Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
IV.  – Sépultures et nécropoles
IV 1.  – Opérations de terrain

Lyon 9e (Rhône). École maternelle du Chapeau Rouge. 14 bd. Saint-Exupéry

Responsable d’opération : Emma Bouvard
p. 303-304

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1L’extension du réfectoire de l’école maternelle de la rue du Chapeau Rouge, dont la construction avait déjà donné lieu à deux campagnes de fouille préalables en 1999-2000, a permis de confirmer la présence d’un élément de voirie antique et de compléter les connaissances de l’occupation funéraire médiévale. En effet, les opérations précédentes avaient mis en évidence l’exploitation d’une carrière de gneiss autour de l’aire, puis un atelier de potier actif entre le ier et le iie s., ainsi que l’installation d’un mausolée et d’un ensemble funéraire entre le ier et le iiie s. Après un hiatus de deux siècles environ, ce même espace est investi par des sépultures médiévales dont le terminus ante quem se situait autour du viiie s., à l’instar de diverses constructions mises au jour à l’état fragmentaire. En outre, les archéologues avaient repéré la présence d’une chaussée bordée par un trottoir le long de l’enclos cernant le mausolée. Malheureusement, les conditions de fouille n’avaient pas permis l’étude approfondie de cet élément viaire, en dépit des problématiques majeures liées aux réseaux routiers antiques de Lugdunum et de ses suburbia. La plaine de Vaise, sise au nord de la cité, le long de la rive gauche de la Saône, est censée être desservie par la voie dite de l’Océan et du Rhin, partie prenante de la planification viaire d’Agrippa à la fin du premier siècle avant notre ère. Des tronçons de chaussée avaient déjà été mis au jour au sud et au nord du site, à l’instar d’ensembles funéraires se développant de façon linéaire en bordure de ces axes de circulation.

2La fouille du printemps 2013 a confirmé la présence d’une chaussée du Ier s. de notre ère construite en galets damés, aux petits modules décimétriques choisis, installés sur une alternance de colluvions stériles ou anthropisées dévalant le versant du plateau de Loyasse sis aux abords immédiats du site à l’est. Deux états ont pu être dissociés : le premier correspond à la surface de circulation faite de petits galets et datée du 2e tiers du Ier s.-début IIe s., le second intervient entre la seconde moitié du iie s. et le début du iiie s. après une phase de colluvionnement. La deuxième phase du site correspond à deux creusements linéaires successifs (fossés bordiers ?) plus ou mois parallèles à l’axe de la voie alors envahie par les colluvions. La datation céramique avance le haut Moyen Âge, entre le viie et le viiie s. À l’est, un muret de pierres sèches, repéré en coupe, semble retenir les apports de versant. Entre ces deux entités linéaires N-S, il semblerait que la voie antique soit toujours fréquentée, mais selon une emprise atrophiée, et rechargée jusqu’à un ultime état de fonctionnement caractérisé par une surface sablo-limoneuse et très caillouteuse. À partir de cet horizon, s’ensuit l’installation de neuf sépultures individuelles à inhumation datées par 14C du ixe s. Leur alignement N-S, selon trois rangées séparées par un espace vide longiligne reprenant l’orientation de la voie, vient renforcer l’hypothèse selon laquelle cette dernière perdure à l’état de sente ou de chemin durant le haut Moyen Âge, structurant toujours le paysage. Ces découvertes funéraires mettent en lumière une certaine forme d’organisation qui semble guidée par la nature rémanente de l’axe viaire antique qui desservait le quartier du ier au iiie s., confirmant en partie l’hypothèse soulevée par A. Bouvier en 2000. L’organisation N-S des tombes, en fonction d’un élément du paysage autre qu’une église, est surprenante. En effet, sous l’ère carolingienne, les cadres religieux s’affermissent et tendent à se fixer durablement, or, le soin des défunts fait partie des prérogatives cléricales à l’échelle paroissiale notamment. L’existence d’une église Saint-Baudille est attestée dès 878 ; elle se situerait à 100 m au nord du site archéologique sur l’emplacement actuel de l’église Saint-Pierre. En ce cas, la découverte de ces sépultures, contemporaines de l’édifice, pose la question de l’étendue du cimetière ecclésial et de son éventuelle dilatation / dispersion dans l’espace, ainsi que des pratiques funéraires : pourquoi ensevelir les corps en fonction de l’axe viaire (N-S) et non du rite chrétien (tête à l’ouest regardant vers l’est) répondant théoriquement à l’orientation du sanctuaire ?

Lyon, école maternelle du Chapeau Rouge, sépultures 96 et 84. Inhumations individuelles d’immatures, viiie-ixe s.

Lyon, école maternelle du Chapeau Rouge, sépultures 96 et 84. Inhumations individuelles d’immatures, viiie-ixe s.

Cliché : Emma Bouvard

Haut de page

Table des illustrations

Titre Lyon, école maternelle du Chapeau Rouge, sépultures 96 et 84. Inhumations individuelles d’immatures, viiie-ixe s.
Crédits Cliché : Emma Bouvard
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9408/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 844k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emma Bouvard, « Lyon 9e (Rhône). École maternelle du Chapeau Rouge. 14 bd. Saint-Exupéry »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 303-304.

Référence électronique

Emma Bouvard, « Lyon 9e (Rhône). École maternelle du Chapeau Rouge. 14 bd. Saint-Exupéry » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 02 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9408

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals