Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
V. – Installations artisanales
V B3. – Carrières, mines et métallurgie : projets collectifs de recherche

Lorraine, Bourgogne, Champagne-Ardenne, Île-de-France. Les formes d’organisation de la production du fer en métallurgie ancienne. Systèmes de production et chaîne opératoire dans les ateliers de l’est du Bassin parisien, de l’âge du fer au haut Moyen Âge

Responsable d’opération : Marc Leroy et Luisella Cabboi
p. 323

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1Le projet de recherche avait pour but d’élaborer, à partir des données issues des opérations d’archéologie préventive, une première analyse des systèmes de production du fer dans deux espaces géographiques de l’est du Bassin parisien, entre le premier âge du fer et la fin du haut Moyen Âge. L’ambition était de mettre en évidence l’évolution des pratiques techniques et de l’organisation du travail du fer devant répondre aux besoins des sociétés successives, mais aussi de tenter de corréler les circuits économiques du fer et l’intensité de la production avec les capacités techniques et l’organisation politique et socio-économique qui prévaut au cours des différentes périodes considérées. Les deux espaces géographiques retenus dans le cadre de cette étude (le bassin de la Moselle en Lorraine centrale et septentrionale d’une part, le Sénonais et les plaines de confluence Seine-Yonne d’autre part) correspondent à des zones où les découvertes récentes d’ateliers anciens sont suffisamment nombreuses, mais aussi où le contexte de la production primaire (réduction du minerai) a pu être relativement bien établi (identification du ou des minerais utilisés, cartographie et datation des sites).

2Presque méconnue il y a encore une quinzaine d’années (au moins en Europe occidentale), la production du fer du premier Moyen Âge sort progressivement de l’ombre. On peut risquer, aujourd’hui, dans une région comme le Grand-Est de la France actuelle, d’en dresser une première analyse. Le développement de la production primaire à partir du haut Moyen Âge est sensible, même si on peut aussi envisager qu’elle est plus disséminée spatialement qu’à l’époque romaine. La fouille de plusieurs ateliers apporte des informations importantes sur leur structuration, mais aussi sur leur fonctionnement technique. Entre la deuxième moitié du ve s. et la fin du xe s., la nature et l’organisation des ateliers sont très variables et induisent des systèmes et des échelles de production différentes : on rencontre de petites unités de production primaire spécialisées, des chaînes de production complète au sein des habitats depuis la réduction du minerai jusqu’à la production de produits finis, mais aussi de gros centres de production massive (plusieurs milliers de tonnes de fer) probablement contrôlés par une autorité politique. Il convient d’analyser ces données à l’intérieur des systèmes d’organisation politique et socio-économique qui se mettent en place au cours de cette période. Lorsque ces ateliers sont situés à l’intérieur d’un habitat, il importe d’apprécier l’importance réelle de l’activité métallurgique dans l’économie de l’habitat : s’agit-il d’une activité productive de base, spécialisée et dont le surplus serait commercialisé à l’extérieur ou s’agit-il d’une activité complémentaire simplement destinée à des besoins locaux, par exemple pour la fabrication de l’outillage agricole ? Il est encore très difficile de répondre à ces questions. À vrai dire, rien ne s’oppose à ce que ces sites représentent des lieux de fabrication du fer au sein des exploitations agricoles ou des grands domaines fiscaux. Ce peut être aussi le cas des gros centres de production et des petites unités spécialisées. Toutefois, la différence majeure réside dans l’absence d’une juxtaposition directe à une exploitation agricole. La manière dont est organisée la production est donc différente et on peut souligner qu’elle était non seulement divisée en plusieurs étapes successives, mais que ces différentes étapes opératoires peuvent également être dissociées dans le temps et dans l’espace.

3Quelle que soit l’image que reflètent ces différents niveaux d’organisation et d’échelle de production, celle-ci est loin d’être négligeable : elle se chiffre en tonnes, voire en dizaines de tonnes de fer pour chaque atelier. Les études paléométallurgiques à venir s’emploieront à préciser et à affiner ces estimations encore grossières. Toutefois, ces premières tendances contrastent nettement avec la rareté des objets en fer dans les habitats et l’indigence des sources écrites concernant la production ou l’emploi de ce métal dans les différents domaines de la vie sociale et économique. En revanche, ils apparaissent plus en adéquation avec l’omniprésence, pour ne pas dire l’abondance, du mobilier en fer dans les sépultures de la période mérovingienne, notamment. Pour l’époque carolingienne, les sources écrites éclairent une réglementation de la commercialisation de certains équipements militaires, qui démontre probablement une production quantitativement et qualitativement non négligeable. Il paraît donc difficile de continuer à soutenir encore l’idée d’une production de fer anémique au premier Moyen Âge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Leroy et Luisella Cabboi, « Lorraine, Bourgogne, Champagne-Ardenne, Île-de-France. Les formes d’organisation de la production du fer en métallurgie ancienne. Systèmes de production et chaîne opératoire dans les ateliers de l’est du Bassin parisien, de l’âge du fer au haut Moyen Âge »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 323.

Référence électronique

Marc Leroy, Luisella Cabboi, « Lorraine, Bourgogne, Champagne-Ardenne, Île-de-France. Les formes d’organisation de la production du fer en métallurgie ancienne. Systèmes de production et chaîne opératoire dans les ateliers de l’est du Bassin parisien, de l’âge du fer au haut Moyen Âge » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 03 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9470

Haut de page

Auteurs

Marc Leroy

Articles du même auteur

Luisella Cabboi

Haut de page

Responsables d'opération

Marc Leroy

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Luisella Cabboi

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals