Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
V. – Installations artisanales
V B1. – Carrières, mines et métallurgie : opérations de terrain

Huez (Isère). Brandes

Responsable d’opération : Marie-Christine Bailly-Maître et Nicolas Minvielle Larousse
p. 319

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012, 2013
Haut de page

Texte intégral

1La campagne 2013 de Brandes-en-Oisans avait pour principal objectif de relier deux secteurs de fouille : le secteur B 116 en rive droite de la source Font Morelle, dont l’étude a débuté en 2006 et le quartier de la source, en rive gauche, fouillé dans les années 80. Incluse dans les problématiques en cours sur « L’eau et ses usages dans une grande entreprise minière médiévale », cette liaison se déroule dans le cadre d’une programmation pluriannuelle qui achèvera l’étude du quartier industriel occidental et débouchera sur une publication de synthèse sur l’ensemble de la chaîne opératoire du minerai depuis son extraction jusqu’à la fin des opérations de minéralurgie. L’ouverture du secteur B 121, entre B 116 et le quartier de la source, a été divisée en deux avec en 2012 la fouille de la partie amont et en 2013 celle de la partie aval.

2La campagne a tout d’abord mis au jour un moulin à minerai situé entre les bras de la source. Cette découverte complète très opportunément les études en cours sur Brandes. Le broyage était en effet la seule étape minéralurgique non documentée, malgré l’existence d’un corpus de meules déjà important. Intégré dans une aire dédiée à l’enrichissement du minerai, le moulin prend sa place entre le concassage en amont et le lavage en aval. Il permet de mécaniser une partie du traitement et ainsi d’augmenter le rendement. Construit au début du xiiie s. c’est-à-dire en plein « âge d’or » de cette mine d’argent, il devait répondre à un besoin pressant pour traiter un minerai alors en exploitation dans les chantiers d’abattage proches ou plus lointains. L’espace de broyage se situe au centre du quartier industriel, avec d’un côté les bâtiments du quartier de la source, et de l’autre côté les bassins de lavage de B 116. Au terme de son étude, nous serons en mesure de retracer non seulement le traitement, mais aussi le chemin pris par le minerai entre les différents ateliers. Premier et unique aménagement de broyage de ce type mis au jour, son étude pourra servir de « modèle » pour la compréhension d’autres sites miniers médiévaux.

3En rive gauche de la source, ensuite, l’extension du secteur a mis au jour un vaste bâtiment dont le faciès et la position plaident pour une fonction administrative, de gestion ou encore de stockage. Ce type de bâtiment est indissociable d’entreprises minières comme celle de Brandes. Que ce soit pour le stockage de matériel, de minerai ou pour le contrôle des travaux, toute une catégorie d’activités existe autour de la mine et étaient aussi pourvues d’infrastructures.

4Enfin, la rectification d’une coupe du bord oriental de la grande halde du secteur B 116 a ouvert une fenêtre d’observation sur son contenu et sur l’évolution des activités au sein de ce quartier. Loin de se réduire à une aire de rejet, cet espace avait d’abord été utilisé pour le traitement minéralurgique. Ce n’est que dans un second temps qu’une halde a été déversée, marquant aussi une réduction de l’espace de travail et une évolution des activités. Les quelques données réunies grâce à cette coupe apportent des informations particulièrement intéressantes, et nous amènent à repenser une fois de plus l’organisation de ce quartier industriel dont la taille, la complexité et l’intérêt ne cessent finalement de s’accroître au fur et à mesure des fouilles.

Huez, infrastructure de broyage du minerai.

Huez, infrastructure de broyage du minerai.

Cliché GEMA

Haut de page

Table des illustrations

Titre Huez, infrastructure de broyage du minerai.
Crédits Cliché GEMA
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9462/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 878k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Christine Bailly-Maître et Nicolas Minvielle Larousse, « Huez (Isère). Brandes », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 319.

Référence électronique

Marie-Christine Bailly-Maître, Nicolas Minvielle Larousse, « Huez (Isère). Brandes » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 16 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9462

Haut de page

Auteurs

Marie-Christine Bailly-Maître

Articles du même auteur

Nicolas Minvielle Larousse

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Marie-Christine Bailly-Maître

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Nicolas Minvielle Larousse

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals