Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
IV.  – Sépultures et nécropoles
IV 1.  – Opérations de terrain

Montagne (Gironde). Église Saint-Martin

Responsable d’opération : Guillaume Seguin
p. 306

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1Le projet de rénovation du bourg de Montagne (Gironde), aux abords de l’église romane Saint-Martin, a été à l’origine d’une fouille archéologique préventive menée par la société Archéosphère. En dépit d’une superficie modeste (90 m²), la fouille a livré un grand nombre de sépultures (au moins 155 individus). La stratigraphie s’étage sur plus de 2,50 m et présente plusieurs phases de remblais retenus par un mur. Cette partie du cimetière ayant été en activité jusqu’au milieu du xixe s., près de la moitié des inhumations peuvent être rattachées aux époques contemporaine (inhumations en cercueil) et moderne (inhumations en linceul). Ces sépultures sont bien datées grâce à la mise au jour de nombreuses pièces de monnaie, objets personnels (vêtements, bijoux, médailles) ou objets religieux (crucifix, chapelets) directement associés aux défunts. Le mur ceinturant le cimetière a été construit au xviie s. et recoupe plusieurs sépultures, témoignant d’une plus importante extension de l’espace funéraire durant sa phase ancienne.

2Les sépultures sous-jacentes attribuées à la fin du Moyen Âge sont constituées par des coffres en pierre calcaire (montants et dalles de couverture). Le seul objet archéologique livré pour cette phase chronologique est une coquille Saint-Jacques, mise au jour au niveau de la cuisse d’un individu, vraisemblablement décédé au cours de son pèlerinage. Sous ces sépultures en coffre, une trentaine de sépultures rupestres ont été exhumées. Couvertes par des dalles calcaires, les fosses sont anthropomorphes et certaines présentent une alvéole céphalique. Ces inhumations n’ont livré aucun élément mobilier permettant une attribution chronologique. En Gironde, ce type d’architecture funéraire se rencontre entre le xe et le xiie s. Une série de datations 14C est en cours afin de dater les sépultures les plus anciennes du cimetière. Les résultats permettront de préciser la chronologie relative entre l’église (construite au xiie s.) et son cimetière, qui pourrait être antérieur et de discuter l’existence éventuelle d’un premier édifice religieux aux origines du bourg de Montagne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Seguin, « Montagne (Gironde). Église Saint-Martin »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 306.

Référence électronique

Guillaume Seguin, « Montagne (Gironde). Église Saint-Martin » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9409

Haut de page

Auteur

Guillaume Seguin

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Guillaume Seguin

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals