Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Chronique des fouilles médiévales...V. – Installations artisanalesV B3. – Carrières, mines et métal...Sainte-Marie-aux-Mines, Steinbach...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
V. – Installations artisanales
V B3. – Carrières, mines et métallurgie : projets collectifs de recherche

Sainte-Marie-aux-Mines, Steinbach (Alsace). Mines et métallurgie des non-ferreux en Alsace du haut Moyen Âge au xvie s.

Responsables d'opération : Pierre Fluck, Joseph Gauthier et Bernard Bohly
p. 323-324

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1La campagne 2013 à l’Altenberg a été la huitième consécutive depuis la relance de l’archéologie minière à Sainte-Marie-aux-Mines (68). Les sites en cours d’étude se concentrent dans le vallon Saint-Philippe, qui occupe la partie médiane du faisceau filonien de l’Altenberg. Cinq sites ont été fouillés, couvrant les thématiques de l’habitat, de l’extraction et de la préparation des minerais.

2Deux nouvelles datations nous mènent à revoir la chronologie globale du secteur. Les niveaux inférieurs des sites Charlotte (fonderie) et Bas-Patris 3 (extraction) procurent des dates carolingiennes (fin du viiie et ixe s.), qui viennent remettre en question la correspondance entre terrain et archives qui indiquait jusque-là un début de l’exploitation aux alentours de 950. Déjà, nous pouvons entrevoir un spectre non pas de sept siècles, mais de huit siècles d’activité minière à l’Altenberg.

3Le carreau de la mine Sainte-Barbe occupe le plateau d’une halde étirée sur 75 m de long, pour une vingtaine de large en moyenne. Les sondages réalisés sur la moitié aval de la plateforme avaient permis de distinguer une zone de préparation des minerais et une zone de déchets de fonderie. Cette dernière, datée du xie s., est bien antérieure à l’atelier minéralurgique qui se situe dans le bas Moyen Âge, et sur lequel a débuté une fouille extensive en 2013. Deux phases de fonctionnement ont été identifiées. La première fait intervenir un tri manuel après concassage. Un sol d’atelier d’une dizaine de mètres carrés a pu être fouillé, incrusté d’une multitude de minuscules solides de clivage de galène. Plus tardivement, la séparation s’opère au moyen d’un courant d’eau. Le changement de process paraît dater de la seconde moitié du xve s. La fouille a livré un complexe organisé d’au moins six fosses creusées dans les matériaux de halde et comblées par des boues de lavage qui témoignent d’un processus lent de décantation. Le stockage volontaire de ces déchets industriels très chargés en métaux lourds pourrait répondre à des préoccupations environnementales, un élément tout à fait intéressant à verser à une histoire de la gestion de cet environnement. À l’heure où notre société se préoccupe des questions de contamination par les métaux lourds, cette forme d’archéologie industrielle apporte une démarche de réflexion, des méthodes et des résultats propres à affiner notre connaissance des paléo-pollutions.

4C’est à un tout autre paysage archéologique que nous a convié la mise en route d’investigations dans le quartier de la mine Berg Armo. La problématique repose sur le postulat de base qu’un patrimoine naturel composé de filons métallifères affleurants a su attirer l’attention des tous premiers prospecteurs, suivis des premiers exploitants. L’Altenberg est un gigantesque empilement de vestiges qui s’échelonnent à travers une histoire prolongée jusque vers la fin du xviiie s. Les filons se révèlent jalonnés par une densité exceptionnelle de haldes Renaissance ou plus tardives, qui viennent encapuchonner d’éventuelles traces antérieures. Le quartier Berg Armo constitue une zone particulièrement dense de tels enchevêtrements de déchets industriels. Les relevés topographiques ont été accompagnés de sondages. L’abondante céramique culinaire et de poêle de la Renaissance n’en occupe que les niveaux les plus superficiels. Deux trouvailles exceptionnelles sont à signaler, une lampe en fer (la quatrième du genre à Sainte-Marie-aux-Mines), et un bloc de galène pure de 33 kg, un cas unique dans les annales de l’archéologie minière.

5Un autre sondage a révélé des couches litées horizontales au milieu desquelles est apparu un assez gros cuveau ovale en bois fretté de fer, peut-être une de ces cuves figurées dans l’iconographie, dans lesquelles on séparait la fraction lourde des gangues au moyen d’un tamis très fin qu’on plongeait dans l’eau.

6Le couloir d’entrée de la mine Patris a été le théâtre de la fouille de son boisage, cinquième du genre à Sainte-Marie-aux-Mines mais la première à concerner un porche médiéval, et qui remonte même aux environs de l’an Mil, ce qui est pionnier au plan européen. Une série de trous de poteau mis au jour a permis de comprendre la structure du porche, jusqu’à l’entrée de la mine en roche. La poursuite des opérations concernera la fouille de la galerie d’accès au filon.

7Deux avancées considérables se sont inscrites dans la problématique du logement social des ouvriers. La cartographie fine du quartier Berg Armo a livré l’existence d’une terrasse de grande étendue très légèrement à l’écart des mines. Une petite fouille au début de cette plateforme qui a mis au jour une maison de mineurs – peut-être le début d’un hameau usinier – s’est saisie d’une opportunité rare : recueillir par carrés élémentaires de 0,50 x 0,50 m les tessons d’un poêle intégral effondré à peu près sur place. Dans l’étude comparative des sites urbains, ruraux, castraux et miniers, ces derniers s’imposent dès à présent comme un des meilleurs conservatoires pour ce type de matériaux.

8La seconde découverte, due à l’élargissement d’un chemin, est un cas d’école dans la réflexion épistémologique. Divers sondages ont rapidement livré les restes d’une population d’une dizaine de maisons ancrées sur d’étroites terrasses accrochées dans le versant relativement abrupt de la colline de la Fouchelle. Ce petit village de mineurs qui vient d’être livré à la connaissance jette une lumière inédite sur l’histoire sociale des mines. Des lieux qui ont fourni une profusion d’éléments mobiliers, parmi lesquels des carreaux de poêle d’une typologie inédite, et des céramiques qui ont pu servir à des opérations métallurgiques à petite échelle.

9Par l’étude de tourbières, nous pouvions entrevoir la possibilité de détecter une signature de l’activité des fonderies dans le déroulé des dépôts tourbeux. La présence d’un site proche qui a servi d’enregistreur en continu depuis 1090 s’est révélée providentielle. Au-delà d’une histoire des écosystèmes végétaux, la contamination en plomb se lit sur les diagrammes. Les teneurs sont, pour cette séquence chronologique de plus de 900 ans, constamment supérieures au signal régional. Un premier « plateau » de plus forte intensité se déroule de 1250 env. à 1350. Un second correspond à la période Renaissance, mais paraît démarrer dès 1450 ou 1470 et s’interrompre assez brusquement vers 1550. Peut-être pouvons-nous y lire l’arrêt des fonderies traditionnelles remplacées par les fonderies de liquation, qui se réfugient en des lieux plus éloignés et migrent même dans les vallées plus méridionales.

10L’investigation du district de Steinbach, dans le sud du massif vosgien, se résume pour 2013 à une opération de prospection assortie d’une topographie de détail, mais qui vient s’inscrire en complément de celle conduite dans le quartier Berg Armo. Des ressemblances se révèlent en effet frappantes : peu de couloirs d’entrée bien échancrés, des haldes de morphologie peu conventionnelle, des puits au jour ou des effondrements qui autorisent à présumer l’existence d’un réseau souterrain important (en partie daté du xive s.), tout comme… la quasi-absence de mobilier. En somme, une problématique très calquée sur celle offerte par l’Altenberg, confirmation s’il en était besoin de l’intérêt qu’il y a à croiser les analyses à l’échelle du territoire rhénan.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Fluck, Joseph Gauthier et Bernard Bohly, « Sainte-Marie-aux-Mines, Steinbach (Alsace). Mines et métallurgie des non-ferreux en Alsace du haut Moyen Âge au xvie s. »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 323-324.

Référence électronique

Pierre Fluck, Joseph Gauthier, Bernard Bohly, « Sainte-Marie-aux-Mines, Steinbach (Alsace). Mines et métallurgie des non-ferreux en Alsace du haut Moyen Âge au xvie s. » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 03 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9477 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.9477

Haut de page

Auteurs

Pierre Fluck

Articles du même auteur

Joseph Gauthier

Articles du même auteur

Bernard Bohly

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Pierre Fluck

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Joseph Gauthier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Bernard Bohly

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search