Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
V. – Installations artisanales
V B1. – Carrières, mines et métallurgie : opérations de terrain

Villeveyrac (Hérault). Le Marouchs

Responsable d’opération : Christophe Vaschalde
p. 320

Entrées d’index

Année de l'opération:

2012, 2013
Haut de page

Texte intégral

1En 2012, un diagnostic réalisé préalablement à l’agrandissement d’une mine de bauxite a conduit à identifier les vestiges de plusieurs fours, dont l’un avait été interprété comme un four à chaux. La fouille réalisée en 2013 a permis de mieux caractériser ces vestiges.

2La première phase d’occupation voit la construction d’un four à chaux à couloir-foyer en grande partie creusé dans le sol argileux. Cette structure, qui mesure environ 3,80 m de diamètre, était conservée sur 1,20 m de hauteur environ. À l’est, le four est muni d’une gueule d’enfournement à deux ouvertures superposées, creusées dans le substrat naturel et séparées par un linteau en calcaire. Elles étaient accessibles par une fosse d’enfournement, également creusée dans le sol, mesurant environ 5,50 de longueur pour 3,20 m de largeur. Deux murs de soutènement construits en pierre sèche encadraient la gueule d’enfournement. Le fond du couloir-foyer était recouvert d’une importante couche de charbons de bois, sur laquelle une épaisse couche de chaux carbonatée a été mise au jour. Cette dernière a fait l’objet de prélèvements pour des analyses en laboratoire (diffraction des rayons X notamment) dans le but de caractériser la production du chaufour. Le reste du four était comblé de pierres plus ou moins cuites et d’un mélange de chaux et de limon argileux hétérogène. Le fond de la fosse d’enfournement était également entièrement recouvert d’une couche de charbons de bois, parfois assez cendreuse. En bordure de la fosse, deux niveaux charbonneux plus anciens témoignent de la réalisation d’au moins deux autres cuissons antérieures à la dernière fournée. Le four à chaux est abandonné pendant un temps qui reste difficile à évaluer, mais au cours duquel l’ensemble est comblé.

3La seconde phase d’occupation se caractérise par l’installation de plusieurs fours culinaires successifs, sans doute des fours à pain. Dans le comblement du chaufour, une fosse de travail est creusée. Elle donne accès à un premier four à pain, creusé dans le substrat, et dont l’entrée n’a pas été retrouvée (diam. : 1,60 m environ). Ce premier four est abandonné au profit d’un second (diam. : 2,10 m), aménagé juste à côté et à la morphologie identique. La gueule d’enfournement est taillée dans la paroi du four à chaux. Le second four à pain a livré les vestiges de trois états de fonctionnement. Une fois abandonné, il est comblé et remplacé par un troisième four à pain (diam. : 1,90 m), similaire aux deux précédents et muni d’une sole construite en tuiles récupérées recouvertes d’une chape d’argile. Ces fours étaient conservés sur 0,30 m de hauteur environ. Ils étaient sans doute recouverts d’une coupole, probablement construite en torchis. De nombreuses couches charbonneuses et/ou cendreuses de rejet étaient associées à ces fours à pain.

4L’analyse anthracologique a montré l’utilisation de bois de chêne kermès/chêne vert, parfois associé à de l’arbousier, du pistachier, de la filaire/nerprun ou encore de l’érable. Certains indices morphologiques laissent envisager l’utilisation de bois de petits calibres, plus propice à produire des flammes longues. Sur les charbons associés au four à pain, des traces d’insectes ont été observées.

5Une série de sept datations par 14C réalisées sur les foyers mis au jour montre que le site a fonctionné entre le début du ve et le milieu du viie s. La céramique retrouvée dans les niveaux associés aux fours à pain fournit un terminus post-quem à la seconde phase d’occupation dans le courant du vie s. après J.-C. Les formes identifiées sont presque toutes fermées, à l’exception d’une coupe. Des datations archéomagnétiques sont également en cours.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Vaschalde, « Villeveyrac (Hérault). Le Marouchs »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 320.

Référence électronique

Christophe Vaschalde, « Villeveyrac (Hérault). Le Marouchs » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 27 mai 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9464

Haut de page

Auteur

Christophe Vaschalde

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Christophe Vaschalde

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals