Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
IV.  – Sépultures et nécropoles
IV 1.  – Opérations de terrain

Strasbourg (Bas-Rhin). Place Saint-Thomas

Responsable d’opération : Heidi Cicutta
p. 309

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1La fouille réalisée par l’Inrap s’est déroulée au centre-ville, dans l’ellipse insulaire formée par l’Ill. Réparties sur huit zones (sept fosses d’arbres de 3 m x 2 m sur 2 m de profondeur et une fosse technique de 9 m x 7 m sur 3 m de profondeur), les découvertes sont importantes. En effet, le site est implanté dans les faubourgs du camp romain de la viiie légion et les archives du xie s. y mentionnent la construction d’une église par l’évêque Adeloch à l’époque carolingienne. Un cimetière paroissial est consacré au début du xie s. et cet espace funéraire, selon les archives, sera utilisé jusqu’à sa saturation au début du xve s.

2Pour la période romaine, la fouille a mis en évidence des vestiges de plusieurs bâtiments et des niveaux de sols datés entre les années 70 de notre ère et la fin du iie s. Plusieurs techniques de construction ont été rencontrées : murs en terre crue dont les parois sont peintes, fondation d’un mur-bahut en pierre calcaire et un parement de mur réalisé en opus testaceum (avec des fragments de briques et de tegulae).

3L’Antiquité tardive n’est repérée que par des artefacts en position résiduelle dans le comblement des occupations plus récentes.

4Le secteur sert ensuite de cimetière paroissial, comme en témoignent les 58 squelettes découverts et le grand nombre d’ossements déplacés. Les tombes sont creusées dans le sol et les corps déposés dans des coffrages en bois, dans des cercueils monoxyles ou à même le sol. Dans certains cas, on suppose l’utilisation d’une enveloppe souple (linceul ou vêtement), comme le montre, entre autres, la découverte de fragments de tissu minéralisé sur un tibia d’enfant. Les défunts sont orientés la tête à l’ouest et inhumés sans mobilier. L’un fait cependant exception : inhumé la tête au sud, il portait une bague sigillaire à un doigt. Des analyses 14C réalisées sur un des plus anciens squelettes repérés en stratigraphie proposent une datation comprise entre 661 et 782. Ces deux inhumations sont probablement les plus anciennes découvertes et pourraient renvoyer à la probable existence, déjà relevée par les historiens, d’un lieu de culte dès la période mérovingienne.

5L’emprise du cimetière, installé dès les viie ou viiie s., s’est restreinte ensuite au nord de l’église Saint-Thomas. En effet, une occupation du ixe s. est caractérisée par des fosses creusées dans le sol : leur fonction première reste encore à préciser, mais elles furent réutilisées en dépotoirs dans lesquels les déchets courants étaient rejetés. Des bâtiments contemporains pourraient être situés juste à l’extérieur de l’emprise de fouille.

6Entre les xe et xie s., trois fours à chaux sont creusés successivement dans le secteur occidental de la place. Ils pourraient être contemporains du démantèlement des bâtiments antérieurs, maçonnés en pierre calcaire. Situés en limite de fouille, aucun n’est complet et seule leur allure générale peut être restituée : les deux premiers fours sont de plan rectangulaire et le dernier est naviforme. Installés à proximité de l’église Saint-Thomas, ils pourraient avoir été destinés à réaliser du mortier pour la reconstruction de l’église (mention d’un incendie en 1007 dans les archives).

7Le cimetière qui perdure au nord de l’église connaît une utilisation intensive et accueille un grand nombre de défunts (hommes, femmes et enfants) jusqu’à saturation complète de l’espace funéraire. Des chartes du début du xve s. mentionnent son déplacement pour cette raison. Il est finalement abandonné et scellé par des couches médiévales qui constituent la place Saint-Thomas telle qu’on la connaît aujourd’hui.

8Seules deux structures maçonnées en brique jaune ont été observées dans les niveaux les plus récents. Elles sont localisées à l’extrémité occidentale des zones fouillées. Ces vestiges peuvent correspondre à des bases de poteaux porteurs d’une galerie ou d’un appentis d’un bâtiment du xviie s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Heidi Cicutta, « Strasbourg (Bas-Rhin). Place Saint-Thomas »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 309.

Référence électronique

Heidi Cicutta, « Strasbourg (Bas-Rhin). Place Saint-Thomas » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 10 avril 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9421

Haut de page

Auteur

Heidi Cicutta

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Heidi Cicutta

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals