Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
V. – Installations artisanales
V A1. – Céramique, terres cuites, verrerie : opérations de terrain

Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Îlot Condroyer

Responsable d’opération : Michaël Wyss
p. 314-315

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1L’unité d’archéologie de la ville de Saint-Denis mène depuis 2013 des opérations d’archéologie préventive sur un vaste îlot urbain devant faire l’objet d’un programme immobilier. Ce terrain, d’une superficie de plus de 1,6 ha, se situe à l’intérieur des remparts de la ville médiévale. À près d’un demi-kilomètre à l’ouest de la basilique, le site fait partie d’un îlot qui est délimité, à l’ouest, par l’Estrée, itinéraire supposé d’origine antique, et au nord par l’ancienne rue Compoise, un axe de circulation qui mène de la porte du castellum carolingien à l’église d’origine alto-médiévale de Saint-Denis-de-l’Estrée.

2Les plus anciens témoins de l’occupation de ce secteur sont constitués par la découverte, hors contexte, de mobilier lithique en silex et par le creusement de fossés implantés sur la même trame orthogonale que le réseau routier. Ces premières phases d’occupation sont largement détruites à la suite d’un important bouleversement de l’organisation sédimentaire intervenu au début du second Moyen Âge.

3Dans le courant du xiiie s. est édifié un grand bâtiment à usage collectif. Implanté 40 m en retrait de la rue Compoise, il mesure extérieurement 20 m de long sur 15,20 m de large. La construction à l’architecture de pierre et de bois se distingue par des murs extérieurs de faible épaisseur et, à l’intérieur, par deux rangées de poteaux supportés par de puissants plots de fondation. Ces poteaux subdivisent l’espace interne en une vaste nef centrale, large de 6,80 m, flanquée de deux nefs latérales, larges de 3,40 m, soit l’exacte moitié de la mesure de la nef centrale. Une fosse, creusée dans l’angle SE du bâtiment, a servi de dépotoir pour évacuer des cendres. On y a recueilli près d’une trentaine de céramiques culinaires et de resserre dont la plupart sont complètes. Il s’agit essentiellement d’oules à bord en bandeau et de coquemars. Certaines de ces poteries s’apparentent à des productions à pâte sableuse locale, d’autres sont caractéristiques du site potier de Fosses (Val-d’Oise).

4Lors d’un remaniement de la construction, les murs latéraux ont été épaulés de contreforts implantés au droit des poteaux de la structure charpentée interne du bâtiment. Parallèlement, un mur de refend, établi dans l’axe de la nef centrale, est venu diviser l’intérieur de la construction en deux portions équivalentes. Cette cloison remploie des fragments de pans de bois hourdis dont une face est fréquemment recouverte de suie. La partie orientale du bâtiment est, de plus, équipée de deux batteries de fours doubles, construites en tuiles de récupération. Aménagés en sous-sol, ces foyers circulaires sont ouverts sur des fosses de travail desservies par des descentes d’escalier. La partie supérieure des chambres à feux est ouverte et aménagée de manière à accueillir des récipients mesurant plus de 1 m de diamètre, sans doute en alliage cuivreux, comme l’indiquent des fragments métalliques découverts à même la sole. Ces récipients jouxtaient d’autres contenants circulaires dont subsistaient les empreintes semi-enterrées. Les fours sont abandonnés dans le courant du xve s.

5La fouille n’a pas livré d’indices permettant de connaître la fonction exacte de ce bâtiment ni celle des fours. Mais la découverte, à l’intérieur et surtout aux abords immédiats du bâtiment, de pépins et de peaux de raisin, oriente l'hypothèse d'un bâtiment ayant abrité une activité en relation avec la transformation du moût en vin. De plus, des fragments de boulins en plâtre recueillis dans le comblement des fours attesteraient la présence d’un pigeonnier, équipement qui suggère un lien entre cet établissement et un pouvoir seigneurial.

6À la fin du xvie s., le terrain est investi par un rempart reconnu sur une longueur de 200 m. L’ouvrage, large d’une trentaine de mètres, comprend une levée de terre précédée d’un fossé sec. Cette fortification formant une sorte d’enceinte intérieure à la ville, visait probablement à transformer le quartier de l’Estrée en un camp de retranchement temporaire. L’hypothèse la plus plausible serait de placer ces travaux dans le contexte de la huitième et dernière guerre de Religion (1585-1598).

7À partir de 1639, le secteur se trouve englobé dans le vaste jardin du couvent des Visitandines. Les religieuses cultivent un verger attesté par deux phases de plantation d’arbres.

Saint-Denis, îlot Condroyer, plan général du bâtiment médiéval.

Saint-Denis, îlot Condroyer, plan général du bâtiment médiéval.

M. Wyss, UASD

Haut de page

Table des illustrations

Titre Saint-Denis, îlot Condroyer, plan général du bâtiment médiéval.
Crédits M. Wyss, UASD
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9444/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 686k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michaël Wyss, « Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Îlot Condroyer », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 314-315.

Référence électronique

Michaël Wyss, « Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). Îlot Condroyer » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 26 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9444

Haut de page

Auteur

Michaël Wyss

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Michaël Wyss

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals