Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Chronique des fouilles médiévales...V. – Installations artisanalesV C1. – Autres installations arti...Louzy et Sainte-Verge (Deux-Sèvre...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
V. – Installations artisanales
V C1. – Autres installations artisanales : opérations de terrain

Louzy et Sainte-Verge (Deux-Sèvres). La Casse

Responsable d’opération : Annie Bolle
p. 325-326

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1La fouille de Louzy-Sainte-Verge, au nord de Thouars, liée à la construction de la déviation de Brion-près-Thouet concerne une superficie de 3,3 ha.

2La première occupation est datée du Néolithique et comprend un atelier de débitage du silex local (lamelles). Un enclos circulaire est attribué à l’âge du bronze, le site est également occupé durant l’âge du fer. C’est au Ier s. de notre ère (et vraisemblablement vers la fin siècle) qu’une villa est construite. Elle comprend plusieurs bâtiments, certains sur poteaux, d’autres maçonnés, dont un balnéaire.

3Un chemin traverse la villa. Sa mise en place n’est pas datée précisément, mais il semble pouvoir se situer après le Bas-Empire, peut-être vers les ve-vie s., période à laquelle sont attribuées plusieurs constructions dont un porche maçonné situé au bord du chemin. À une cinquantaine de mètres à l’ouest se trouve un grand bâtiment (27,50 x 19 m) construit au ve ou vie s. De tradition architecturale antique, il comprend un noyau central composé de trois pièces alignées, dont une pièce centrale de 90 m2, et de deux galeries latérales qui constituent des ajouts dans lesquels sont creusées des fosses (silos ?). Le bâtiment semble occupé sans interruption jusqu’au xie s. Les pièces comportent toutes des foyers ou cheminées, à l’exception de celles de la galerie nord.

4De nouveaux bâtiments sont construits durant le Moyen Âge, présentant une grande diversité de plans et de modes architecturaux. Parmi ceux-ci, un bâtiment excavé d’une superficie de 30 m2 donne accès à un petit souterrain. La partie inférieure des parois est directement taillée dans le rocher calcaire, tandis que la partie haute est parementée, sur une hauteur conservée variable, avec une moyenne de 0,80 m. L’édification de ces murs est liée à la présence de sables instables qui couvrent le substrat calcaire. Des aménagements (ressaut du décaissement, trous de poteau) témoignent de l’existence d’un plancher laissant une hauteur de cave d’environ 1,20 m, sous le plancher. L’accès à cette cave s’effectue depuis l’extérieur de la maison, par un étroit couloir long de 6 m et couvert de grandes dalles calcaires.

5Dans la cave, sous le plancher, des marches sommairement taillées donnent accès au souterrain situé à l’opposé du couloir d’accès. Un mur ferme la première salle souterraine, laissant un passage large de 0,60 m pour une hauteur de 1 m. Une très étroite ouverture (0,35 x 0,38 m) donne accès à une seconde salle qui ouvre sur un puits d’extraction, situé à 6 m du bâtiment. Des aménagements témoignent de la volonté de maintenir ce puits ouvert, vraisemblablement pour permettre une ventilation des pièces souterraines. De dimensions modestes, les pièces souterraines ont été utilisées comme cave et sont une annexe de la maison.

6La présence de silos, à partir du ixe s., indique une activité agricole du site confirmée par le mobilier métallique dès l’Antiquité. Les activités artisanales ou domestiques (filage, tissage, forge, etc.) que l’on trouve habituellement sur les sites d’habitats médiévaux sont présentes. Elles sont illustrées par un peson de métier à tisser, des fusaïoles, broches et un possible lissoir en verre. Moins fréquente est la production de métal, attestée par la présence de fours de réduction.

7Quelques sépultures isolées sont observées aux abords des chemins. Un petit ensemble funéraire regroupe 11 tombes alignées le long d’un mur (9 adultes et 2 enfants). Des dalles forment des coffres sommaires, complétés par des calages de planches. On note toutefois des aménagements céphaliques et la présence de dalles de couverture, dont au moins deux couvercles en bâtière. L’absence de mobilier ne permet pas d’affiner la datation, mais on connaît régionalement ces petits ensembles funéraires, fréquents sur les sites d’habitat du haut Moyen Âge.

8Le site occupé, à priori sans interruption depuis l’Antiquité, n’est pas connu dans sa totalité et se prolonge au-delà de l’emprise de la fouille. Dans sa partie observée, il est abandonné aux xie-xiie s. Quelques carrières d’exploitation du calcaire indiquent une fréquentation ponctuelle durant les xiiie-xive s. Le chemin reste utilisé, il est la limite communale entre les communes de Louzy et de Sainte-Verge.

9Le site est en cours d’étude. Pour les ve-vie s., l’habitat est régionalement mal connu et même en élargissant chronologiquement, les comparaisons sont rares pour le grand bâtiment de tradition architecturale antique. Localisé dans le nord des Deux-Sèvres, le site de Louzy-Sainte-Verge est proche de la marge septentrionale du royaume wisigothique, puis des limites du diocèse de Poitiers.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Bolle, « Louzy et Sainte-Verge (Deux-Sèvres). La Casse »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 325-326.

Référence électronique

Annie Bolle, « Louzy et Sainte-Verge (Deux-Sèvres). La Casse » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 04 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9480 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.9480

Haut de page

Auteur

Annie Bolle

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Annie Bolle

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
la revue Archéologie médiévale est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search