Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
IV.  – Sépultures et nécropoles
IV 1.  – Opérations de terrain

Montricoux (Tarn-et-Garonne). Place Marcel Lenoir

Responsable d’opération : Catherine Viers
p. 305

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1Suite au projet de réfection de la place Marcel Lenoir, quatre sondages de diagnostic ont été réalisés pour évaluer le potentiel archéologique de l’emprise. On sait que la place était l’ancien cimetière jusqu’en 1954, nivelé sur 1,50 m en 1971. Elle est bordée au nord par un « donjon », seul vestige apparent de l’implantation d’une commanderie templière à la fin du xiie s., et par l’église construite dans la deuxième moitié du xiiie s. La façade ouest est limitée par les murs du château, très dégradé au moment des guerres de Religions et reconstruit au xviiie s. Les sondages ont révélé la présence de tombes du haut Moyen Âge, dont l’architecture est caractérisée par des calages de pierres à la tête et aux pieds du défunt, et l’une d’entre elles au moins est fermée par une dalle. Une sépulture datée par 14C apporte une datation comprise entre 600 et 650 apr. J.-C. Contemporains ou juste postérieurs à ces inhumations, coexistent une aire d’ensilage et des fours. Cette première emprise funéraire semble limitée par un fossé, au moins à partir du xie s. Observé dans deux sondages, ce fossé semble tourner le dos au « donjon », suggérant la délimitation d’un habitat sans relation avec la commanderie. Son comblement, riche en tuiles vernissées des xiiie ou xive s., suppose son scellement à cette époque et la transformation de l’espace. L’architecture du « donjon » évoque une construction du dernier tiers du xiie s. L’établissement est l’un des plus importants de la commanderie, fondé avec des dons de plusieurs familles aristocratiques locales à partir de 1174. L’organisation spatiale de la commanderie reste méconnue. Il semble que dans un premier temps, la tour ait pu réunir toutes les fonctions : militaire, religieuse et résidentielle. La construction de l’église au cours du dernier tiers du xiiie s. marque une étape importante dans l’organisation du site, soulignée par la présence d’une galerie reliant les deux édifices. Après la dissolution de l’ordre du Temple en 1312, la majeure partie des droits incombe aux seigneurs de Nègrepelisse qui les conservent jusqu’au xviie s. Les bases des murs nord et ouest de la place conservent des maçonneries médiévales, sans qu’il soit possible, dans l’état actuel, de les relier à une phase en particulier. La date de la fermeture de la place vers le sud reste en suspens. Les maisons qui constituent le front méridional sont de l’extrême fin du Moyen Âge et il serait particulièrement intéressant de connaître la date de leur première implantation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Viers, « Montricoux (Tarn-et-Garonne). Place Marcel Lenoir », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 305.

Référence électronique

Catherine Viers, « Montricoux (Tarn-et-Garonne). Place Marcel Lenoir » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9412

Haut de page

Auteur

Catherine Viers

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Catherine Viers

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals