Navigation – Plan du site

AccueilNuméros44Chronique des fouilles médiévales...VI. – Archéologie subaquatique, é...VI 2.  – ProspectionsMarsillargues (Hérault). Mas Desp...

Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
VI. – Archéologie subaquatique, épaves et installations portuaires
VI 2.  – Prospections

Marsillargues (Hérault). Mas Desports

Responsable d’opération : Maxime Scrinzi
p. 330-331

Texte intégral

1Le Mas Desports est situé à 3 km au sud de la ville de Lunel, sur une légère éminence dont la hauteur NGF est comprise entre 1 et 2 m, bordant l’ancien rivage de la corne nord-orientale de l’étang de Mauguio et dans la basse vallée du Vidourle, fleuve côtier situé à 5 km à l’est. Depuis le milieu du xixe s. ont eu lieu des découvertes épigraphiques, suivies de campagnes de prospection, qui ont mis en évidence l’ampleur des vestiges. Une nouvelle opération de prospection durant l’automne 2012 et le printemps 2013 a permis de compléter la documentation.

2Alors qu’un habitat daté entre le Néolithique moyen et final constitue la première phase d’occupation, le site est réinvesti dès le milieu du iie s. av. J.-C. et sans discontinuité durant l’Antiquité. Néanmoins, au regard de cette période, ce sont les ve et vie s. qui marquent l’apogée du site, du fait de son étendue, évaluée à plus de 4 ha, et de l’abondance du mobilier céramique marqué notamment par la diversité des importations nord-africaines et de Méditerranée orientale (amphore africaine et orientale, sigillée claire D). Le site constitue, dès le ve s., un établissement portuaire voué à la redistribution des marchandises à travers la vallée du Vidourle, mais constitue également un grand habitat où les produits importés de Méditerranée et de Narbonnaise sont consommés. Cependant, ces échanges faiblissent dès le milieu du vie s. avant de s’arrêter durant le viie s. à partir duquel les données deviennent épisodiques. Cependant, c’est à cette période qu’est attribuée une inscription funéraire mentionnant une défunte du nom de Ranilo, dont l’origine wisigothe est avérée. Celle-ci montre une certaine intégration des Wisigoths au sein de la population gallo-romaine, mais également de la présence présumée d’une nécropole tardo-antique pouvant être associée à une église.

3Alors que l’on perd toute trace matérielle témoignant d’une occupation entre le viiie et la fin du ixe s., les recherches de Patrick Florençon mettent en avant un texte daté de 897, mentionnant la tenue d’un concile en l’église Sainte-Marie-de-Ports, que les prospections et les documents cartographiques (carte de Cassini notamment) situent au sud du mas actuel. En 909, un Diplôme de Charles III le Simple nous apprend que, sous la pression des Sarrazins, les moines de l’abbaye de Psalmodi ont dû se réfugier en l’église Sainte-Marie-de-Ports et Saint-Pierre-de-Ports. Cette seconde église serait établie à environ 500 m au NE du mas, du fait de la découverte d’une concentration de fragments d’ossements humains et d’éléments de sarcophage.

4Même si des secteurs d’habitats datés entre la fin du ixe et le xiie s. ont été identifiés, l’hypothèse d’un débarcadère pour les marchandises sous le mas actuel, est aussi envisageable du fait de sa situation non loin du ruisseau du Dardaillon où sera établi le canal de Lunel à partir du xiiie s. Le nom de Portus que relatent les textes, souligne avant tout une fonction portuaire comme c’était le cas dans l’Antiquité. À ce propos, les écrits des xiie et xiiie s. signalent l’importance du commerce de la pêche et du sel provenant d’Aigues-Mortes. Cela impliqua, dès 1228, la construction du canal de Lunel afin de relier ce castrum à l’étang de l’Or, voie d’acheminement des marchandises. Des ordonnances du xive s. nous apprennent que le canal a été creusé jusqu’au port provisoire de la Peyrille, situé à plus de 1,5 km au nord de Portus et qui servit de premier lieu de débarquement. Il semblerait donc que la rareté des céramiques des xiiie et xive s. soit liée à un déclin progressif de Portus, qui restait cependant un point de passage. Les recherches montrent que des actes mentionnent le Portus jusqu’à la fin du xviie s. La dernière mention connue de l’église Saint-Pierre est datée de 1591, alors que l’église Sainte-Marie est indiquée à l’état de ruine au xviiie s. sur la carte de Cassini.

5Portus, aujourd’hui Desports, n’a gardé de son passé portuaire que son nom. Un mas, établissement agricole, perpétue à présent l’occupation du site.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maxime Scrinzi, « Marsillargues (Hérault). Mas Desports »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 330-331.

Référence électronique

Maxime Scrinzi, « Marsillargues (Hérault). Mas Desports » [notice archéologique], Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9496 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.9496

Haut de page

Auteur

Maxime Scrinzi

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Maxime Scrinzi

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search