Navigation – Plan du site
Chronique des fouilles médiévales en France en 2013
VII. – Diverses chroniques
VII 1.  – Opérations de terrain

Chambord (Loir-et-Cher), Le château, parterres nord et est.

Responsable d’opération : Simon Bryant
p. 333

Entrées d’index

Année de l'opération:

2013
Haut de page

Texte intégral

1Les parterres nord et est du château de Chambord ont été créés entre 1730 et 1738 pour donner au château un cadre paysager digne de son architecture et pour assainir le site. Avant cette période, le terrain situé au nord du château était encore dans un état hérité du Moyen Âge et des travaux d’aménagement inachevés du xvie s. Seuls deux jardins, figurés sur des plans et des gravures des années 1680, existaient, au nord et à l’est, désaxés par rapport au plan orthogonal du château. Le jardin situé au nord, devant la tour de la Chapelle, était clos d’une palissade en bois tandis que celui de l’est était en partie retenu par des maçonneries en pierre de taille ; les vestiges de celles-ci sont encore visibles dans les douves orientales.

2D’un seul tenant, les parterres actuels couvrent une superficie de 65 000 m², en forme de L, devant les façades nord et est du château. Ce terrain artificiel créé dans le lit du Cosson fut aménagé en jardin dès 1734. La documentation historique laisse entrevoir un jardin à la française avec des parterres fleuris, des allées sablées bordées par des arbustes, des haies et des lignes de marronniers. Un bosquet ou quinconce de marronniers occupait le carré nord-est tandis que celui du sud-est était en parterres séparés par une croisée d’allées. Le diagnostic archéologique a été réalisé afin de répondre aux besoins d’un projet d’aménagement visant à recréer ce jardin.

3L’intervention a pris la forme de deux sondages orthogonaux traversant la totalité du site dans le sens nord-sud et est-ouest. Sept autres furent réalisés en complément, avec des sondages profonds ponctuels destinés à caractériser la nature du terrain avant la création du jardin. Un de ces sondages fut implanté afin de retrouver les traces d’un des ponts qui traversaient les bras de la rivière et figuraient sur les plans de la fin du xviie s. Ce sondage fut abandonné à cause de l’instabilité du terrain, accentuée par la présence de l’eau.

4La lecture des coupes stratigraphiques a permis de confirmer la présence du « Petit Jardin » au nord de la tour de la Chapelle, visible sous la forme d’un horizon de terre végétalisée qui recouvrait des remblais d’argile et de calcaire.

5Ce premier jardin fut recouvert lors d’une phase de remblaiement qui a pu commencer dès les années 1681-1682, mais plus probablement à partir de 1730. L’analyse des coupes et des observations géomorphologiques permet de constater un rehaussement du terrain de l’ouest vers l’est, refoulant les eaux du Cosson. Dans une deuxième phase, toujours dans la même logique, une masse d’argile a été déposée directement sur les sédiments marécageux du fond de la vallée, puis un volume considérable de sables s’est accumulé, naturellement ou du fait de l’homme ; puis une couche d’argile a été déposée en vue d’assainir le terrain avant l’apport des remblais sableux pour les terres du jardin.

6Le décapage en surface et l’analyse des coupes ont mis en évidence de nombreuses fosses de plantation confirmant la présence d’un quinconce de marronniers dans le carré nord-est du parterre. Les arbres étaient organisés en rangs réguliers avec un écartement de 5 m environ. Il a été possible d’observer des fosses d’origine, de forme carrée, qui subsistent sous forme de chablis, témoins du dessouchage. Ces fosses sont associées à des structures linéaires de même orientation, interprétées comme des fossés laissés par des haies ou des palissades de charmilles, connues par les textes mais jamais figurées sur les plans.

7Dans le carré nord-ouest, la partie supérieure de la stratigraphie a été tronquée par la création de boulingrins qui représentent un décaissement de 50 à 60 cm environ. Les emprises des allées sablées sont perceptibles tantôt par un radier, tantôt par des fosses et des fossés de plantation.

8Le carré sud-est comprend l’emprise du jardin désaxé à l’est du château, figuré sur un plan de 1682. Le décapage n’a pas été suffisamment profond pour en retrouver les maçonneries (à titre de comparaison, l’arasement de celles qui étaient visibles dans les douves se trouve à une profondeur de 2,50 à 3 m environ par rapport au sol actuel). Dans le jardin du xviiie s., ce carré était divisé en parterres fleuris délimités par des palissades ou des haies. La stratigraphie est bien conservée malgré les perturbations superficielles liées aux transformations successives du jardin de plaisance en jardin vivrier à partir de la fin du xviiie s. Avec son puits central, ce carré a servi de potager et de verger avant d’être en partie transformé en près fauchable. Le décapage a mis en évidence de nombreuses structures linéaires qui correspondent sans doute à des éléments d’un jardin (fossés, plantations diverses) mais dont la nature et la chronologie restent à préciser.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simon Bryant, « Chambord (Loir-et-Cher), Le château, parterres nord et est. »Archéologie médiévale, 44 | 2014, 333.

Référence électronique

Simon Bryant, « Chambord (Loir-et-Cher), Le château, parterres nord et est. » [notice archéologique],Archéologie médiévale [En ligne], 44 | 2014, mis en ligne le 15 avril 2018, consulté le 31 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9505

Haut de page

Auteur

Simon Bryant

Articles du même auteur

Haut de page

Responsable d’opération

Simon Bryant

Opération(s) dirigée(s) par cet archéologue

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals