et - 1,40 m pouvant être potentiellement antérieur au xiiie s. et un second niveau compris entre -0,45 et -0,90 m estimé entre la deuxième moitié du xiiie et le xve s. Les sépultures rencontrées reflètent une population variée qui s’accorde bien aux critères de fonctionnement d’un cimetière paroissial. Deux adultes présentent une pathologie infectieuse évocatrice de la syphilis, mais seuls des examens plus approfondis pourront le confirmer. Par ailleurs, une activité de fonderie a aussi été identifiée au sein du cimetière par la reconnaissance d’une fosse de rejet, mais le type de déchet rencontré n’a pas permis de valider la piste de la fabrication de cloche ou de tout autre objet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Arnaud Barbeyron, « Lalinde (Dordogne). Église Saint-Pierre »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 302-303.

Référence électronique

Arnaud Barbeyron, « Lalinde (Dordogne). Église Saint-Pierre » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9398

Haut de page

Auteur

Arnaud Barbeyron

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Arnaud Barbeyron

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals