Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
VI. – Archéologie subaquatique, épaves et installations portuaires
VI 1. – Opérations de terrain

Pointe-à-Pitre (Guadeloupe). Épave de la passe

Responsable d’opération : Jean-Sébastien Guibert
p. 330

Entrées d’index

Année de l'opération :

2013
Haut de page

Texte intégral

1Le site de l’épave de la passe de Pointe-à-Pitre (PP1) a été déclaré à la suite d’une découverte fortuite en décembre 2011. Le potentiel archéologique sous-marin de la zone a été mis en évidence dans le cadre d’un rapport d’expertise puis d’une thèse d’histoire portant sur les risques maritimes à la Guadeloupe.

2La mise en relation des premières observations archéologiques (un gisement d’épave, un chargement de pierres taillées et de carreaux) et des données historiques ont conduit l’association Archéologie Petites Antilles (AAPA) à sélectionner ce site dans le cadre d’un projet portant sur les caractéristiques de la navigation antillaise à l’époque coloniale. Les objectifs de cette opération archéologique programmée s’inscrivent donc dans des problématiques de recherche plus larges visant à documenter par une approche d’archéologie historique les différentes formes de navigation aux Antilles entre la fin du xviiie et le début du xixe s. Il s’agissait de confronter les analyses archéologiques et les sources archivistiques pour tenter de dater et d’identifier les vestiges. Les observations réalisées sur le site et les recherches en archives suggèrent la présence dans le gisement PP1 d’un navire de commerce, appelé la France, naufragé en juin 1824. Cette hypothèse repose sur les détails du rapport de mer qui mentionne un chargement de « 150 brasses de pavis de barsac, 7 000 carreaux et une partie du rechange et des vivres ». Le gisement était bien constitué d’un chargement de pierres taillées et de carreaux de terre cuite, des vestiges très érodés d’une partie de la coque du navire ont aussi été étudiés. Cependant, les caractéristiques dynamiques de la zone n’ont peut-être permis qu’aux éléments lourds d’être préservés.

3Ce chargement n’a pas pour origine les Antilles ; il pourrait provenir de la région de Bordeaux. Le mobilier céramique, peu nombreux, ne permet pas d’établir une fourchette chronologique précise. L’étude propose une datation début xixe s. et étaye l’hypothèse selon laquelle les vestiges seraient ceux de la France coulée en 1824. Si cette hypothèse reste la plus probable, notamment du fait de la nature de la cargaison, de la localisation du gisement, et des caractéristiques des vestiges de la structure de la coque observée, il n’est pas à exclure que d’autres navires se soient perdus dans la zone avec un chargement similaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Sébastien Guibert, « Pointe-à-Pitre (Guadeloupe). Épave de la passe », Archéologie médiévale, 44 | 2014, 330.

Référence électronique

Jean-Sébastien Guibert, « Pointe-à-Pitre (Guadeloupe). Épave de la passe » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 20 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9494

Haut de page

Responsable d’opération

Jean-Sébastien Guibert

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals