Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
IV.  – Sépultures et nécropoles
IV 1.  – Opérations de terrain

Tessonnière (Deux-Sèvres). Place de l’église

Responsable d’opération : Emmanuel Barbier
p. 309-310

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1Située au nord du département des Deux-Sèvres entre Thouars et Parthenay, région marquée par la disparition du socle granitique et métamorphique du Massif armoricain sous la couverture sédimentaire se rattachant au Bassin parisien, la commune de Tessonnière s’inscrit au sommet d’un léger vallon. Le village s’est développé de part et d’autre d’une église reconnue dès le xie s. En effet, la paroisse de Tessonnière apparaît en 1009 (Taxoneriis) puis en 1300 (Thessounières). Ainsi, le bourg de Tessonnière est cité au xiiie s. dans le pouillé de l’évêque Gaultier de Bruges alors que l’église Notre-Dame est mentionnée dans une charte du xie s. d’un autre évêque de Poitiers (Pierre II), ce dernier confirmant la donation de l’église à l’abbaye Saint-Pierre d’Airvault.

2Si l’église de style gothique apparaissait encore très nettement sur le plan cadastral du xixe s., seuls subsistent aujourd’hui une partie de la nef (mur gouttereau sud) ainsi qu’un auvent supporté par une charpente qui paraît ancienne. L’ensemble aurait été restauré en 1782. Des traces de peinture persistent contre le mur sud à l’intérieur de l’édifice utilisé de nos jours comme atelier municipal. Quant à l’église paroissiale actuelle, distante d’une vingtaine de mètres vers l’est, elle a été construite à la fin du xixe s. et consacrée le 9 mai 1901. Ses abords faisant l’objet d’un vaste projet d’aménagement paysager nécessitant notamment la réalisation de travaux drainants, un diagnostic archéologique a été prescrit.

3Quatre tranchées ont permis de reconnaître la présence d’un cimetière vraisemblablement contigu à l’église romane. La chronologie demeure très aléatoire en l’absence de mobilier. Une des sépultures en coffrages contenait un pot funéraire attestant une inhumation contemporaine au plus tôt du xiiie s., sachant que ce type de production est reconnu jusqu’au xve s. Les sépultures usant d’une architecture similaire peuvent être associées à une première grande phase d’inhumation identifiée pour au moins six individus présents au sein des trois tranchées situées à l’ouest de l’emprise. Certaines fosses creusées dans le substrat affleurent sous le niveau de sol actuel. Ce contexte stratigraphique implique une densité des sépultures relativement limitée pour l’aire funéraire attenante au chevet de l’église.

4Les inhumations les plus récentes, peu documentées en l’absence de mobilier, semblent toutefois persister jusqu’au xviie s., même si la découverte d’un double-tournoi de 1639 dans les sédiments proches de l’un des défunts constitue un indice fragile. Une gestion de l’espace funéraire a pu être observée. Les sépultures découvertes au sein d’une tranchée plus méridionale sont essentiellement celles d’immatures au contraire des défunts situés plus au nord.

5Par ailleurs, un ensemble de maçonneries ont été dégagées au niveau du parvis actuel. Postérieures au cimetière, deux phases distinctes peuvent être perçues. L’une se manifeste par une construction relativement imposante qui semble davantage correspondre à un mur de clôture ouvert. Le cadastre du xixe s. fait état d’une importante propriété contiguë à l’église, au NE. Elle était vraisemblablement composée d’un corps de logis, de bâtiments agricoles (granges, écuries, etc.). L’ensemble semblait délimité par un mur de clôture. Les murs découverts, partiellement dégagés, pourraient être associés à cette clôture. La seconde phase d’aménagement, principalement au sein de la tranchée du parvis, est représentée par des maçonneries dont la mise en œuvre apparaît plus sommaire comme semble l’indiquer l’absence de liant. Elles marquent un affranchissement probable de la clôture. Un foyer est associé à cette occupation dont la nature ne peut pas être précisée.

6Ces constructions témoignent toutefois d’une réoccupation de l’espace funéraire qui précède la construction de l’église à la fin du xixe s.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Barbier, « Tessonnière (Deux-Sèvres). Place de l’église », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 309-310.

Référence électronique

Emmanuel Barbier, « Tessonnière (Deux-Sèvres). Place de l’église » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9424

Haut de page

Auteur

Emmanuel Barbier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Emmanuel Barbier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals