Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
VI. – Archéologie subaquatique, épaves et installations portuaires
VI 1. – Opérations de terrain

Limons (Puy-de-Dôme). Les Baraques

Responsable d’opération : Olivier Troubat
p. 330

Entrées d’index

Année de l'opération :

2012, 2013
Haut de page

Texte intégral

1Le site a été découvert et signalé sur une rive de l’Allier, à Limons/Les Baraques, en octobre 2011. Une première intervention en 2012 a constaté l’érosion rapide de la rive, de l’ordre de 2 m en moins d’un an. Deux poutres quadrangulaires avaient été relevées, plantées verticalement ; l’une d’elles était munie d’une mortaise. Des petits bois amassés au pied des poutres n’avaient pu être étudiés en raison du fort courant et d’une visibilité restreinte. La datation 14C des poutres était antique (113 av. J.-C. à 75 apr. J.-C. à 2 sigma ; 50 av. J.-C. à 51 apr. J.-C. à un sigma). Les très fortes crues de mai 2013 ont accentué le recul de la rive et le creusement du chenal dans cette zone, puisque les poutres sont à présent à 3 m du bord et que leur dégagement en profondeur s’est poursuivi et accentué de 0,50 à 0,70 m supplémentaires. En deux ans, elles ont été ainsi dégagées sur 1,10 et 1,40 m de hauteur et leur implantation dans la rivière est toujours très solide. Les caractéristiques des éléments dégagés orientent pour l’instant vers un moulin hydraulique.

2Les petits bois observés en 2012 paraissaient peu en rapport avec le solide ouvrage évoqué plus haut. Le doute était possible sur la contemporanéité des deux structures.

3Une fenêtre de sondage a montré une zone de petits bois sur 0,80 m N-S (détruits au nord) et de 0,10 à 0,40 m O-E. Il s’agit de petits bois blancs (noisetier) bouleversés comme si plusieurs couches avaient été pliées et retournées l’une sur l’autre et tassés contre les poutres. Cela est dû au travail de destruction de l’ouvrage, qui a tassé les bois contre les poutres. On reconnaît des restes de fascines de branchages avec feuilles, des traces de taille en biseau et des éléments de clayonnage bouleversés également.

4Cette couche, limitée en surface, l’est aussi en épaisseur, puisqu’elle ne dépasse pas 0,20 m. Elle repose sur un fond de sable très fin, typique des dépôts en zone de faible courant (bras intermittent ?). Au-dessus d’elle, un mélange de sable fin et de marne limoneuse montre un recouvrement en zone de courant faible et parfois stagnant en cours de comblement.

5Il s’agit manifestement d’un ouvrage d’endiguement de clayonnages et de fascines, détruit en amont proche (aujourd’hui à l’est sous rive) et emporté par le courant. On n’a évidemment pas besoin de poutres d’environ 0,30 m de section, comme celles de l’ouvrage antique, pour cet usage. La datation de ces petits bois entre 539 et 778 apr. J.-C. a confirmé sans ambigüité, que les restes de l’ouvrage gallo-romain, émergés provisoirement à cette époque, ont piégé fortuitement un ouvrage mérovingien construit en amont – alors à l’est – et détruit par une crue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Troubat, « Limons (Puy-de-Dôme). Les Baraques », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 330.

Référence électronique

Olivier Troubat, « Limons (Puy-de-Dôme). Les Baraques » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 29 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9493

Haut de page

Auteur

Olivier Troubat

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Olivier Troubat

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals