Navigation – Plan du site

Les fibules discoïdes à décor de « monstre » regardant en arrière (ixe-xe siècle) découvertes en France

Héritage iconographique et influences stylistiques
Backward-looking animal brooches dating from the ninth-tenth centuries discovered in France. Iconographical heritage and stylistic influence
Die in Frankreich gefundenen, mit einem rückwärts blickenden Fabeltier verzierten Scheibenfibeln des 9./10. Jhs. – ikonographisches Erbe und stilistische Einflüsse
Jean Soulat
p. 145-153

Résumés

Cet article a pour but de mettre en lumière un type particulier de fibules datant de l’époque carolingienne, les fibules discoïdes décorées d’un « monstre », surnommées par les archéologues britanniques backward-looking animal brooches. Ces fibules datant du début du xe siècle ont été découvertes en grande quantité en Angleterre, plus rarement sur le continent, et par six fois en France. En lien avec l’inventaire de ces quelques exemplaires, il s’agira de mettre en perspective l’héritage iconographique et l’influence stylistique en relation avec les meilleurs parallèles découverts afin de mieux appréhender ces éléments de parure encore mal connus.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Giesler 1989, p. 232-235 ; Bourgeois (dir.) 2009, p. 128-130.
  • 2 Wamers 1994, p. 106-115.
  • 3 Ibid., p. 77-78.
  • 4 Bos 2007-2008, p. 789.

1Les fibules discoïdes décorées de l’époque carolingienne ne sont pas d’une grande diversité. Quatre catégories se distinguent : les fibules émaillées dont la diffusion s’étend sur une vaste zone géographique, de la Charente à l’Allemagne, sans oublier l’Angleterre1 ; les fibules monétiformes comportant généralement l’imitation d’un visage d’empereur romain au centre entouré d’un ornement perlé simple ou double et dont la distribution est sensiblement plus large que pour les fibules précédentes2 ; les fibules figuratives avec des motifs zoomorphes tels que le loup3, ou encore la silhouette d’un saint (Christ ou saint Martin sur son cheval) ou d’une orante4 associant ou non un ornement perlé sur le contour ; enfin, la dernière catégorie regroupant les fibules à décor animalier ou backward-looking animal brooches.

  • 5 Smedley et Owles 1965 ; West 1998.

2Ces backward-looking animal brooches en alliage cuivreux ont été surnommées ainsi par les collègues britanniques du fait de leur caractéristique principale, la présence au centre de la fibule d’un « monstre » bipède ou quadrupède regardant vers l’arrière. Elles se rencontrent dans le nord-ouest de l’Europe au début du x siècle. La grande majorité des exemplaires de ce type ont été localisés dans le nord-est de l’Angleterre, notamment dans le Suffolk et le Norfolk5, mais également sur le continent, sporadiquement en Allemagne, dans le nord des Pays-Bas et dans le nord de la France. La répartition géographique de ce motif zoomorphe amène à s’interroger sur son origine.

1. Héritages et influences iconographiques

  • 6 Salin 1959, p. 213-222.
  • 7 Je tiens à remercier tout particulièrement Rosanagh Weetch qui mène un doctorat à l’Université de (...)
  • 8 L’exemple le plus significatif étant la garniture de ceinture de la tombe 397 de Vermand (Aisne) d (...)
  • 9 Je tiens à remercier P. Périn (directeur honoraire du Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germa (...)
  • 10 Salin 1959, p. 221-222.

3La présence sur des fibules discoïdes du xe siècle de ce motif zoomorphe reflète probablement un héritage antérieur et des influences diverses6. La localisation de plus de 150 fibules de ce type en Angleterre7 est à mettre en relation avec une iconographie bien connue sur le continent depuis l’Antiquité tardive. En effet, certaines tombes des ive-vsiècles ont livré des garnitures de ceinture décorées d’un « monstre » essayant de se mordre la queue8. Cependant, si l’on s’attarde sur l’ornementation et le bestiaire utilisés à l’époque mérovingienne, et plus spécifiquement au viie siècle, on rencontre ce motif sur de nombreux objets découverts dans le nord de l’Europe occidentale, en France, en Belgique ou en Allemagne9. On distingue également un second courant d’influence venant de l’est de l’Europe et notamment de la Hongrie où cette iconographie se retrouve sur des objets datant du viiie siècle10.

Fig. 1a Carte de répartition des représentations de « monstre » regardant en arrière sur les plaques-boucles de style aquitain.

Fig. 1a Carte de répartition des représentations de « monstre » regardant en arrière sur les plaques-boucles de style aquitain.

D’après Aufleger 1997, carte 17

Fig. 1b Carte de répartition des représentations de « monstre » regardant en arrière sur les bagues mérovingiennes.

Fig. 1b Carte de répartition des représentations de « monstre » regardant en arrière sur les bagues mérovingiennes.

D’après Aufleger 1997, carte 15

  • 11 Aufleger 1997, pl. 54-57, carte 17.
  • 12 Hincker 2007, pl. 5.
  • 13 Aufleger 1997, pl. 58-60.
  • 14 Nice 2008, p. 139-140.
  • 15 Van Doorselaer 1958, p. 92, pl. VII. Je tiens à remercier A. De Poorter (Conservatrice au départem (...)
  • 16 Hadjadj 2008, p. 319.
  • 17 Pilloy 1895, t. 2, pl. VIII.
  • 18 Aufleger 1997, pl. 61, no 15.

4Parmi les représentations mérovingiennes, on rencontre des plaques-boucles de ceinture de style aquitain qui livrent certains « monstres » similaires11 (fig. 1a) comme sur l’ardillon de la plaque-boucle à huit bossettes provenant de la sépulture 1121 de la nécropole de la chapelle Saint-Sauveur de Manerbe (Calvados)12. Cet animal bipède comporte une tête à oreilles dont la gueule fermée se tourne vers la queue. De nombreuses bagues mérovingiennes du viie siècle montrent également des « monstres » dans cette position13 (fig. 1b), tels les exemplaires de la tombe 10 de Goudelencourt-les-Pierrepont (Aisne)14, de Sint-Gillis-bij-Dendermonde (Flandre orientale)15 et de Harmignies (Hainaut)16. La bague de Goudelancourt datant du début du viie siècle représente un animal bipède aux pattes griffées dont la tête, munie d’un œil à cercles concentriques, est tournée vers la gauche, essayant ainsi de mordre sa queue (fig. 2a). La bague de Sint-Gillis-bij-Dendermonde datant de la même période est relativement similaire mais comporte un « monstre » décoré de triangles niellés dont la tête est tournée vers la droite. Quelques rivets de scramasaxes révèlent des motifs proches : sur l’exemplaire découvert à Monceau-le-Neuf (Aisne)17, on observe un « monstre » bipède aux pattes munies de griffes, au corps décoré d’une série de lignes et de pointillés, sa tête présente un œil à cercles concentriques (fig. 2b). On rencontre également des plaques de châtelaine du viie siècle qui portent ce motif exécuté en décor ajouré, ainsi celle de Marchélepot (Somme)18 (fig. 2c).

Fig. 2

Fig. 2

a Bague mérovingienne de la tombe 10 de Goudelancourt-les-Pierrepont (d’après Nice 2008, p. 139-140) ; b Rivet de scramasaxe de Monceau-le-Neuf (d’après Pilloy 1895, t. 2, pl. VIII) ; c Plaque de châtelaine de Marchélepot (d’après Aufleger 1997 ; pl. 61, n° 15) ; d Figuration de « monstre » présente sur le coffret d’Essen-Werden (d’après Klein-Pfeuffer 2003, p. 336) ; e Rivets de scramasaxe de la tombe 28 de Budapest-Rakos (Hongrie) (d’après Klein-Pfeuffer 2003, p. 338) ; f Sceat anglo-saxon de Hamwic-Southampton (d’après Birbeck et al. 2005, p. 135) ; g Jeton de jeu en os provenant d’Andone (d’après Bourgeois 2009, p. 262-263, n° 1959).

  • 19 Klein-Pfeuffer 2003, p. 166.
  • 20 Schulze-Dörrlamm 2002, notamment p. 287.
  • 21 Ibid., p. 338 et 340.

5Outre-Rhin, quelques fibules discoïdes présentent des animaux regardant vers l’arrière et se mordant la queue, notamment celles de la tombe 312 de Kirchheim ou de la tombe 78 de München-Denning19. Les représentations les plus célèbres se distinguent sur le reliquaire en os d’Essen-Werden (Rhénanie-Nord Westphalie)20 datant du viiie siècle (fig. 2d). En Hongrie, plusieurs rivets de scramasaxe du viiie siècle comportent des « monstres » regardant en arrière avec la tête tournée vers la gauche (tombe 68 de Szentes-Berekhát, près de Madaras) ou vers la droite (tombe 28 de Budapest-Rákos21, fig. 2e).

  • 22 Malcolm et al. 2003, p. 285-286.
  • 23 Birbeck et al. 2005, p. 133-135.
  • 24 Bourgeois 2009, p. 262-263, no 1959.

6De l’autre côté de la Manche, de nombreux sceattas anglo-saxons découverts au sein des fouilles de Lundenwic-Londres22 et de Hamwic-Southampton23 et datant de la première moitié du viiie siècle ont livré des « monstres » similaires (fig. 2f). Il est intéressant de remarquer que ces motifs zoomorphes se rencontrent également sur certaines pièces de jeu en os plus tardives : au castrum d’Andone (Charente)24, un pion de jeu du xie siècle figure un animal quadrupède ressemblant à un loup, muni de pattes griffées, dont la tête présente un œil losangique, une oreille pointue et une gueule fermé, et dont le corps se termine par une queue en pinceau comme celle des lions (fig. 2g).

Fig. 3

Fig. 3

a Fibule de Slappeterp (Menaldumadeel, Pays-Bas) (d’après Bos 2007-2008, p. 789, n° 2.7.4.4) ; b Fibule de Foxhall (Suffolk) (d’après West 1998, p. 39, pl. 46.8) ; c Fibule de Bishopstone (East-Sussex) (d’après Thomas 2010, p. 106, fig. 6.9, n° 1) ; d Fibule de Cavenham (Suffolk) (d’après West 1998, p. 18, pl. 17.3).

  • 25 Bos 2007-2008, p. 773, 789.
  • 26 Smedley et Owles 1965, p. 174.
  • 27 Thomas 2010, p. 169.
  • 28 Smedley et Owles 1965, p. 171.
  • 29 Information inédite communiquée par R. Weetch.
  • 30 West 1998, p. 18, 41.
  • 31 Fibule découverte fortuitement, Portable Antiquities Scheme, no inventaire NMS-45D924, http://find (...)

7Entre la fin du ixe et le xe siècle, ce « monstre » est représenté de manières variables sur des fibules discoïdes en alliage cuivreux. Dans presque tous les cas, il tourne sa tête vers l’arrière, à l’exception des deux animaux présents sur la fibule de Slappeterp (Menaldumadeel, Pays-Bas) qui regardent en face d’eux25 (fig. 3a). Le nombre de pattes varie entre deux et quatre. La très grande majorité des exemplaires comportent une gueule ouverte et un œil (fig. 3b). Cependant, certaines figurations retrouvées sur des fibules d’Angleterre n’ont pas d’œil – fibules de Dunwich dans le Suffolk26, de Bishopstone dans le Sussex (fig. 3c)27, de Winchester dans le Hampshire28, ou encore de Soecke en Allemagne29 –, trois d’entre elles ont un sens inversé, la tête étant à droite, et ne comportent pas non plus d’ornements perlés sur le contour de la fibule. Pour ces exemples, il s’agit sûrement d’imitations ou de variantes d’un type plus courant que l’on retrouve en grande quantité au nord de la Tamise. C’est ce type de représentation qui semble être produit à partir de moules similaires comportant de très légères différences. Il s’agit toujours d’un « monstre » regardant vers l’arrière, tête à gauche, le plus souvent quadrupède, dont les pattes sont parfois munies de griffes et dont les deux pattes avant peuvent être légèrement plus courtes selon les cas. Un œil est systématiquement présent mais il peut être accentué par un cercle concentrique ou tout simplement par un creux. Deux voire cinq autres cercles concentriques sont parfois représentés sur le corps comme c’est le cas des fibules de Cavenham (Suffolk) et de Gisleham (Suffolk)30 (fig. 3d). On retrouve également selon les exemplaires une sorte de crinière sur le cou et certaines têtes comportent une petite oreille. Enfin, la gueule de l’animal est toujours ouverte puisqu’il essaye de mordre sa queue qui, quelquefois, est ondulée. La gueule ressemble parfois à une sorte de bec de canard comme sur la fibule de Bawburgh (Norfolk)31. Concernant le contour de la fibule, il est le plus souvent agrémenté d’un ornement perlé simple ou doublé, ou même d’un décor godronné plus grossier.

Fig. 4

Fig. 4

a Fibule ajourée de Gokstad (Norvège) (d’après Nicolaysen 1882, p. 50) ; b Fibule ajourée d’Ename (Flandre orientale) (information de Yann Hollevoet) ; c Fibule ajourée de Stahill (Flandre occidentale) (information de Yann Hollevoet).

  • 32 Nicolaysen 1882, p. 50.
  • 33 Je tiens à remercier Y. Hollevoet (RWO, Department of the Flemish Government) pour m’avoir communi (...)

8Une fibule ajourée en alliage cuivreux doré provenant de Gokstad (Norvège) a livré un « monstre » dont la tête est tournée vers l’arrière et essayant de se mordre la queue enroulée (fig. 4a)32. Le contour de la fibule étant godronné, elle se rapproche des exemplaires du monde anglo-saxon. Cette représentation issue d’un élément de parure d’une tombe à bateau du ixe siècle est le seul exemple de ce type rencontré en Scandinavie. Deux fibules ajourées de ce type ont été découvertes en Belgique à Ename (Flandre orientale) et à Stalhille (Jabbeke, Flandre occidentale)33 (fig. 4b-c).

2. Inventaire et parallèles

Fig. 5 Carte de localisation des fibules discoïdes à « monstre » regardant vers l’arrière en France.

Fig. 5 Carte de localisation des fibules discoïdes à « monstre » regardant vers l’arrière en France.

Carte J. Soulat

  • 34 Decaëns 1971, p. 53 ; Lorren 2001, p. 129-130.
  • 35 Communication personnelle de M. Wyss (Unité archéologique de la ville de Saint-Denis).
  • 36 Gonçalves-Buissart et al. 2010, p. 204.
  • 37 Rapport de fouille en cours de finalisation, Oxford Archéologie France Grand-Ouest.
  • 38 Je tiens à remercier J.-P. Carlot (archéologue amateur) pour cette information inédite.
  • 39 Je tiens à remercier L. Moison (archéologue amateur) pour cette information inédite.

9Six fibules de ce type ont été découvertes en France, toutes au nord de la Loire (fig. 5). À Hérouvillette (Calvados, Basse-Normandie), une fibule portant ce décor est découverte en 1966 dans la tombe 52A de la nécropole mérovingienne34 (fig. 6a). En 1986, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis, Île-de-France), la fouille de l’habitat du premier Moyen Âge à une centaine de mètres au nord-ouest de la basilique met au jour un nouvel exemplaire (fig. 6b)35. À Drancy (Seine-Saint-Denis, Île-de-France), la fouille de l’habitat du premier Moyen Âge, rue Roger Salengro36, est l’occasion d’une nouvelle trouvaille. En 2011, deux nouveaux exemplaires sont découverts : l’un à Ercheu-Libermont (Somme, Picardie), au sein de la fouille de l’habitat des xe-xie siècles de la Pointe de l’Épinette37 (fig. 6c), et l’autre à Saint-Omer-Capelle (Pas-de-Calais), suite à une découverte fortuite38 (fig. 6d). Enfin, en 2012, une nouvelle fibule de ce type est découverte à Canchy (Calvados)39 (fig. 6f).

Fig. 6

Fig. 6

a Fibule de la tombe 52A de Hérouvillette (dessin J. Soulat, cl. Musée de Normandie, Caen) ; b Fibule de Saint-Denis (dessin et cl. Unité archéologique municipale de la ville de Saint-Denis) ; c Fibule d’Ercheu-Libermont (dessin et cl. J. Soulat) ; d Fibule de Saint-Omer-Capelle (dessin J. Soulat, cl. J.-P. Carlot) ; e Fibule de Drancy (cl. E. Jacquot, CG 93) ; f Fibule de Canchy (cl. L. Moison).

1. Hérouvillette (Calvados), sépulture 52A

  • No inventaire : 66-26-1-22-1, Musée de Normandie, Caen (Calvados)40.
  • Matériau : platine en alliage cuivreux avec feuille d’argent fine et estampée.
  • Diamètre : 19 mm.
  • Détails iconographiques : « monstre » regardant vers l’arrière (tête à gauche) en position bipède à quatre pattes munies de griffes dont les deux de devant sont atrophiées, présence d’écailles sur le dos et sur le cou, d’un œil en creux et d’une gueule ouverte essayant de mordre la queue de l’animal. À l’origine, deux ornements perlés entouraient le décor central mais seul l’ornement interne a pu être conservé aujourd’hui.
  • Datation : deuxième moitié du viiie-début du ixe siècle.
  • Comparaison : sceattas de Hamwic (Southampton, Hampshire)41.

2. Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), US 22524 (fosse)

  • No inventaire : 22.607.1 (Unité archéologique municipale de la ville de Saint-Denis)42.
  • Matériau : alliage cuivreux.
  • Diamètre : 31 mm.
  • Détails iconographiques : « monstre » regardant vers l’arrière (tête à gauche) en position normale à deux pattes dotées de griffes et légèrement repliées, présence d’une croix grecque enroulée dans la queue composée d’écailles ; le corps ainsi que le cou comportent des pastilles tandis que la tête stylisée dévoile un œil et une gueule ouverte munie de deux crocs. Toute la surface de la fibule est recouverte d’ornements perlés.
  • Datation : xe siècle.
  • Comparaison : fibule de Hasketon (Suffolk)43, fibule de Bird-in-Hand Court, Cheapside, Londres44.

3. Ercheu-Libermont (Somme), US 2266 (fosse)

  • No inventaire : Iso-7112.
  • Matériau : alliage cuivreux.
  • Diamètre : 33 mm.
  • Détails iconographiques : « monstre » regardant vers l’arrière (tête à gauche) en position couchée, à deux pattes munies de griffes ; présence d’un œil en creux et d’une gueule ouverte essayant de mordre sa queue. Le style de cette représentation est très épuré. Un premier cerclage entoure le décor central et un contour godronné vient orner le pourtour de la fibule.
  • Datation : xe siècle.
  • Comparaison : fibule de Slappeterp (Menaldumadeel, Pays-Bas)45, fibule de Magdalene Street, Cambridge (Cambridgeshire)46.

4. Saint-Omer-Capelle (Pas-de-Calais), découverte fortuite

  • Matériau : argent.
  • Diamètre : 39 mm.
  • Détails iconographiques : « monstre » regardant vers l’arrière (tête à droite) en position normale à quatre pattes, présence d’un œil en relief, sans gueule apparente, mais la tête tournée vers sa queue ; le corps est recouvert de petits pointillés marquant possiblement une texture de peau. Le style de cette représentation diffère des précédents. Le contour de la fibule est marqué par une bordure poinçonnée.
  • Datation : xe siècle.
  • Comparaison : garniture de ceinture de Vermand (Aisne)47.

5. Drancy (Seine-Saint-Denis), découverte résiduelle

  • Matériau : plomb.
  • Diamètre : 30 mm.
  • Détails iconographiques : « monstre » regardant vers l’arrière (tête à gauche), en position normale à quatre pattes, présence d’une petite tête ; la gueule de l’animal est fermée. La tête touche la queue ondulée. Des godrons ornent le contour de la fibule et l’intérieur, entre les pattes, le corps et la queue de l’animal. Le style épuré de cette représentation marque une différence avec les exemplaires précédents.
  • Datation : xie-xiie siècle.

6. Canchy (Calvados), découverte fortuite

  • Matériau : alliage cuivreux.
  • Diamètre : 23 mm.
  • Détails iconographiques : « monstre » regardant vers l’avant (tête à droite) en position couchée, à deux pattes, présence d’un œil en creux et d’une gueule ouverte. Le style de cette représentation est très épuré et se rapproche de celui de la fibule d’Ercheu. Deux cercles viennent s’intercaler au-dessus de la queue et deux autres en dessous. Un premier cerclage entoure le décor central et un contour godronné vient orner le pourtour de la fibule.
  • Datation : xe siècle.

3. Analyse et interprétation

  • 48 Menghin (éd.) 1994, p. 56, 60.
  • 49 Evison 1965, fig. 29-30.
  • 50 Je tiens à remercier C. Pion (doctorant FNRS) pour m’avoir éclairé sur ce sujet.

10Les fibules discoïdes du xe siècle décorées avec ce « monstre » tournant la tête vers l’arrière afin de mordre sa queue relèvent d’une influence ornementale zoomorphe née dans l’Antiquité tardive et qui se diffuse à partir du viie siècle dans le nord-ouest de l’Europe48. Ce style animalier connaît une évolution chronologique très intéressante pendant près de trois siècles, décorant de nombreux objets du nord de l’Angleterre à la Hongrie et sporadiquement en Scandinavie. Comme nous l’avons vu précédemment, ce motif iconographique présent sur les fibules du xe siècle s’inspire probablement de l’art mérovingien du viie siècle en lien avec les héritages de l’Antiquité tardive. En effet, quelques plaques ornementales, plaques-boucles ou encore fibules du ve siècle sont décorées de ces représentations animalières – à Vermand (Aisne) ou dans le sud de l’Angleterre à Bifrons (Kent), Bishopstone (Sussex) ou Alfriston (Sussex)49. À l’époque mérovingienne, on retrouve ce thème sur plusieurs catégories d’artefacts tels que de nombreuses bagues et plaques-boucles, des fibules, des rivets ou encore certaines plaques de châtelaine, découverts dans le nord de la France, en Belgique et en Allemagne. Au début du viiie siècle, cette représentation disparaît des ornements du mobilier mérovingien dont la présence diminue fortement dans les tombes. Pourtant, à partir du viiie siècle, ces décors zoomorphes apparaissent sur des manuscrits enluminés comme celui consacré à l’Heptateuque de Saint-Augustin50. On retrouve ces décors en Hongrie sur des objets tels que des rivets ou des plaques ornementales, mais également en Allemagne sur le coffret de Werden. L’absence de ces représentations sur les mobiliers mérovingiens dès le début du viiie siècle n’empêche pas une perduration et un développement de ce style zoomorphe pour les enluminures des manuscrits neustriens et sur certains objets de l’Europe de l’est. Notons également que ce thème apparaît pour la première fois outre-Manche sur certains proto-deniers anglo-saxons dits sceattas au cours de la première moitié du viiie siècle. Nous pouvons donc émettre un doute sur la réalité de la disparition de ce motif en Gaule mérovingienne : l’impression pourrait être liée à la réduction du panel d’objets dans la culture matérielle du viiie siècle.

Fig. 7 Plan de la tombe 52A de Hérouvillette (Calvados).

Fig. 7 Plan de la tombe 52A de Hérouvillette (Calvados).

D’après Decaëns 1971

  • 51 West 1998.
  • 52 Decaëns 1971, p. 122.
  • 53 Ibid., p. 53.
  • 54 Ibid., p. 152.
  • 55 Demolon et Seillier 1983, p. 88.

11C’est entre la fin du ixe et le début du xe siècle qu’apparaissent les premières fibules discoïdes comportant ce « monstre » regardant vers l’arrière, notamment, en Angleterre avec les nombreux exemplaires recensés au nord de la Tamise comme dans le Suffolk51. Néanmoins, l’exemplaire de la sépulture 52A de Hérouvillette (Calvados)52 qui s’intègre parfaitement au faciès ornemental des fibules d’outre-Manche de la « Late Anglo-Saxon Period » suggère une datation plus précoce entre la deuxième moitié du viiie et le début du ixe siècle. En effet, la figuration du « monstre » en position debout, quadrupède avec les deux pattes avant atrophiées et entouré d’un double ornement perlé, est typique des productions anglo-saxonnes et apparaît notamment sur un sceat anglo-saxon provenant de Hamwic datant du milieu du viiie siècle (fig. 2f). L’intérêt de la fibule de Hérouvillette réside en son contexte archéologique : cette fibule décorée, faisant partie d’une paire de fibules discoïdes dont la seconde n’a conservé que sa platine en alliage cuivreux53, a été retrouvée au niveau du cou tandis que la seconde a été localisée sur le thorax (fig. 7). La position in situ de ces deux fibules atteste bien la vocation de fermer la tunique. D’après l’étude anthropo-logique, il s’agissait d’une femme âgée de 45 ans et mesurant près de 156 cm54. La question de la production de cette fibule reste complexe mais on peut envisager une fabrication dans le sud de l’Angleterre, possiblement à Hamwic (Hampshire). On peut également émettre deux hypothèses. Il peut s’agir de la copie d’une figuration présente sur un sceat anglo-saxon puisque la reprise par les orfèvres des décors de monnaies est relativement courante à cette période. Mais comme la fibule de Hérouvillette était constituée d’une fine plaque estampée en argent et d’une platine en alliage cuivreux, il est tout à fait possible qu’un sceat anglo-saxon ait été récupéré pour être monté en fibule, c’est le cas de la fibule retrouvée dans la vallée de l’Aa (Pas-de-Calais)55 avec un sceat frison faisant 23 mm de diamètre et datant du milieu du viiie siècle (fig. 8).

Fig. 8 Fibule montée d’un sceat frison (Pas-de-Calais).

Fig. 8 Fibule montée d’un sceat frison (Pas-de-Calais).

D’après Demolon et Seillier 1983, p. 88

Fig. 9

Fig. 9

a Fibule de Hasketon (Suffolk) (d’après West 1998, p. 42, pl. 47.18) ; b Fibule de Cheapside, Bird-in-Hand Court, Londres (d’après Wilson 1964, p. 146, pl. XXII).

  • 56 West 1998, p. 42, pl. 47.18.
  • 57 Wilson 1964, p. 146, pl. XXII.
  • 58 Bos 2007-2008, p. 773, 789, no 2.7.4.3.
  • 59 Frick 1992-1993, p. 316.
  • 60 Je tiens à remercier B. M. Ager (Conservateur au British Museum, Early Medieval Collections, Depar (...)
  • 61 Smedley et Owles 1965, p. 170, pl. XXIVc.
  • 62 Ibid., p. 170, pl. XXIVb.
  • 63 Bos 2007-2008, p. 773, 789, no 2.7.4.4.
  • 64 Aufleger 1997, pl. 95, no 1 et 7.
  • 65 Bos 2007-2008, p. 773, 789, no 2.7.4.4.

12Les cinq autres fibules sont plus courantes et peuvent être datées du xe siècle. Elles appartiennent à des catégories bien représentées en Angleterre. L’ornementation de la fibule de Saint-Denis, avec ce « monstre » regardant vers l’arrière caractérisé par sa queue enroulée autour d’une croix grecque, se rapproche de deux fibules découvertes en Angleterre. La première à Hasketon (Suffolk)56 (fig. 9a) qui apparaît comme étant presque la réplique de la fibule de Saint-Denis, et la seconde provenant de Bird-in-Hand Court, dans le quartier de Cheapside à Londres57 (fig. 9b). Une troisième fibule peut se rapprocher de ces exemplaires, celle découverte à Wijtgaard, Leeuwarden (Oostergo, Pays-Bas)58. D’après H.-J. Frick, il s’agit d’un type anglo-saxon à l’origine qui s’inspire des fibules monétiformes59. La fibule d’Ercheu (Somme), s’assimile également aux productions anglo-saxonnes mais pourrait être de fabrication locale d’après B. Ager60. Des exemplaires relativement proches ont été recensés à Madgalene Street à Cambridge (Cambridgeshire)61 (fig. 10a), dans le Buckinghamshire62 (fig. 10b), mais aussi sur le continent comme à Slappeterp (Menaldumadeel, Pays-Bas)63 (fig. 3a). L’exemplaire provenant de Saint-Omer-Capelle (Pas-de-Calais), également daté du xe siècle, semble appartenir à un type plutôt local de la zone d’influence Picardie/Pas-de-Calais. En effet, la figuration particulière du « monstre » dont le corps est poinçonné rappelle les représentations datant de l’Antiquité tardive, notamment celles des ceinturons des tombes 321 et 397 de Vermand64. La fibule de Canchy, avec ce « monstre » regardant vers l’avant, type différent des précédents, trouve des parallèles convaincants à Ipswich (Suffolk) et à Slappeterp (Pays-Bas)65 qui permettent de la dater du xe siècle.

Fig. 10

Fig. 10

a Fibule de Cambridge (Cambridgeshire) (d’après Smedley et Owles 1965, p. 170, pl. XXIVc) ; b Fibule du Buckinghamshire (d’après Smeldey et Owles 1965, p. 170, pl. XXIVb).

  • 66 Information communiquée par R. Weetch.
  • 67 Thomas 2010, p. 106, fig. 6.9, no 1.
  • 68 Salin 1959, p. 214.

13La figuration de ce « monstre » regardant vers l’arrière ne se cantonne pas à l’Angleterre et à la France. Des fibules relativement proches ont été inventoriées récemment en Allemagne, à Volksmere ou à Soecke66, dont la représentation rappelle celle récemment trouvée à Bishopstone (Sussex)67. De plus, des sculptures rencontrées sur les écoinçons de la cathédrale de Bayeux et datant du xiie siècle montrent que l’exploitation de cette thématique zoomorphe perdure au-delà du xe siècle68.

Conclusion

  • 69 Soulat 2011, p. 83.

14La découverte de ce style animalier sur des fibules discoïdes – type d’éléments de parure peu abordé dans la recherche archéologique médiévale française – du xe siècle retrouvées en France a soulevé la question d’un héritage mérovingien voire antique, et d’une zone de diffusion de ce type de figuration. La présentation de six exemplaires localisés entre la Normandie et le Pas-de-Calais, zone d’échange par excellence avec le monde anglo-saxon, montre que la connexion entre celui-ci et les régions côtières du nord de la France se poursuit jusqu’au xe siècle. En effet, au cours des ve-viiie siècles, de nombreux artefacts de type mérovingien et de type anglo-saxon ont été découverts de part et d’autre de la Manche, notamment au sein des nécropoles du Kent et de Normandie69. De plus, l’évolution de cette représentation ornementale sur près de trois siècles, de l’époque mérovingienne à l’époque carolingienne, a mis en perspective le lien entre les deux périodes autour d’une dénomination commune désormais appelée « premier Moyen Âge ».

Haut de page

Bibliographie

Aufleger M.

1997, Tierdarstellungen in der Kleinkunst der Merowingerzeit im westlichen Frankenreich, Archäologische Schriften des Instituts für Vor- und Frühgeschichte der Johannes Gutenberg-Universität Mainz, 261 p.

Birbeck V., Smith R. J. C., Andrews P. et Stoodley N.

2005, The origins of mid-Saxon Southampton: excavations at the Friends Provident St Mary’s Stadium 1998-2000, Wessex Archaeology, 218 p.

Böhme H. W.

1974, Germanische Grabfunde des 4. bis 5. Jahrhunderts. Zwischen Unterer Elbe und Loire. Studien zur Chronologie und Bevölkerungsgeschichte, 2 vol., Munich, C. H. Beck’sche Verlagsbuchhandlung.

Bos J. M.

2007-2008, « Medieval brooches from the Dutch province of Friesland (Frisia) : a regional perspective on the Wijnaldum brooches. Parte II : Disc brooches », Palaeohistoria, 49/50, p. 709-793.

Bourgeois L. (dir.)

2009, Une résidence des comtes d’Angoulême autour de l’an Mil : le castrum d’Andone, publication des fouilles d’André Debord (1971-1995), Caen, Publications du CRAHM, 562 p.

Decaëns J.

1971, « Un nouveau cimetière du haut Moyen Âge en Normandie, Hérouvillette (Calvados) », Archéologie médiévale, 1, p. 1-127.

Demolon P. et Seillier C. (éd.)

1983, Le Nord de la France de Théodose à Charles Martel, Catalogue d’exposition, Lille, l’Association des Conservateurs de la Région Nord-Pas-de-Calais.

Frick H.-J.

1992-1993, « Karolingisch-ottonische Scheibenfibeln des nordlichen Formenkreiss », Offa, 49/50, p. 243-463.

Evison V. I.

1965, The Fifth-Century Invasions South of the Thames, University of London, The Athlone Press, 142 p.

Giesler J.

1989, « Ottonischer Emailschmuck », dans Hoops J. (dir.), Reallexikon der Germanischen Altertumskunde, t. 7, Berlin-New York, De Gruyter, p. 230-240.

Gonçalves-Buissart C., Héron C. et Le Béchennec Y.

2010, « Drancy (Seine-Saint-Denis), de La Tène à l’époque moderne : état des connaissances », Revue archéologique d’Île-de-France, 3, p. 177-219.

Hadjadj R.

2008, Bagues mérovingiennes: Gaule du nord, Paris, Les Chevau-Légers, 447 p.

Hincker V.

2007, Chapelle Saint-Sauveur, Commune de Manerbe (Calvados), Rapport final d’opération de fouille programmée, SDAC, dactyl.

Klein-Pfeuffer M.

2003, Merowingerzeitliche Fibeln und Anhänger aus Preßblech, Marburger Studien zur vor- und Frühgeschichte, 14, Hitzeroth.

Lorren C.

2001, Fibules et plaques-boucles à l’époque mérovingienne en Normandie, Mémoire de l’Association Française d’Archéologie Mérovingienne, 8, 554 p.

Malcolm G., Bowsher D. et Cowie R.

2003, Middle Saxon London Excavations at the Royal Opera House 1989-99, MoLAS Monograph, 15, Museum of London, 359 p.

Menghin W. (éd.)

1994, Tauschierarbeiten der Merowingerzeit. Kunst und Technik Museum für Vor- und Frühgeschichte, t. 2, Berlin, Staatliche Museen zu Berlin, 235 p.

Nice A.

2008, La nécropole mérovingienne de Goudelancourt-lès-Pierrepont (Aisne), Revue archéologique de Picardie, Numéro spécial, 25, 506 p.

Nicolaysen N.

1882, Langskibet fra Gokstad ved Sandefjord, Kristiania, Nabu Press.

Pilloy J.

1895, Études sur d’anciens lieux de sépultures dans l’Aisne, t. 2, Saint-Quentin, Triqueneaux-Devienne, 348 p.

Salin E.

1959, La civilisation mérovingienne, quatrième partie. Les croyances, conclusions, index général, Paris, A. & J. Picard, 579 p.

Schulze-Dörrlamm M.

2002, « Der rekonstruierte Beinkasten von Essen-Werden Reliquiar und mutmaßlicher Tragaltar des hl. Liudger aus dem späten 8. Jahrhundert », Jahrbuch des Römisch-Germanischen Zentralmuseums Mainz, v. 49, 2002 (publ. 2003), p. 281-363.

Smedley N. et Owles E.

1965, « Some Anglo-Saxon ‘Animal’ Brooches », Proceedings of the Suffolk Institute of Archaeology, 30, p. 166-174.

Soulat J.

2011, « La circulation transmanche des objets de type anglo-saxon et mérovingien (ve-viie siècles) », dans Bodinier B. (dir.), Les Anglais en Normandie, Actes du 45e congrès de la Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, Louviers, FSHAN, p. 83-95.

Thomas G.

2010, The Later Anglo-Saxon Settlement at Bishopstone : A Downland Manor in the Making, York, Council for British Archaeology Research Report, 163.

Van Doorselaer A.

1958, De Merovingische begraafplaats te Sint-Gillis-bij-Dendermonde, Bruxelles, Archaeologica Belgica, 41, 95 p.

Wamers E.

1994, Die Frühmittelalterlichen Lesefunde aus der Löhrstrasse (Baustelle Hilton II) in Mainz, Amt Mainz, Archäologische Denkmalpflege, 151 p.

West S.

1998, A Corpus of Anglo-Saxon Material from Suffolk, East Anglian Archaeology Report, 84, 373 p.

Wilson D. M.

1964, Catalogue of Antiquities of the Later Saxon Period. I. Anglo-Saxon Ornamental Metalwork (700-1100). The British Museum, Londres, 248 p.

Haut de page

Notes

1 Giesler 1989, p. 232-235 ; Bourgeois (dir.) 2009, p. 128-130.

2 Wamers 1994, p. 106-115.

3 Ibid., p. 77-78.

4 Bos 2007-2008, p. 789.

5 Smedley et Owles 1965 ; West 1998.

6 Salin 1959, p. 213-222.

7 Je tiens à remercier tout particulièrement Rosanagh Weetch qui mène un doctorat à l’Université de Reading (Berkshire, Royaume-Uni), sous la direction de Gabor Thomas, sur l’étude des fibules datant des viiie-xe siècles en Angleterre et leur lien avec le continent. Elle m’a fourni de nombreuses informations sur les backward-looking animal brooches découvertes en Angleterre.

8 L’exemple le plus significatif étant la garniture de ceinture de la tombe 397 de Vermand (Aisne) d’après Böhme 1974, pl. 142.

9 Je tiens à remercier P. Périn (directeur honoraire du Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye), F. Vallet (conservateur honoraire au MAN) et R. Legoux (membre de l’Association Française d’Archéologie Nationale) pour m’avoir orienté vers de nombreuses pistes dans la littérature allemande.

10 Salin 1959, p. 221-222.

11 Aufleger 1997, pl. 54-57, carte 17.

12 Hincker 2007, pl. 5.

13 Aufleger 1997, pl. 58-60.

14 Nice 2008, p. 139-140.

15 Van Doorselaer 1958, p. 92, pl. VII. Je tiens à remercier A. De Poorter (Conservatrice au département mérovingien des Musées Royaux d’Art et d’Histoire de Bruxelles) pour m’avoir communiqué ces informations.

16 Hadjadj 2008, p. 319.

17 Pilloy 1895, t. 2, pl. VIII.

18 Aufleger 1997, pl. 61, no 15.

19 Klein-Pfeuffer 2003, p. 166.

20 Schulze-Dörrlamm 2002, notamment p. 287.

21 Ibid., p. 338 et 340.

22 Malcolm et al. 2003, p. 285-286.

23 Birbeck et al. 2005, p. 133-135.

24 Bourgeois 2009, p. 262-263, no 1959.

25 Bos 2007-2008, p. 773, 789.

26 Smedley et Owles 1965, p. 174.

27 Thomas 2010, p. 169.

28 Smedley et Owles 1965, p. 171.

29 Information inédite communiquée par R. Weetch.

30 West 1998, p. 18, 41.

31 Fibule découverte fortuitement, Portable Antiquities Scheme, no inventaire NMS-45D924, http://finds.org.uk/database/artefacts/record/id/422711.

32 Nicolaysen 1882, p. 50.

33 Je tiens à remercier Y. Hollevoet (RWO, Department of the Flemish Government) pour m’avoir communiqué ces informations.

34 Decaëns 1971, p. 53 ; Lorren 2001, p. 129-130.

35 Communication personnelle de M. Wyss (Unité archéologique de la ville de Saint-Denis).

36 Gonçalves-Buissart et al. 2010, p. 204.

37 Rapport de fouille en cours de finalisation, Oxford Archéologie France Grand-Ouest.

38 Je tiens à remercier J.-P. Carlot (archéologue amateur) pour cette information inédite.

39 Je tiens à remercier L. Moison (archéologue amateur) pour cette information inédite.

40 Je tiens à remercier S. Berthelot, A.-C. Lamy et L. Voracek de l’équipe du Musée de Normandie de Caen pour m’avoir fourni de nouvelles photographies de la fibule de Hérouvillette.

41 Birbeck et al. 2005, p. 133-135.

42 Je tiens à remercier M. Wyss, N. Rodrigues et J.-F. Goret (Unité archéo-logique de la ville de Saint-Denis) pour m’avoir donné l’autorisation de publier cette fibule.

43 West 1998, p. 42, pl. 47.18.

44 Wilson 1964, p. 146, pl. XXII.

45 Bos 2007-2008, p. 773, 789, no 2.7.4.4.

46 Smedley et Owles 1965, p. 170, pl. XXIVc.

47 Böhme 1974, pl. 142.

48 Menghin (éd.) 1994, p. 56, 60.

49 Evison 1965, fig. 29-30.

50 Je tiens à remercier C. Pion (doctorant FNRS) pour m’avoir éclairé sur ce sujet.

51 West 1998.

52 Decaëns 1971, p. 122.

53 Ibid., p. 53.

54 Ibid., p. 152.

55 Demolon et Seillier 1983, p. 88.

56 West 1998, p. 42, pl. 47.18.

57 Wilson 1964, p. 146, pl. XXII.

58 Bos 2007-2008, p. 773, 789, no 2.7.4.3.

59 Frick 1992-1993, p. 316.

60 Je tiens à remercier B. M. Ager (Conservateur au British Museum, Early Medieval Collections, Department of Prehistory and Europe) pour cette information.

61 Smedley et Owles 1965, p. 170, pl. XXIVc.

62 Ibid., p. 170, pl. XXIVb.

63 Bos 2007-2008, p. 773, 789, no 2.7.4.4.

64 Aufleger 1997, pl. 95, no 1 et 7.

65 Bos 2007-2008, p. 773, 789, no 2.7.4.4.

66 Information communiquée par R. Weetch.

67 Thomas 2010, p. 106, fig. 6.9, no 1.

68 Salin 1959, p. 214.

69 Soulat 2011, p. 83.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1a Carte de répartition des représentations de « monstre » regardant en arrière sur les plaques-boucles de style aquitain.
Crédits D’après Aufleger 1997, carte 17
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9663/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 605k
Titre Fig. 1b Carte de répartition des représentations de « monstre » regardant en arrière sur les bagues mérovingiennes.
Crédits D’après Aufleger 1997, carte 15
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9663/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 629k
Titre Fig. 2
Légende a Bague mérovingienne de la tombe 10 de Goudelancourt-les-Pierrepont (d’après Nice 2008, p. 139-140) ; b Rivet de scramasaxe de Monceau-le-Neuf (d’après Pilloy 1895, t. 2, pl. VIII) ; c Plaque de châtelaine de Marchélepot (d’après Aufleger 1997 ; pl. 61, n° 15) ; d Figuration de « monstre » présente sur le coffret d’Essen-Werden (d’après Klein-Pfeuffer 2003, p. 336) ; e Rivets de scramasaxe de la tombe 28 de Budapest-Rakos (Hongrie) (d’après Klein-Pfeuffer 2003, p. 338) ; f Sceat anglo-saxon de Hamwic-Southampton (d’après Birbeck et al. 2005, p. 135) ; g Jeton de jeu en os provenant d’Andone (d’après Bourgeois 2009, p. 262-263, n° 1959).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9663/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 727k
Titre Fig. 3
Légende a Fibule de Slappeterp (Menaldumadeel, Pays-Bas) (d’après Bos 2007-2008, p. 789, n° 2.7.4.4) ; b Fibule de Foxhall (Suffolk) (d’après West 1998, p. 39, pl. 46.8) ; c Fibule de Bishopstone (East-Sussex) (d’après Thomas 2010, p. 106, fig. 6.9, n° 1) ; d Fibule de Cavenham (Suffolk) (d’après West 1998, p. 18, pl. 17.3).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9663/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 628k
Titre Fig. 4
Légende a Fibule ajourée de Gokstad (Norvège) (d’après Nicolaysen 1882, p. 50) ; b Fibule ajourée d’Ename (Flandre orientale) (information de Yann Hollevoet) ; c Fibule ajourée de Stahill (Flandre occidentale) (information de Yann Hollevoet).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9663/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 709k
Titre Fig. 5 Carte de localisation des fibules discoïdes à « monstre » regardant vers l’arrière en France.
Crédits Carte J. Soulat
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9663/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Titre Fig. 6
Légende a Fibule de la tombe 52A de Hérouvillette (dessin J. Soulat, cl. Musée de Normandie, Caen) ; b Fibule de Saint-Denis (dessin et cl. Unité archéologique municipale de la ville de Saint-Denis) ; c Fibule d’Ercheu-Libermont (dessin et cl. J. Soulat) ; d Fibule de Saint-Omer-Capelle (dessin J. Soulat, cl. J.-P. Carlot) ; e Fibule de Drancy (cl. E. Jacquot, CG 93) ; f Fibule de Canchy (cl. L. Moison).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9663/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 7 Plan de la tombe 52A de Hérouvillette (Calvados).
Crédits D’après Decaëns 1971
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9663/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Titre Fig. 8 Fibule montée d’un sceat frison (Pas-de-Calais).
Crédits D’après Demolon et Seillier 1983, p. 88
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9663/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 9
Légende a Fibule de Hasketon (Suffolk) (d’après West 1998, p. 42, pl. 47.18) ; b Fibule de Cheapside, Bird-in-Hand Court, Londres (d’après Wilson 1964, p. 146, pl. XXII).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9663/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 299k
Titre Fig. 10
Légende a Fibule de Cambridge (Cambridgeshire) (d’après Smedley et Owles 1965, p. 170, pl. XXIVc) ; b Fibule du Buckinghamshire (d’après Smeldey et Owles 1965, p. 170, pl. XXIVb).
URL http://journals.openedition.org/archeomed/docannexe/image/9663/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Soulat, « Les fibules discoïdes à décor de « monstre » regardant en arrière (ixe-xe siècle) découvertes en France », Archéologie médiévale, 43 | 2013, 145-153.

Référence électronique

Jean Soulat, « Les fibules discoïdes à décor de « monstre » regardant en arrière (ixe-xe siècle) découvertes en France », Archéologie médiévale [En ligne], 43 | 2013, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 27 février 2020. URL : http://journals.openedition.org/archeomed/9663 ; DOI : https://doi.org/10.4000/archeomed.9663

Haut de page

Auteur

Jean Soulat

Archéologue, ingénieur d’études, LandArc, Craham - UMR 6273

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Archéologie Médiévale

Haut de page
  • Logo CRAHAM - Centre de Recherches archéologiques et historiques anciennes et médiévales
  • Logo CNRS
  • Logo Ministère de la culture
  • Logo Université de Caen Normandie
  • Logo Numédif - Métopes
  • OpenEdition Journals