Navegación – Mapa del sitio

InicioNuméros44Chronique des fouilles médiévales...V. – Installations artisanalesV B2. – Carrières, mines et métal...Cruseilles (Haute-Savoie). La Bér...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
V. – Installations artisanales
V B2. – Carrières, mines et métallurgie : prospections

Cruseilles (Haute-Savoie). La Béroudaz ; Présilly (Haute-Savoie). Les Convers

: Sébastien Perret y Alain Mélo
p. 320-321

Entradas del índice

Año de la operación:

2013
Inicio de página

Texto completo

1En 2013, une campagne de prospection-sondage dans une zone comprenant les lieux-dits des Convers (comm. de Présilly) et de la Béroudaz (comm. de Cruseilles) abordait spécifiquement la sidérurgie médiévale du Salève (Haute-Savoie). Elle avait pour objectif de compléter le corpus de données existant (crassiers, minières, vestiges associés) et d’établir un plan précis des vestiges dans cette zone. Un sondage implanté dans un des crassiers devait nous renseigner sur le potentiel stratigraphique et spatial des sites de production du secteur.

2Le Salève est un relief calcaire appartenant géologiquement à la haute chaîne du Jura et surplombant à l’est la plaine du Rhône à sa sortie du Lac Léman. La présence d’un minerai sidérolithique facilement exploitable a favorisé l’implantation d’une métallurgie extractive du fer de faible à moyenne importance. Des recherches récentes ont mis en évidence deux phases d’exploitation distinctes datées du haut Moyen Âge (ve-vie s.) et du Moyen Âge central (xie-xiiie s.). Ce dernier épisode est vraisemblablement à mettre en relation avec l’installation sur le secteur d’une communauté cartusienne. Chaque phase se distingue par une association de scories caractéristique. Les vestiges métallurgiques s’apparentent à des faciès que l’on retrouve dans d’autres districts sidérurgiques de l’arc jurassien.

3Ce projet se proposait de poursuivre ces travaux dans une démarche de continuité par rapport aux importantes recherches régionales conduites dans le Jura suisse. En privilégiant une approche de complémentarité vis-à-vis des recherches sur la sidérurgie salévienne existantes, nous avons choisi de nous concentrer sur une petite zone de moins d’1 km2. Elle présente des conditions particulièrement favorables. Elle se distingue par un grand nombre de vestiges métallurgiques, comprenant des amas de scories parmi les plus volumineux du Salève, ainsi que de nombreuses traces d’exploitation minière. Les deux phases d’exploitation sont représentées et plusieurs sites ont déjà été datés.

4Cette campagne nous a permis de découvrir de nouveaux sites et de cartographier l’ensemble des indices sidérurgiques. Sur la base d’une description systématique des amas de scories, nous avons pu mettre en évidence des différences significatives dans les assemblages de scories des sites de la seconde phase, passées inaperçues jusqu’à présent, et témoignant peut-être d’une évolution technologique au cours du Moyen Âge central.

5Le crassier sondé avait fait l’objet d’une datation unique qui l’attribuait aux xiie-xiiie s. Au cours de notre intervention, nous avons mis au jour la base d’un bas-fourneau caractérisé par un faible diamètre interne, et peut-être ventilé par tirage naturel. La stratigraphie suggère une bonne conservation du site, et montre une succession de phases d’exploitation probablement entrecoupées de périodes d’abandon ou du déplacement de l’activité. Le sondage n’a pas permis d’atteindre partout le niveau d’implantation des métallurgistes. Localement, des structures métallurgiques plus anciennes sont apparues à la base du sondage ; elles doivent encore être datées.

6De manière plutôt inattendue, le niveau de circulation, fortement bioturbé et sans doute remanié par les activités métallurgiques, a révélé une densité assez importante de mobilier, inédit sur le sommet du Salève. Nous y avons récolté du mobilier en silex datant de la fin de la préhistoire, mélangé à un ensemble homogène de tessons attribuable aux iie-iiie s. apr. J.-C. Ces vestiges témoignent du riche potentiel archéologique du site, visiblement marqué par l’installation précoce de haltes ou de bergeries.

Cruseilles, Présilly, bas-fourneau, partiellement dégagé. La porte se trouvait vraisemblablement à l’ouest (à droite sur la photo).

Cruseilles, Présilly, bas-fourneau, partiellement dégagé. La porte se trouvait vraisemblablement à l’ouest (à droite sur la photo).

Cliché S. Perret

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Título Cruseilles, Présilly, bas-fourneau, partiellement dégagé. La porte se trouvait vraisemblablement à l’ouest (à droite sur la photo).
Créditos Cliché S. Perret
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9467/img-1.jpg
Ficheros image/jpeg, 820k
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Sébastien Perret y Alain Mélo, «Cruseilles (Haute-Savoie). La Béroudaz ; Présilly (Haute-Savoie). Les Convers»Archéologie médiévale, 44 | 2014, 320-321.

Referencia electrónica

Sébastien Perret, Alain Mélo, «Cruseilles (Haute-Savoie). La Béroudaz ; Présilly (Haute-Savoie). Les Convers» [ficha arqueológica], Archéologie médiévale [En línea], 44 | 2014, Publicado el 15 abril 2018, consultado el 04 agosto 2021. URL: http://journals.openedition.org/archeomed/9467; DOI: https://doi.org/10.4000/archeomed.9467

Inicio de página

Autores

Sébastien Perret

Artículos del mismo autor

Alain Mélo

Artículos del mismo autor

Inicio de página

Sébastien Perret

operación (es) dirigida (s) por este arqueólogo

Alain Mélo

operación (es) dirigida (s) por este arqueólogo

Inicio de página

Derechos de autor

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Inicio de página
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search