Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
V. – Installations artisanales
V B1. – Carrières, mines et métallurgie : opérations de terrain

Champigneulles (Meurthe-et-Moselle). Station de Bellefontaine

Responsable d’opération : Myriam Dohr
Notice rédigée avec Marc Leroy
p. 318-319

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1Le projet de construction d’un nouveau réservoir à l’intérieur du périmètre de la station de captage des eaux de la ville de Champigneulles, dans le Val Saint-Barthélémy, a entrainé la réalisation d’une opération d’archéologie préventive. Elle a porté sur une surface d’environ 1 200 m2 dans un secteur où de nombreuses observations et découvertes archéologiques ont été enregistrées depuis le milieu du xixe s. (artefacts lithiques attribuables au Néolithique, éléments de stèles et de statuaires de l’époque gallo-romaine, sépultures d’époque mérovingienne, couches de déchets métallurgiques anciens et probablement vestiges d’un hameau abandonné avant le milieu du xviiie s.). La parcelle fouillée est contiguë à l’emplacement d’un premier réservoir dont la construction avait conduit à la mise en évidence d’une couche de scories métallurgiques d’une cinquantaine de centimètres d’épaisseur supposée être d’époque gallo-romaine (observations L. Geindre, 1973). La fouille de 2013 a mis au jour les vestiges d’un établissement sidérurgique qui peut être daté par le mobilier céramique associé du bas Moyen Âge (céramiques glaçurées ou à pâte sableuse comparables à celles produites par les ateliers messins du Pontiffroy, xiiie-xve s.). Plusieurs structures de production ont été mises au jour : des emplacements de fourneaux de réduction du minerai de fer, distants de plusieurs dizaines de mètres, dont un composé de trois fourneaux successifs superposés ; au moins cinq foyers plats à sole d’argile cuite et bordure périphérique de pierres, pouvant avoir accueilli des travaux de post-réduction ; ainsi que plusieurs zones rubéfiées riches en résidus poudreux de minerai grillé. Ces structures semblent insérées dans un ensemble de vestiges fossoyés, de différents gabarits, et dont certains présentent la particularité d’avoir des bords verticaux et des fonds plats, laissant supposer une armature de bois dont aucun vestige n’est conservé. À leur base, des dépôts de sédiments fins laissent supposer la circulation d’eau. Aucun vestige de construction bâti n’a été mis en évidence, en dehors de quelques fosses et trous de poteau dispersés. Une grande partie de l’espace fouillé, situé immédiatement au sud des structures métallurgiques, est occupée par l’amoncellement de couches de déchets de production (scories, blocs et résidus de minerai, parois de four, résidus de combustible charbonneux), formant un crassier encore épais de plus d’un mètre, mais dont le sommet est écrêté. Ce crassier recouvre le groupe de trois fourneaux superposés qui lui sont donc antérieurs. Le crassier comme la zone d’atelier s’étendent bien au-delà des limites de la surface décapée et fouillée. Sous cet ensemble de vestiges, une couche de colluvions recouvre un ensemble de trous de poteau qui révèlent une phase d’occupation antérieure, pour l’instant non datée.

2Un double intérêt historique et technique a présidé à la fouille de ces vestiges d’ateliers sidérurgiques, au vu de leur datation. D’une part, des sources écrites mentionnent à plusieurs reprises au cours des xive et xve s., l’existence de forges produisant du fer que se disputent l’abbaye Saint-Arnould de Metz, dont relève le Val Saint-Barthélémy, et les seigneurs de Lenoncourt qui y ont des possessions. D’autre part, le texte conservé d’un bail à ferme passé entre l’abbé de Saint-Arnould et deux bourgeois de Lay-Saint-Christophe (par ailleurs respectivement ancien prévôt ducal de Nancy et secrétaire du duc et receveur du Duché), daté de 1391, indique que sont mis en place de nouveaux systèmes techniques d’utilisation de l’énergie hydraulique pour la production du fer, qui préfigurent probablement l’émergence du nouveau procédé de sidérurgie indirecte (fonte et affinerie) qui se répand à la fin du Moyen Âge. Compte tenu des vestiges retrouvés, mais qui restent encore largement à interpréter, il est possible que cet atelier puisse correspondre à l’un de ceux mentionnés par ces textes.

Champigneulles, station de Bellefontaine.

Champigneulles, station de Bellefontaine.

Cliché M. Leroy

Haut de page

Table des illustrations

Titre Champigneulles, station de Bellefontaine.
Crédits Cliché M. Leroy
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9460/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 829k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Leroy, « Champigneulles (Meurthe-et-Moselle). Station de Bellefontaine »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 318-319.

Référence électronique

Myriam Dohr, Marc Leroy, « Champigneulles (Meurthe-et-Moselle). Station de Bellefontaine » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 29 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9460

Haut de page

Responsable d’opération

Myriam Dohr

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals