Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
V. – Installations artisanales
V A1. – Céramique, terres cuites, verrerie : opérations de terrain

Saran (Loiret). La Guignace

Responsable d’opération : Jérôme Bouillon et François Capron
p. 315

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1Un projet d’aménagement par la municipalité de Saran au lieu-dit « La Guignace » a permis d’étendre les recherches sur cet espace dévolu à l’artisanat potier durant le haut Moyen Âge. Cette activité dense a été mise en lumière à la fin des années 1960 lors des premières découvertes fortuites de fours de production au Lac de la Médecinerie situés à une centaine de mètres au sud du lieu-dit La Guignace. La fouille sur une surface de 1,2 ha, a permis une meilleure connaissance des zones de production et confirme l’influence de cette aire d’artisanat de terre cuite sur la région entre les vie et ixe s.

2Le secteur d’activité mérovingien occupe principalement la frange ouest de la zone de fouille. Il se situe à proximité d’un axe de circulation N-S, dont le développement reprend celui supposé de la voie antique Orléans-Chartres. Six fours, datés entre la fin vie et le viie s, sont attestés sur un espace de 1 600 m². Leur morphologie est comparable à celle observée pour la même période sur le site de La Médecinerie : une fosse d’accès excavée, un alandier maçonné de terres cuites architecturales liées à l’argile débouchant sur une chambre de cuisson circulaire ou quadrangulaire à supports de charge sous forme de languettes maçonnées. Une structure témoigne d’un mode architectural atypique et inédit sur le site d’activité de Saran. Comparable à un four, le laboratoire se compose d’imbrices sur champ appliquées sur son pourtour et l’alandier est canalisé de tegulae à plat ou sur champ. Cette structure pourrait être destinée au séchoir des pièces tournées.

3Les structures de production de la période carolingienne sont plus diffuses. Si deux fours du viiie-ixe s. se superposent au secteur d’activité mérovingien à l’ouest, les autres vestiges préfigurent d’un déplacement relatif de l’activité. Deux fours du ixe s. sont implantés à l’extrémité est de la zone et à proximité immédiate d’une voie N-S encore en usage aujourd’hui sous le nom d’« Ancienne route de Chartres ». Au sud de l’emprise, un dernier four du viiie s. s’oriente sur l’axe d’une voie transversale E-O vraisemblablement en relation avec les précédentes. Ces voies de circulation structurent l’occupation.

4Les caractères morphologiques et architecturaux de ces unités de production diffèrent quelque peu de la période précédente : la chambre de cuisson est uniquement circulaire et la construction associe terres cuites architecturales, blocs calcaires et fragments de tessons intégrés à la maçonnerie. Seul l’aménagement interne de la chambre de cuisson varie selon les fours, passant d’un support de charge à simple languette façonnée dans l’argile à plusieurs languettes maçonnées.

5Une occupation domestique est attestée tout au long de la période d’activité du site. Celle-ci, s’organise autour des points de production et des voies de circulation. Il s’agit de bâtiments sur poteaux, de fosses, d’un four domestique et de sept sépultures. A l’est, l’occupation est limitée par une série de fossés N-S, fluctuations probables d’un chemin desservant l’atelier en matière première. Cet axe débouche au nord sur une vaste dépression témoin de l’extraction de l’argile.

6Plus de 70 000 tessons, d’un poids total supérieur à 800 kilos, ont été prélevés au cours de l’opération et ont permis d’étoffer la typochronologie existante. L’éventail du répertoire de production sur l’ensemble de la période d’activité de l’atelier est large et demeure homogène avec celui mis en évidence sur le site de La Médecinerie. Il s’agit entre autres de coupelles, de bassines, de poêlons, auxquelles s’associent des pots à cuire, des gobelets ou des cruches. La confection de terres cuites architecturales et notamment de modillons ou d’antéfixes n’a pu être attestée sur le site de La Guignace.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Bouillon et François Capron, « Saran (Loiret). La Guignace », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 315.

Référence électronique

Jérôme Bouillon, François Capron, « Saran (Loiret). La Guignace » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9446

Haut de page

Auteurs

Jérôme Bouillon

Articles du même auteur

François Capron

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Jérôme Bouillon

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

François Capron

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals