Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
V. – Installations artisanales
V C1. – Autres installations artisanales : opérations de terrain

Varennes (Vienne). La Tourette

Responsable d’opération : Daniel Vivier et Anne Autissier
p. 328

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1À trois kilomètres de Mirebeau, la Tourette est un lieu-dit situé en haut de coteau, à une altitude de 151 m, dominant au sud la plaine de Neuville et à l’ouest le vallon du ruisseau le Chaudour, affluent de la rivière la Pallu. Dans ces deux directions, la dénivellation atteint une cinquantaine de mètres. Le site occupe la bordure occidentale d’un massif de tuffeau, dont une bonne partie est actuellement boisée. Un vaste réseau souterrain, composé d’une trentaine de salles et comportant de très nombreux aménagements, se développe sur plus de 180 m.

2La fouille programmée 2013 a mis au jour des structures excavées, en communication directe avec la partie souterraine : une tranchée et deux carries. La tranchée, de 16 m2, rectangulaire et profonde d’1 m, est caractérisée par une batterie de 7 silos de stockage creusés dans le sol et les parois. L’un des silos latéraux a été réutilisé comme four probablement pour un usage artisanal. Par une galerie pentue et un conduit vertical évoquant un déversoir, la tranchée communique avec une salle souterraine elle-même pourvue d’un silo. Cette tranchée, au vu des trous de poteaux internes, devait être couverte par un toit à double pente en matériaux périssables. La céramique datée de la fin ixe et du début du xe s. indique que ces aménagements sont les plus précoces du site. Son organisation laisse penser qu’il ne s’agit pas d’un habitat. Elle se situe à proximité d’une galerie d’accès au réseau souterrain, datée des xe-xiie s. par la céramique.

3Une première carrie, grande cour excavée, montre des parois creusées à la verticale dans le tuffeau. Les développements des deux côtés dégagés indiquent une forme carrée de 8,50 m de côté et une profondeur estimée à plus de 4 m. Elle communique avec une grande salle souterraine déjà connue. Une seconde carrie, de plan rectangulaire, atteint 6,50 m de longueur, 5,50 m de largeur, et une profondeur de 3 m à 3,90 m. La coupe stratigraphique a révélé un niveau supérieur de démolition composé de nombreux moellons de calcaire, vestiges d’un bâtiment non localisé à ce jour, qui pourrait être la Tourette, toponyme du site. Dans la carrie, la céramique témoigne d’une occupation constante entre le xe-xie et le xvie s. Trois des parois verticales de cette cour sont surmontées de murets de protection montés à la terre et à l’argile. La carrie donne accès à plusieurs galeries desservant de grandes salles souterraines. La fonction de ces deux structures est difficile à déterminer. On peut concevoir que dans un premier temps elles aient permis le creusement et l’évacuation des déblais des cavités annexes. Dans un second temps, elles ont servi de puits de lumière et contribué à l’aérage des galeries et des salles. Exposées sur le flanc nord du coteau, elles n’ont guère pu favoriser l’implantation d’un habitat. La configuration des cavités permet d’évacuer définitivement la fonction de souterrain refuge.

4En surface subsistent les arases de plusieurs murs, indices ténus de bâtiments, ainsi que des trous de poteau et une fosse.

5Quant au statut des occupants, deux éléments suggèrent, du moins à la fin du Moyen Âge, un statut privilégié. Mentionnée pour la première fois en 1777 dans un registre d’impôts fonciers, la Tourette est associée à une borderie appartenant à une famille David. L’étude des actes notariés de cette famille renvoie à un partage de « la maison de la Tour de Luché » en 1583. D’autre part, un acte mentionne un droit de franc-fief pour la Tour de Luché encore dû en 1759 ; cet usage signifiant que la terre de la Tour de Luché a été un fief noble donné ou acheté par des roturiers à une époque et dans des termes qu’il reste à préciser. L’étude céramique conduite par Brigitte Véquaud relève la présence d’une vaisselle de table de la fin du xive ou du début du xve s. signalant un site privilégié.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Vivier et Anne Autissier, « Varennes (Vienne). La Tourette », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 328.

Référence électronique

Daniel Vivier, Anne Autissier, « Varennes (Vienne). La Tourette » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 29 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9486

Haut de page

Auteurs

Daniel Vivier

Articles du même auteur

Anne Autissier

Articles du même auteur

Haut de page

Responsables d'opération

Daniel Vivier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Anne Autissier

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals